mardi 23 juillet 2013

83 Edouard Ganche 2 Chopin (1937) : étude du chapitre 1

A propos de l’ouvrage principal d’Edouard Ganche sur Frédéric Chopin : étude du chapitre 1 de l’édition de 1937.


Classement : questions biographiques ; écrits sur Chopin





Ceci est la suite de la page Edouard Ganche biographe de Chopin 2, consacrée à l’ouvrage de cet auteur intitulé Frédéric Chopin Sa vie et ses œuvres.
Je présente ici le premier chapitre de la première partie (« Frédéric Chopin en Pologne ») tel qu'il apparaît dans l’édition de 1937, pages 15-24, pour lequel la table des matières fournit le contenu suivant :

« Chapitre 1 : 1810
Frédéric Chopin. Sa naissance. Ses ancêtres. Sa nationalité. Ses parents. La Pologne et les Polonais. L’enfance de Chopin. »


Transcription
Je reproduis intégralement ce chapitre sur une page spécifique (avec des notes concernant : Tomas Bielawski, Stanislas Pereswiet-Soltan, le traité de Riga)


Analyse
Informations concernant Nicolas Chopin
Voir la page Nicolas Chopin
« Pour les historiens de Frédéric Chopin, un peu d’incertitude a longtemps subsisté relativement à la date de sa naissance et à la nationalité de ses ancêtres paternels. Ces deux questions ont motivé de nombreuses controverses, justifiées par des témoignages contradictoires ou vagues. » (page 16)

« Après le traité de Riga de 1921, les Russes ayant restitué aux Polonais de nombreuses archives, l’on y découvrit un dossier concernant Nicolas Chopin et quatorze lettres de son fils. Ces documents furent publiés à Varsovie en 1926, par M. Stanislas Pereswiet-Soltan et nous y lûmes le nom du lieu de naissance que Nicolas Chopin avait caché : Marainville, dans les Vosges. Nous demandâmes (1) aussitôt, l’examen des registres de l’église au curé de la commune, et l’acte de baptême que nous reproduisons, indique la date de naissance de Nicolas Chopin et le métier de son père (2)
Note 1. Consulter la revue La Pologne du 15 janvier 1927, au sujet de ces recherches.
Note 2. Voir : L’origine Française de Frédéric Chopin, dans notre livre Voyages avec Frédéric Chopin. (Mercure de France). » (page 19)

« Ce lorrain, né à Marainville, devait, vers sa dix-huitième année, s’enfuir à Varsovie et ne jamais donner signe de vie à ses parents. Interrogé sur son origine familiale, il répondait laconiquement qu’il était venu de Nancy et Français. Ni sa femme, ni ses enfants, ni personne n’en apprirent davantage. » (page 19)

« Frédéric Chopin était [le] fils d’un français qui se polonisa entièrement et volontairement » (page 20)

« Désireux de voir la Pologne, le père de Chopin vint à Varsovie vers 1789 et accepta la situation de comptable dans une manufacture de tabac dirigée par un Français. » (page 20)

« A cette époque Nicolas Chopin s’engagea dans la garde nationale et devient rapidement capitaine. Le 5 novembre 1794, Praga, faubourg de Varsovie, étant pris d’assaut par Souvarov [sic], le capitaine Chopin eût été infailliblement tué si sa compagnie n’avait été relevée quelques heures avant l’épouvantable massacre qui suivit. » (page 20-21)

« la manufacture de tabac où travaillait Nicolas Chopin dut fermer. Deux fois la maladie l’empêcha de revenir en Lorraine, selon son désir. Pour vivre il essaya de donner des leçons de français et eut la chance d’être nommé professeur des enfants de la staroscina Laczynska [Note : Une des filles de la staroscina Laczynska, la comtesse Marie Walewska, eut de Napoléon 1er un fils, Alexandre Walewski] » (page 21)

« En 1800, Nicolas Chopin devient précepteur du fils de la comtesse Skarbek, à Zelazowa Wola, près de Sochaczew. Il rencontre là une jeune fille, Justine Krzyzanowska, qu’il épouse le 2 juin 1806. » (page 22)

« le 1er octobre 1810, Nicolas Chopin était nommé professeur de français au Lycée, nouvellement créé, de cette ville. Il obtint les mêmes postes à l’Ecole d’Artillerie et du Génie le 1er janvier 1812, et à l’Ecole militaire préparatoire en 1815 » (page 23)

« Afin d’augmenter le bien-être des siens, il avait ouvert un pensionnat pour les jeunes gens riches. » (page 23)

« Après la Révolution de 1831, Nicolas Chopin tint encore les fonctions d’examinateur à l’école d’instituteurs, et de professeur de français à l’Académie du Clergé catholique romain. » (page 24)


Informations concernant Frédéric Chopin
Voir les pages L’acte de naissance Frédéric ChopinLa date de naissance de Chopin et L’acte de baptême de Frédéric Chopin

« Pour les historiens de Frédéric Chopin, un peu d’incertitude a longtemps subsisté relativement à la date de sa naissance et à la nationalité de ses ancêtres paternels. Ces deux questions ont motivé de nombreuses controverses, justifiées par des témoignages contradictoires ou vagues. » (page 16)

Date de naissance
« En tenant compte des lettres et des usages de sa famille, on déduisait forcément que Chopin était né le 1er mars 1809. » (page 16)

« Le 11 janvier 1833, Chopin, adressant une lettre (1) d’adhésion à la
Société Littéraire Polonaise de Paris, disait être né le 1er mars 1810 » (page 17)

« En 1893, l’extrait de naissance de Chopin fut retrouvé et publié par l’abbé Bielawski, curé de Brochów » (page 17)

« Le court écart de huit jours entre les dates citées dans la lettre à la Société Littéraire Polonaise et dans l’extrait de naissance rend admissible la légère erreur de Chopin. » (page 18)

« Tous les biographes de Chopin ont prétendu qu’il était le troisième enfant. Dans ses Préludes sur Chopin, M. Ferdinand Hoesick a relevé cette erreur en donnant la description des tombeaux de la famille Chopin. » (page 22)

Baptême
« La comtesse Anna Skarbek fut sa marraine et lui donna le prénom de son fils (Note : extrait de l’acte de baptême) » (page 23)
Edouard Ganche fait ici une erreur curieuse, confondant Anna, qui est la soeur de Frédéric Skarbek, avec sa mère, Louise ; il n’évoque en revanche pas Frédéric Skarbek comme parrain (voