mardi 29 octobre 2013

122 Les Mémoires de Frédéric Skarbek : le chapitre 4 (extraits)

Quelques informations tirées des Mémoires de Frédéric Skarbek (chapitre « Une année de séjour à la campagne. Voyage à Paris »)


Classement : questions biographiques ; Frédéric Skarbek





Ceci est la suite des pages
25 Frédéric Skarbek (éléments biographiques sur cette personnalité polonaise du XIXème siècle, qui a par ailleurs bien connu Nicolas Chopin et sa famille) ;
60 Frédéric Skarbek : Pamiętniki en ce qui concerne l'ouvrage, écrit entre 1860 et 1866, et publié en 1878 ;
67 Frédéric Skarbek biographe de Nicolas Chopin, à propos de son évocation du père de Chopin, dans le chapitre 1 de ces Mémoires (« Premières années de mon enfance »).

Je fais ci-dessous un résumé des chapitres 2 à 5 concernant la période 1804-1811, avec citations des passages intéressants pour la biographie de Frédéric Skarbek ou d’autres personnalités.

Les extraits ci-dessous sont édités et traduits par moi à partir de l'exemplaire de l'ouvrage disponible à la Bibliothèque polonaise de Paris. 

Les chapitres concernés
4 Une année de séjour à la campagne. Voyage à Paris


Chapitre 4 : Une année de séjour à la campagne. Voyage à Paris

L'auteur évoque :

A Le séjour à Zelazowa Wola (1808-1809)
*le changement dans ses perspectives d’avenir
« Za rządu pruskiego, dopóki było powszechne przekonanie: źe na zawsze pod tém panowaniem zostaniemy, zamierzała matka moja, po przebyciu szkół, wysłać mnie do jednej z akademii niemieckich, mianowicie do Getyngi, dla dokończenia tamże nauk moich. [... Ona] uznawała, że znajomość prawa i języka niemieckiego, była potrzebną każdemu obywatelowi polskiemu, będącemu poddanym pruskim, aźeby załatwiać mógł stosunki z władzami i zjednać sobie u nich pomoc przy prowadzeniu własnych interesów niezbędną.
Wszystkie te względy ustały, od czasu zajęcia kraju przez Francuzów, natomiast nastało takie lekceważenie i pogardzanie tem wszystkiém, co było niemieckiém, że nietylko nikt nie myślał o kształceniu młodzieży na wszechnicach niemieckich, ale ż opinia publiczna potępiała rodziców, którzyby taki zamiar powzięli. » (page 28)
Traduction
« Sous le gouvernement prussien, tant que la conviction générale était que nous resterions pour toujours sous cette domination, ma mère avait l’intention, après la fin de l’école, de m’envoyer dans une des universités allemandes, notamment à Göttingen, pour y achever mes études. [...] Elle admettait que la connaissance du droit et de la langue allemande était nécessaire à tout citoyen polonais se trouvant être sujet prussien, afin de pouvoir établir des relations avec les autorités et obtenir d’elles l'aide nécessaire pour l’accomplissement de ses propres intérêts.
Toutes ces considérations prirent fin à partir du moment de l’occupation du pays par les Français ; elles furent remplacées par un tel dédain et un tel mépris pour tout ce qui était allemand, non seulement que personne ne pensait à éduquer la jeunesse dans des écoles supérieures allemandes, mais que l’opinion publique condamnait les parents qui auraient eu une telle intention. »

*la nécessité d’attendre avant de partir en France
« Majątek matki mojej, obciążony dawnemi długami, zaledwie wystarczał na opędzenie pierwszych potrzeb życia i z powodu braku gotowych dochodów, musiała ona wyprowadzić się z Warszawy i wrócić na wieś do Żelazowejwoli pod Sochaczew. » (29)
Traduction
« La fortune de ma mère, grevée de vieilles dettes, suffisait à peine aux dépenses de première nécessité et à cause du manque de revenus liquides, elle dut déménager de Varsovie et retourner à la campagne à Zelazowa Wola près de Sochaczew. »

*le bonheur d'adolescent romantique qu’il connaît durant cette année à la campagne (29-30)

*la guerre de 1809 (bataille de Raszyn) et les mouvements de troupes non loin de Zelazowa Wola, accompagnés d’opérations de maraudeurs, contre lesquels il organise une défense ; il raconte aussi sa rencontre avec un détachement de hussards autrichiens sous les ordres de l’archiduc Ferdinand en juillet 1809 (30-33)

B) le voyage vers Paris (automne 1809)
*les circonstances de son départ
« rząd chcąc przysposobić dla szkół publicznych nauczycieli rodaków, postanowił wysłać do Paryża trzech młodych ludzi pragnących się temu zawodowi poświęcić; otóż matka moja korzystając z tego, porozumiała się z rodzicami tych kandydatów na professorów, aby mnie pod ich dozorem do stolicy Francyi wyprawić. Jakoż w jesieni tego samego jeszcze roku wyjechało nas razem siedmiu: (Brodowski Antoni, Hujsson i Szubert, jako stypendyści rządowi, Ciechomski Józef, dwaj bracia Tymowscy i ja, jako prywatni uczniowie) do Paryża, uważanego podówczas jako jedynego ogniska światła. » (33)
Traduction
« le gouvernement voulant disposer pour les écoles publiques de professeurs nationaux, décida d’envoyer à Paris trois jeunes gens désirant se consacrer à ce métier ; profitant de cette circonstance, ma mère s’entendit avec les parents de ces candidats au professorat, afin de m’envoyer sous leur protection dans la capitale de la France. Ainsi, à l’automne de cette même année, nous fûmes sept (Antoine Brodowski, Hujsson et Szubert, comme boursiers du gouvernement ; Joseph Ciechomski, les deux frères Tymowski et moi, comme étudiants libres) à partir pour Paris, considéré alors comme le foyer du monde. »

*les épisodes de son voyage de deux semaines (33-35)



Création : 29 octobre 2013
Mise à jour : 4 novembre 2014
Révision : 4 novembre 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire