lundi 10 décembre 2018

Entrée



Sur Frédéric Chopin 
Questions biographiques et historiques

La nationalité de Frédéric Chopin


Aperçus sur l'histoire de la Pologne et des relations franco-polonaises de 1770 à 1850

par 

Jacques Richard


Dernier article : 10 décembre 2018








340. A propos du centenaire de la mort de Chopin (1949)

Quelques informations sur une publication liée au centenaire de la mort de Chopin


Classement : 


Accueil

Bibliographie

Table des Matières : vue d’ensemble
Première partie :Aperçus historiques (Pologne et relations franco-polonaises)
Deuxième partie :Frédéric Chopin, questions biographiques
Troisième partie :La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :
Le statut de Frédéric Chopin quant à la nationalité
Le statut de Nicolas Chopin quant à la nationalité

Index des personnes citées dans le blog


Référence
*Frédéric Chopin 1849-1949, numéro spécial hors-série de Peuples amis au service de la paix

La revue Peuples amis au service de la paix
C’était la publication de l’association « Amitié franco-polonaise », liée au Parti communiste.
Cette publication, aussi nommée Peuples Amis : revue de l'Amité Franco-Polonaise, a existé de 1947 à 1961 (lien)
Directeur (1949) : Paul Vienney
Les membres du comité de patronage (1949)
Albert Bayet, André Cholley, général Cochet, Louis Jean Emile Coornaert, général Faucher, Frédéric Joliot-Curie, André Mazon, Vincent de Moro-Giafferi, Claude Morgan, Louis Saillant, Maurice Thiedot, Henry Wallon.

Les comités du centenaire de la mort de Chopin en France
Source : revue citée, pages 78-79
Comité national (sous le patronage du Président de la République)
Président : Edouard Herriot
Secrétaire général : Jean Noaro
Comité d’organisation
Présidente : Marguerite Long
Vice-présidents : Pierre Bloch, Alphonse Juge (conseiller de l’Union française), Marc Schérer (Secrétaire du groupe parlementaire de l’ « Amitié franco-polonaise »)

Sommaire de la revue
7 Paul Vienney, Avant-propos
9 Edouard Herriot, « Un artiste fidèle à sa patrie »
11 Marguerite Long « ‘’L’âme de la musique, disait Schumann, a passé sur le Monde’’ »
13 Ignace Paderewski, « L’âme de la nation parle, joue, chante, dans Chopin » (extraits du discours de juillet 1910)
17 Stanislas Golachowski, « La jeunesse polonaise de Chopin »
25 Maurice Bedel, « Les saules de Zelazowa Wola »
26 Henry Malherbe, « Chopin à Paris »
32 Aurore Sand, « George Sand et Frédéric Chopin »
37 Maurice Toesca, « Le voyage romantique de Frédéric Chopin et George Sand à Majorque »
41 J. Kaden-Bandrowski, « Un frêle gentleman étonne l’Angleterre »
43 « Chopin dans le journal d’Eugène Delacroix »
48 Vladimir Jankélévitch, « Une fraternelle et profonde ballade de l’amour et de la mort »
59 Elsa Barraine, « Un message populaire »
61 Paul Locard, « L’art pianistique de Chopin »
66 Charles Koechlin, « Un maître pour la musique française »
69 Roman Palester, « Le destin de Chopin dans la musique polonaise »
73 « Hommages à Chopin » (Paul Tinel, Walter Rehberg, Pablo Rojas Paz
78 Jean Noaro, « Réflexions sur un centenaire »
80 Jean de Garate, « Les origines françaises de Frédéric Chopin »
83 Suzanne Chainaye, « A propos d’un portrait de Chopin »
84 « Eléments pour la vie et l’œuvre de Frédéric Chopin »
90 Jean Noaro, « En manière de bibliographie »
91 Claude Saint-Yre, « Esquisse d’une discographie »



Création : 10 décembre 2018
Mise à jour :
Révision :
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 340. A propos du centenaire de la mort de Chopin en France
Lien : https://surfredericchopin.blogspot.com/2018/12/a-propos-du-centenaire-de-la-mort-de.html







samedi 8 décembre 2018

339. Hélène Pierrakos 3. Histoire de la Pologne

Quelques informations sur Hélène Pierrakos et sur son ouvrage consacré à Chopin


Classement : histoire de la Pologne


Accueil

Bibliographie

Table des Matières : vue d’ensemble
Première partie :Aperçus historiques (Pologne et relations franco-polonaises)
Deuxième partie :Frédéric Chopin, questions biographiques
Troisième partie :La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :
Le statut de Frédéric Chopin quant à la nationalité
Le statut de Nicolas Chopin quant à la nationalité

Index des personnes citées dans le blog



Ceci est la suite des pages Hélène Pierrakos biographe de Chopin, dans laquelle je présente l’auteur et l’ouvrage, et Hélène Pierrakos 2. Biographie de Nicolas Chopin.
J’étudie maintenant les développements d’ordre historique, qui se trouvent surtout dans le chapitre « Les années polonaises » (pages 12-24).

Référence
*Hélène Pierrakos, Chopin, Paris, Editions Jean-Paul Gisserot, coll. « Pour la musique », 1998 [ISBN 2-87747-371-6]

Texte
Page 12
« … quelques indications succinctes sur l’histoire de la Pologne durant les quelques décennies qui couvrent la vie de Chopin, en remontant un peu en arrière, au siècle précédent. En 1772, la Pologne est sous l’entière domination de la Russie* et vient de subir un premier partage* de ses terres. A la suite des débats de la Grande Diète à Varsovie, l’année 1791* voit la proclamation d’une
Notes
*En 1772, la Pologne est sous l’entière domination de la Russie et vient de subir un premier partage de ses terres : formulation imprécise ; le premier partage a eu lieu entre la Russie, la Prusse et l’Autriche ; la Russie exerce une forme de protectorat sur le gouvernement polonais (alors dirigé par le roi Stanislas Auguste Poniatowski)
*à la suite des débats de la Grande Diète à Varsovie : il s’agit de la Diète de 1788, qui a siégé jusqu'en 1792, alors qu’habituellement, la Diète ne siégeait que quelques semaines tous les deux ans.
*l’année 1791 voit la proclamation d’une constitution : présentation très elliptique, voire abrupte, de la période 1772-1791 !

Page 13
constitution qui semble annoncer une ère de démocratie* pour les Polonais. Mais en 1792, Catherine II décide de faire intervenir son armée et s’allie avec la Prusse. Victorieuses, les deux grandes puissances infligent à la Pologne un nouveau partage. En 1794 éclate une grande insurrection contre l’occupant russe, qui aboutit une nouvelle fois à la défaite de la Pologne. Troisième partage en 1795*, cette fois entre la Russie, l’Autriche et la Prusse. Varsovie est alors rattachée à cette dernière. Les années 1805 à 1815 correspondent aux guerres napoléoniennes. Attaquant l’alliance constituée par l’Autriche, la Prusse et la Russie, Napoléon entre en Pologne en 1806. Les Polonais qui voyaient en lui leur grand libérateur doivent bientôt déchanter : en 1807, à Tilsitt, Napoléon s’allie avec la Russie et peu après avec la Prusse, pour ne créer qu’un duché de Varsovie très restreint. En 1809 survient un nouveau conflit entre Napoléon et l’Autriche : celle-ci occupe Varsovie, pour en être finalement chassée. Sont alors rattachés au duché de Varsovie un certain nombre de territoires dont la ville de Cracovie. Le dernier épisode des relations de la Pologne avec Napoléon est celui de la grande attaque de la Russie par l’armée française : à ses côtés, cent mille Polonais, qui subissent avec elle le désastre final. En 1813, les Russes occupent Varsovie, dont le gouvernement se réfugie à Cracovie*. Près de Leipzig a lieu à l’automne de cette même année une bataille* où meurt le général Poniatowski*, qui dirige l’armée polonaise.
Après la chute de Napoléon, le Congrès de Vienne décide, entre autres, du sort des Polonais : c’est le tsar Alexandre qui devient le roi de Pologne, état original, dit « Royaume du Congrès »*, doté d’une armée et d’un gouvernement polonais, mais soumis de fait à l’autorité
Notes
*démocratie : inapproprié ; la constitution de 1791 n’était pas démocratique
*troisième partage en 1795 : ce partage met fin à l’Etat polonais dont les territoires restant (après celui de 1793) sont intégralement répartis entre les trois puissances
*l’alliance constituée par l’Autriche, la Prusse et la Russie : en 1806, l’Autriche a cessé le combat après la bataille d’Austerlitz en décembre 1805 ; elle ne rentre pas dans l’alliance russo-prussienne de 1806 (4ème coalition), vaincue à Iéna, Eylau, Friedland
*en 1807, à Tilsitt, Napoléon s’allie avec la Russie et peu après avec la Prusse : par le traité de Tilsitt signé avec la Russie, Napoléon devient certes allié de la Russie, traitée avec égards ; le traité signé avec la Prusse traite celle-ci en pays vaincu
*un duché de Varsovie très restreint : le territoire du duché est établi sur les provinces annexées par la Prusse, mais seulement lors du 3ème partage (1795) ;
*nouveau conflit entre Napoléon et l’Autriche : au début de 1809, le gouvernement autrichien décide de sortir de la neutralité acceptée depuis la bataille d’Austerlitz
*les Russes occupent Varsovie, dont le gouvernement se réfugie à Cracovie : occupée par l’armée autrichienne
*Près de Leipzig a lieu à l’automne de cette même année une bataille : c’est « la bataille de Leipzig », la « bataille des nations » ! (16-19 octobre 1813)
*le général Poniatowski : Joseph Poniatowski (1763-1813), frère du dernier roi de Pologne, commandant en chef de l’armée du duché de Varsovie
*le Congrès de Vienne : tenu de septembre 1814 à août 1815
*la Pologne, état original, dit « Royaume du Congrès » : l’auteur reprend ici un lieu commun peu fondé ; la formule « royaume du Congrès » n’est presque pas utilisée au XIX° siècle ; la dénomination officielle, pour les Polonais comme pour les Russes, est « royaume de Pologne » (voir la page Les dénominations du royaume de Pologne (1815-1918))

Page 14
russe, malgré l’existence d’une constitution libérale* ; les années du Royaume du Congrès, qui correspondent à l’enfance et à l’adolescence de Chopin, voient l’épanouissement artistique et social de Varsovie. D’importants bâtiments y sont érigés, dont le Grand Théâtre. Avant même la mort du tsar Alexandre, à qui succédera son frère Nicolas 1er en 1824*, l’indépendance relative de l’Etat polonais commence cependant à être mise à mal. La liberté de la presse est supprimée, le pouvoir russe instaure la censure et un véritable régime policier, qui  sévit en particulier dans les écoles et les universités.
Dès 1819 commence à s’organiser une résistance polonaise plus ou moins clandestine. Lors du couronnement de Nicolas 1er comme roi de Pologne en 1829, la situation est extrêmement tendue et c’est dans ce contexte qu’éclate la grande insurrection de novembre 1830, peu après le départ de Chopin pour Vienne, voyage qui le mènera quelques mois plus tard à Paris, où il s’installera définitivement. En janvier 1831 commence une véritable guerre russo-polonaise. Varsovie résiste pendant plus de six mois ; elle compte alors sur l’appui de la France, mais Louis-Philippe, porté au pouvoir peu auparavant par la Révolution de juillet*, lui refuse son aide. Varsovie est vaincue en septembre 1831* : des milliers de Polonais sont envoyés en Sibérie, des milliers d’autres réussissent à s’enfuir à l’étranger, formant ce qu’il est convenu d’appeler la Grande Emigration. Les années parisiennes de Chopin, de 1831 jusqu'à sa mort en 1849, s’inscrivent donc dans cette tranche très noire de l’histoire de la Pologne. »
Notes
*état original, […], doté d’une armée et d’un gouvernement polonais, mais soumis de fait à l’autorité russe, malgré l’existence d’une constitution libérale : un peu confus ; il y a au moins deux séries de problèmes en ce qui concerne le statut du royaume de Pologne au XIX° (polonité/russité ; libéralisme/autocratie) ; sous le règne d’Alexandre, la premier problème n’est pas essentiel ; il le deviendra ensuite, une fois le second résolu en faveur de l’autocratie.
*1824 : la mort d’Alexandre 1er date en fait du 19 octobre 1825
*dans ce contexte éclate la grande insurrection de novembre 1830 […] En janvier 1831 commence une véritable guerre russo-polonaise. Varsovie résiste pendant plus de six mois ; elle compte alors sur l’appui de la France, mais Louis-Philippe, porté au pouvoir peu auparavant par la Révolution de juillet*, lui refuse son aide. Varsovie est vaincue en septembre 1831 : il s’agit effectivement d’une « guerre russo-polonaise », opposant deux armées de métier ; en revanche, elle ne concerne pas seulement « Varsovie » (l’auteur revient ici à la vision d’une simple insurrection) ; à propos de la Révolution de juillet, elle occulte le fait qu’elle est l’origine de l’insurrection polonaise ; en revanche, la question d’une aide (militaire) de la France à la Pologne ne se résume pas à une décision de Louis-Philippe.

Commentaires
A venir



Création : 8 décembre 2018
Mise à jour :
Révision :
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 339. Hélène Pierrakos 3. Histoire de la Pologne
Lien : https://surfredericchopin.blogspot.com/2018/12/helene-pierrakos-3-histoire-de-la.html






jeudi 1 novembre 2018

338. Hélène Pierrakos 2. Biographie de Nicolas Chopin

Quelques informations sur Hélène Pierrakos et sur son ouvrage consacré à Chopin


Classement : biographies ; Nicolas Chopin


Accueil

Bibliographie

Table des Matières : vue d’ensemble
Première partie :Aperçus historiques (Pologne et relations franco-polonaises)
Deuxième partie :Frédéric Chopin, questions biographiques
Troisième partie :La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :
Le statut de Frédéric Chopin quant à la nationalité
Le statut de Nicolas Chopin quant à la nationalité

Index des personnes citées dans le blog


Ceci est une suite de la page Hélène Pierrakos biographe de Chopin (1998), dans laquelle je présente l’auteur et l’ouvrage.
J’étudie ci-dessous l’évocation de la biographie de Nicolas Chopin qui se trouve dans le chapitre « Les années polonaises » (pages 12-24).

Référence
*Hélène Pierrakos, Chopin, Paris, Editions Jean-Paul Gisserot, coll. « Pour la musique », 1998 [ISBN 2-87747-371-6]

Texte
Page 12
« Le passage de la Pologne à la France qui marque en 1831 le grand tournant de la vie de Chopin est aussi un retour au pays d’origine de son père. Nicolas Chopin, installé depuis 1787 à Varsovie, est né en Lorraine, région qui porte encore à cette époque le sceau du gouvernement de Stanislas*, roi de Pologne, mort en 1766 et qui avait obtenu de Louis XV la possession perpétuelle du duché de Lorraine ; Nicolas Chopin est le fils du syndic* de Marainville, village lorrain dont le château appartient à un aristocrate polonais, Adam Weydlich*. Celui-ci prend en charge l’enfant et lui assure une éducation sérieuse à Nancy*. En 1785, le château et ses terres sont vendus, annonçant le retour en Pologne de Weydlich. Nicolas Chopin décide alors de le suivre, s’installe peu après à Varsovie, s’y marie et perd tout contact avec sa famille française. »
Notes
*Stanislas : Stanislas Leszczynski (1677-1766), roi de Pologne de 1704 à 1709 ; gendre de Louis XV en 1725 ; duc de Lorraine à partir de 1737 (à titre viager, le duché revenant à la France après sa mort) 
*syndic : villageois chargé de représenter le village auprès des autorités, notamment auprès du seigneur
*Adam Weydlich (1742-ca 1815) : il n’est que régisseur de la seigneurie de Marainville, le seigneur est le comte Michel Pac (1730-1787), d’une grande famille de la noblesse polonaise (voir la page Adam Weydlich : Biographie détaillée)
*Nancy : on ne sait pas où Nicolas Chopin a reçu une éducation secondaire ; l’idée selon laquelle il a bénéficié de l’aide de la famille Weydlich est un lieu commun des biographies de Chopin, mais la Lorraine faisant partie des contrées les plus instruites du royaume à la fin du XVIIIème siècle et le fils d’un notable de village devait pouvoir faire des études secondaires même sans l’appui du seigneur

Remarques
*le sceau du gouvernement de Stanislas*, roi de Pologne : l’auteur reprend ici le thème associant la venue de Nicolas Chopin à Varsovie et le règne de Stanislas en Lorraine ; en fait, ça n’a rien à voir : Michel Pac (ainsi qu’Adam Weydlich) sont arrivés en France vers 1773, suite à l’échec de la rébellion antirusse de la Confédération de Bar (1768-1772), qui n’a pas de rapport avec Stanislas Leszczynski ; la famille Pac est installée à Strasbourg et l’achat du domaine de Marainville n’a pas non plus de rapport avec Stanislas (voir la page A propos de la famille Pac)
*il s’installe peu après à Varsovie, s’y marie et perd tout contact avec sa famille française : phrase un peu elliptique, dans la mesure où Nicolas Chopin ne s’est marié qu’en 1806 (voir la page Données biographiques : Nicolas Chopin), soit 19 ans après son arrivée en Pologne, alors qu’il ne résidait plus à Varsovie depuis plusieurs années ; par ailleurs on a gardé une lettre à ses parents écrite en septembre 1790 (voir la page La lettre de Nicolas Chopin du 15 septembre 1790)

Commentaires
Hélène Pierrakos ne s’attarde pas sur la biographie du père de Chopin. Il est donc dommage qu’en une dizaine de lignes, elle commette trois ou quatre erreurs ou approximations.



Création : 1° novembre 2018
Mise à jour :
Révision :
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 338. Hélène Pierrakos 2. Biographie de Nicolas Chopin
Lien : https://surfredericchopin.blogspot.com/2018/11/helene-pierrakos-2-biographie-de.html







vendredi 14 septembre 2018

337. Hélène Pierrakos biographe de Chopin (1998)

Quelques informations sur Hélène Pierrakos et sur son ouvrage consacré à Chopin


Classement : biographies ; Frédéric Chopin


Accueil

Bibliographie

Table des Matières : vue d’ensemble
Première partie :Aperçus historiques (Pologne et relations franco-polonaises)
Deuxième partie :Frédéric Chopin, questions biographiques
Troisième partie :La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :
Le statut de Frédéric Chopin quant à la nationalité
Le statut de Nicolas Chopin quant à la nationalité

Index des personnes citées dans le blog


L’auteur
Hélène Pierrakos (née en 1957) est musicologue.
Selon la présentation de l’ouvrage référencé (1998), elle a « obtenu un 1er Prix de Recherche en Esthétique musicale au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, elle collabore à diverses revues (Le Monde de la Musique, Opéra International, L’avant-scène Opéra). Depuis 1985, elle est productrice à Radio France (France Musique et France Culture). »
Selon le site des éditions Fayard (lien), « Hélène Pierrakos a été productrice à France Musique et rédactrice à la Philharmonie Luxembourg. Elle anime actuellement une émission sur Fréquence protestante. »

L’ouvrage
Référence
*Hélène Pierrakos, Chopin, Paris, Editions Jean-Paul Gisserot, coll. « Pour la musique », 1998 [ISBN 2-87747-371-6]

Table des matières
7 Prologue
12 Les années polonaises
25 La Pologne rêvée
35 Paris –L’estrade et le salon
52 Idylle, voyages et concerts
58 George Sand
82 Dernier concert, dernier voyage
89 Technique et expression
98 Méditation et mélancolie
106 La puissance et la grâce
110 Chronologie
118 Les principales œuvres de Chopin
121 Discographie
122 Pour en savoir plus
123 Vocabulaire technique

Contenu
A venir



Création : 14 septembre 2018
Mise à jour :
Révision :
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 337. Hélène Pierrakos biographe de Chopin (1998)
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.com/2018/09/helene-pierrakos-biographe-de-chopin.html







mercredi 29 août 2018

336. Alexandre de Moriolles 4. Ses mémoires

Quelques informations sur Alexandre de Moriolles, Français installé à Varsovie dans la jeunesse de Chopin


Classement : amis de Chopin ; histoire ; histoire de la Pologne


Accueil

Bibliographie

Table des Matières : vue d’ensemble
Première partie :Aperçus historiques (Pologne et relations franco-polonaises)
Deuxième partie :Frédéric Chopin, questions biographiques
Troisième partie :La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :
Le statut de Frédéric Chopin quant à la nationalité
Le statut de Nicolas Chopin quant à la nationalité

Index des personnes citées dans le blog


Ceci est une suite de la page A propos d'Alexandre de Moriolles (1760-1845), dans laquelle je présente cette personnalité, émigré de la Révolution, installé en Pologne, notamment au service du grand-duc Constantin, chez qui le jeune Frédéric Chopin a eu l'occasion de rencontrer sa petite-fille, Alexandrine . 
La vie d’Alexandre de Moriolles est assez bien connue grâce à ses Mémoires, ouvrage publié en 1902, à la demande d'un gendre d'Alexandrine, avec le concours d'un historien, Frédéric Masson, auteur d'un Avant-propos critique.

L’avant-propos de Frédéric Masson
Frédéric Masson (1847-1923) est un diplomate devenu historien, spécialiste de la période napoléonienne.
Son avant-propos résume en la critiquant l’autobiographie d'Alexandre de Moriolles : il pointe un certain nombre de lacunes, mais indique aussi les points qui peuvent être vérifiés grâce à des sources documentaires externes et ceux qui constituent un témoignage intéressant..
Il explique aussi l’origine de cette publication : c’est un des fils d’Alexandrine de Moriolles qui a souhaité que cette publication ait lieu (peut-être à son compte ?).

Les Mémoires : références 
Edition française originale
*Mémoires du Comte de Moriolles sur l’émigration, la Pologne et la cour du grand-duc Constantin (1788-1833), précédés d’une Introduction par Frédéric Masson, Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques/Librairie Paul Ollendorff, 1902, disponible sur Gallica (lien)
Compte rendu critique 
*J. E. Driault, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1902, 4-2, pages 116-118, disponible sur le site Persée (lien)
Edition polonaise (1902)
*Pamiętniki hrabiego de Moriolles o emigracyi, Polsce i dworze Wielkiego Księcia Konstantego (1789-1833), Varsovie, Imprimerie A. T. Jezierski, 1902, 159 pages
Edition récente (2010)
*Mémoires du Comte de Moriolles sur l’Emigration, Nabu Press, 2010, 
(ISBN:9781146652094)

Table fournie par l'ouvrage
Cette table est très lacunaire et pas toujours exacte.

PREMIERE PARTIE (1789-1821) Page 1
 La Révolution.
 L’Emigration.
 Mission auprès de la Reine.
 Séjour en Allemagne.
 Départ pour la Pologne.
 Séjour chez M. de Bystri, le président Morzkowski, le comte Branicki.
 Entrée chez le grand-duc Constantin.

DEUXIÈME PARTIE (1821-1825) Page 259
– Voyage du grand-duc à Saint-Pétersbourg.
– La princesse de Lowicz et Fawicki.
– Mort de Mme Weïs.
– Mariage du grand-duc Michel.
– Education de Paul Alexandrof.
– L’empereur Alexandre.
– L'empereur et les Grecs.
– La grande revue.
– Ambitions de la princesse.
– Confidences du Grand-Duc.
– Le grand-duc Nicolas.
– Une soirée au Belvédère.
– La diète.

TROISIÈME PARTIE (1825-1830) Page 239
– Voyage on .France.
– La mort d'Alexandre.
– La conspiration de 1825.
– L’abdication du Grand-Duc.
– L’empereur Alexandre jugé et expliqué par le grand-duc Constantin.
– Nicolas et Constantin.
– Publication de l'abdication.
– La conspiration polonaise.
– Les Grecs.
– Navarin.
– Voyage en France (1829).
– Le Grand-Duc et son fils.
– Le Grand-Duc et son beau-père.
– L’empereur à Varsovie.
– La révolution de Juillet.

QUATRIÈME PARTIE (1830-1833) Page 315
– Coup d'œil sur l'histoire de la Pologne.
– Ses partages.
– Napoléon.
– L'empereur Alexandre et la Pologne.
– Gouvernement du grand-duc Constantin.
– Causes  de l'insurrection.
– Préliminaires de l'insurrection.
– L'attaque du Belvédère.
– Attitude du grand-duc Constantin.
– Le dictateur Chlopicki.
– Varsovie en 1831. [date inexacte : il s'agit de décembre 1830]
– Départ pour Breslau.
– Echecs des Russes.
– Mort du grand-duc Constantin.
– Son caractère.
– Retour à Paris.
– Explication de la disgrâce.
– Justification et apologie.

Table détaillée
Introduction Pages I à XIX
PREMIERE PARTIE (1789-1821) Page 1
– Page 1 La raison de ces Mémoires (écrites en 1837, comme indiqué page 42)
– Page 3 Au temps de Marie-Antoinette : une rencontre avec la duchesse de Chartres et la princesse de Lamballe (brue et fille du duc de Penthièvre)
– Page 6 Le duc de Penthièvre, le prince de Lamballe et le duc de Chartres (son fils et son gendre)
– Page 9 Marie-Antoinette, la princesse de Lamballe et la comtesse de Polignac
– Page 11  Entrée d'Alexandre de Moriolles au service du duc de Penthièvre
– Page 16 Les élections aux Etats Généraux ; l'ouverture des Etats ; retour à Sedan
– Page 19 La création du département des Ardennes ; coopération avec Pierre Baudin*, futur membre de l'Assemblée législative et de la Convention (non régicide)
– Page 21 Départ en Italie (avec un passeport régulier) ; installation à Mannheim
– Page 22 Visite à Coblence ; rencontre des comtes d'Avaray et d'Hautefort, condisciples de collège, proches de Monsieur (Louis XVIII)
– Page 24 Critique du milieu des émigrés de Coblence ; Cazalès*
– Page 26 Projet de retour en France (pour raisons financières) ; rencontre avec Monsieur qui lui confie une correspondance pour Louis XVI
– Page 27 Retour à Sedan ; voyage à Paris ; visite aux Tuileries (princesse de Lamballe)
– Page 29 Séjour à Anet ; le duc de Penthièvre ; la duchesse d'Orléans (auparavant de Chartres)
– Page 35 Retour à Paris ; rencontre avec la reine
– Page 37 Retour à Charleville, via Reims ; visite à son père
– Page 38 Passage clandestin de la frontière ; retour à Coblence (visite à Monsieur), puis à Mannheim
–  Page 40 Préparatifs militaires fin 1791-été 1792
–  Page 42 Le siège de Thionville fin août 1792
–  Page 44 Départ de Thionville, Verdun, (Valmy), Sommesuippe
–  Page 45 La retraite prussienne
–  Page 47 Visite de Moriolles à son domaine de Beauclair, puis retour à Verdun
–  Page 50 Fin de l'armée des Emigrés
–  Page 51 Retraite vers Luxembourg ; Longuyon 
–  Page 58 Luxembourg
–  Page 61 Coblence ; puis voyage vers Mannheim
–  Page 68 Mannheim : retrouvailles avec sa famille
–  Page 69 Mort de Louis XVI et réactivation de la guerre
–  Page 70 Séjour on Allemagne, dans un village près de Mannheim, puis à Neuwied, Ems, Brucknau, Bischoffsheim, Gerfelde (date : automne 1794)
–  Page 82 Projet d'aller en Pologne chez M. de Bystri ; lettre de recommandation
–  Page 84 Voyage via Ratisbonne, Linz, Cracovie, Lemberg, Brody (frontière russe)
–  Page 87 Convocation  à Kamenec, siège du gouvernorat de Volhynie (première mention explicite de son épouse) ; rencontre du général Tolstoï ; départ pour Jitomir ; rencontre du gouverneur Cheremetiev
– Page 96 Arrivée chez M. de Bystri, où le rejoint son épouse
– Page 97 Mort de Catherine II ; Paul I ; problème des recommandations ; départ de Bystri pour Moscou
– Page 101 Séjour avec Mme de Bystri (dont il affirme qu'elle cherche à le séduire), puis chez la mère de celle-ci, Mme Rogowska ; maladie de son épouse ; son propre mauvais état de santé
– Page 104 Départ chez la sœur de Mme de Bystri, Mme Gizycka, où résident plusieurs autres émigrés ; nouvelle maladie de son épouse ; séjour médical à Stary-Konstantynow ; rencontre avec le colonel (anglais) Fenshawe et sa famille ; retour chez Mme Gizycka
– Page 109 Le comte Gizycki ; séjour à Jitomir chez le gouverneur ; proposition de M. de Bystri de diriger un collège français ; nouveau séjour à Jitomir ; le juge Morzkowski ; éviction du gouverneur
– Page 117 Proposition de Morzkowski d'un poste de précepteur pour sa fille ; acceptation ; mondanités d'adieu ; installation dans un village, Sokolcza*, proche de Kiev ; visite de Morzkowski ; rétablissement du comte ; vacances de Morzkowski ; nombreuses visites ; le comte Olizar
– Page 128 Le comte Branicki* ; * ; entrée au service des Branicki (1797) ; voyage sur le Danube (1809) ; entrée au service de Constantin (1810)
– Page 132 La vie au Belvédère ; les idées politiques de Constantin ; quelques anecdotes concernant Constantin avec : La Harpe* - l'empereur Paul - Napoléon
Notes
*Pierre Charles Louis Baudin (1748-1799) (lien)
*Jacques de Cazalès (1758-1805)
*Sokolcza : ?
*François Xavier Branicki (1730-1819), général du royaume de Pologne, homme politique de premier plan du règne de Stanislas Auguste Poniatowski
*Frédéric-César de La Harpe (1754-1838), avocat et homme politique suisse (Berne) ; ne pas confondre avec l'écrivain français Jean-François de La Harpe (1739-1803)
*page 128 L'éditeur introduit ici le texte d'écrits divers qui ne figurent pas dans le manuscrit des Mémoires, muettes sur les années 1797-1821 ; la distinction entre l'original et les éléments rapportés n'est cependant pas claire, de même que la chronologie (on dirait que Constantin se trouve au Belvédère dès l'entrée du comte à son service, alors qu'il n'y arrive que vers 1815)

DEUXIÈME PARTIE (1821-1825) Page 159
– Page 159 Voyage du grand-duc à Saint-Pétersbourg
– Page 160 La princesse de Lowicz (Joanna Grudzinska, 1789-1831, épouse morganatique de Constantin) et Fawicki*
– Page 163 Education de Paul Alexandrof ; conflit entre Fawicki et de Moriolles
– Page 166 Maladie et départ de Mme Weïs*, la mère de Paul
– Page 169 Le rôle politique de l'armée
– Page 170 La princesse de Lowicz et la famille impériale ; la question du mariage du grand-duc Michel*
– Page 171 Education de Paul Alexandrof ; suite du conflit entre Fawicki et de Moriolles
– Page 183 L’empereur Alexandre à Varsovie, en chemin pour le congrès de Vérone (octobre 1822)
– Page 184 L'empereur et les Grecs (éloge d'Alexandre l'antilibéral ; la Sainte Alliance).
– Page 188 Passage d'Alexandre de retour de Vérone ; la guerre en Espagne
– La grande revue : voyage vers Brest-Litovsk ; première apparition de Paul comme officier.
– Page 197 Le jour de la revue ; accident d'Alexandre ; retour à Varsovie
– Page 200 Ambitions de la princesse de Lowicz en vue du mariage de Michel : un titre de grande-duchesse (qui lui est refusé) ; aussi refuse-t-elle d'aller à Saint-Pétersbourg
– Pages 202 Confidences du Grand-Duc sur un épisode de 1794 impliquant Catherine II
– Page 203 Départ de Constantin pour le mariage de son frère (20 février 1824), sans son épouse
– Page 208 De Mlle Grudzinska à la princesse de Lowicz ; le grand-duc et son épouse ; Fawicki et Illinski*
– Page 214 Mort de Mme Weïs à Nice au printemps 1824
– Page 215 Maladie de la princesse de Lowicz ; son départ en cure à Ems
– Page 217 Constantin part rejoindre son épouse, accompagné de Paul (septembre 1824)
– Page 218 Lettres de Paul à de Moriolles sur le séjour en Allemagne
– Page 220 Le grand-duc Michel à Varsovie ; présentation du personnage
– Page 224 Le grand-duc Nicolas à Varsovie ; présentation du personnage ; la question de la succession ; considérations sur la situation générale de la Pologne
– Page 227 Retour de la princesse de Lowicz de cure
– Page 228 La vie au Belvédère
– Page 229 Les soirées au Belvédère (lecture des journaux et anecdotes racontées par Constantin)
– Page 232 Séjour du grand-duc Nicolas à Varsovie
– Page 233 La diète de mai 1825 ; changements introduits par Alexandre ; le patriotisme polonais
– Page 235 Fin de la diète ; départ d'Alexandre ; offre de démission du comte de Moriolles ; son obtention de l'ordre de Saint-Stanislas ; départ pour la France (pour régler la question de ses indemnités d'émigré*)
Notes
*Mme Weïs : une Française, Joséphine Mercier (1778-1824), épouse Friedrichs-Weiss
*Fawicki : professeur (notamment de russe) de Paul ; protégé par la princesse de Lowicz dont il est présenté comme épris, il est théoriquement sous les ordres du comte de Moriolles, mais de fait un concurrent, d'où un conflit récurrent. Identification : le patronyme Fawicki n'est pour ainsi dire pas documenté sur Internet en dehors des mémoires du comte de Moriolles il s'agit probablement de Sawicki, nom courant en polonais (une page (lien) donne d'ailleurs Fawicki comme une variante de Sawicki).
*le grand-duc Michel : Michel Pavlovitch de Russie (1798-1849), frère de Constantin
*Illinski : ?
*indemnités d'émigré : loi du 27 avril 1825 (dite « loi du milliard des émigrés »)

TROISIÈME PARTIE (1825-1830) Page 239
– Page 239 Retour de France après un séjour de trois mois
– Page 239 Il apprend la mort d'Alexandre à son arrivée à Varsovie ; visite à Constantin, toujours considéré comme le successeur d'Alexandre ; problème de la succession des empereurs de Russie
– Page 242 La conspiration de 1825 ; l'attitude de Constantin 
– Page 246 Les derniers tsars : Catherine II ; l'empereur Paul ; l'exécution de Paul ; 
– Page 250 Alexandre : débuts du règne ; Austerlitz ; Tilsitt ; Alexandre et Napoléon ; projet de mariage russe ; préparatifs de l'offensive de 1812 ; la campagne de 1812 ; Koutouzov ; la retraite de Russie ; la campagne de France ; le congrès de Vienne ; erreurs d'Alexandre lors des négociations ; Alexandre après 1815 ; maladies et mort d'Alexandre
– Page 269 Refus de Constantin de quitter Varsovie pour aller abdiquer à Saint-Pétersbourg ; sa déclaration de l'époque d'Alexandre
– Page 277 L'affaire Miloradovitch et la répression à Varsovie ; procès de Varsovie et de Saint-Pétersbourg ; le couronnement de Nicolas à Moscou ; Constantin et Nicolas
– Page 282 Opposition de Constantin à l'intervention russe dans la guerre gréco-turque : ses arguments
– Page 289 la bataille de Navarin (octobre 1827) ;
– Page 290 Monotonie de la vie au Belvédère ; poursuite de l'éducation oppressive de Paul ; son émancipation (1829)
– Page 292 demande d'une autorisation de partir en France (septembre 1828) ; adieux de la princesse ; séjour à Dreux ; voeux de Nouvel An ; retour en Pologne (septembre 1829) ; rencontre avec Constantin et Paul près de Dresde ; considérations sur l'histoire récente de la France ; la situation politique ; arrivée à Varsovie
– Page 299 Maladie de Paul ; Constantin et les médecins de son fils ; répression et indulgence paternelle ; la princesse et Fawicki
– Page 305 Visite de M. Grudzinski ; le Grand-Duc et son beau-père.
– Page 306 L’empereur à Varsovie ; audience de Moriolles ; portrait de Nicolas
– Page 307 Cure à Reinerz Bad ; annonce de la révolution de Juillet.; retour à Varsovie ; entretien avec Constantin
– Page 309 Considérations générales sur la société, l'histoire de la France 

QUATRIEME PARTIE (1830-1833) Page 315
– Page 315 Considérations sur l'histoire de la Pologne : l'époque des Piest et des Jagellons ; l'affaiblissement (XVI°-XVII°) ; l'emprise étrangère (XVIII°) ; l'élection de Stanislas Auguste
– Page 319 Le premier partage : étude géopolitique ; la nouvelle Constitution (1791) ; omnipotence des seigneurs polonais ; second et troisième partages (1793, 1795)
– Page 326 Création du duché de Varsovie ; duplicité de Napoléon
– Page 327 L'empereur Alexandre et la Pologne ; création du royaume de Pologne ; les erreurs d'Alexandre ; l'armée polonaise ; le gouvernement ; la société ; arriération du pays
– Page 333 Améliorations de la période 1815-1830 (la prospérité du royaume de Pologne sous l'égide russe)
– Page 335 Le pacte entre Alexandre et les Polonais du Royaume ; le serment à la première Diète ; le rôle de Constantin dans le Royaume ; l'évolution conservatrice d'Alexandre à travers la Sainte Alliance 
– Page 338 Causes  de l'insurrection : atteintes aux libertés de la Diètes ; tensions entre les dirigeants polonais et russes ; atteintes aux libertés individuelles ; arbitraire de Constantin ; rôle excessif de la police secrète ; rôle démoralisant de cette police ; excès de la censure ;
– Page 343 Erreurs : une armée polonaise trop nombreuse ; maltraitée par Constantin ; un corps d'officiers de trop basse extraction ; les corps russes de Varsovie et leurs privilèges ; distorsions dans le recrutement des officiers ; l'école des porte-enseigne
– Page 349 Incidents divers ; l'affaire des porte-enseigne ; comportement de Constantin
– Page 352 petit nombre et faiblesse des conjurés ; la soirée et la nuit du 29 [mention du consul de France, 354]
– Page 354 L'attaque des casernes de Varsovie ; l'attaque du Belvédère.; mort du général Gendre pris pour Constantin ; mort de plusieurs généraux (polonais) ; attaque de l'arsenal ;
– Page 359 Attitude du grand-duc Constantin ; consolidation du soulèvement dans la journée du 30 ; comité de l'Hôtel-de-Ville
– Page 361 Carrière de Chlopicki ; son intronisation comme chef de l'insurrection ("Dictateur") ; retour à l'ordre ; départ de Constantin pour Brest-Litowsk, sous la protection de Chlopicki ; clubs révolutionnaires ; inconséquences de Constantin et de son entourage ; mise des scellés au Belvédère ; le général Kourouta ; les officiers et soldats russes
– Page 368 Entrevue de Moriolles et Chlopicki ; maintien de l'administration ; lettre de Moriolles au grand-duc ; fortification de Praga ; renforcement de l'armée ; la Diète 
– Page 374 Préparatifs de départ de Moriolles ; entrevue avec Chlopicki ; départ pour Breslau, où il arrive le 18 janvier 1831 ; entretiens avec Lubowicki (sous-directeur de la police du Royaume) ; correspondance avec Constantin
– Page 377 Lenteur et difficultés de la mobilisation russe ; choléra ; Constantin à Bialystok ; Moriolles à Reinerz Bad (15 juin) ; mort de Diebitsch ; rappel de la campagne en Turquie ; 
– Page 382 Mort de Constantin à Vitebsk ; considérations sur sa personnalité
– Page 390 Départ pour Prague, puis Mannheim ; lettres au tsar (sans réponses) ; retour à Paris ; lettre au grand-duc Michel 
– Page 393 Explication de la disgrâce grâce à un ami (lettre du 17 novembre 1831) : une lettre envoyée de Breslau en France, mais ouverte par la censure, dans laquelle il critiquait l'attitude du grand-duc et du général Kourouta lors du soulèvement de Novembre
– Page 398 Conclusion 
– Page 401 Fin
– Page 403 Table  


Pages liées


Création : cf page 330
Transfert : 29 août 2018
Mise à jour : 12 septembre 2018
Révision : 
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 336. Alexandre de Moriolles 4. Ses mémoires
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.com/2018/08/alexandre-de-moriolles-4-ses-memoires.html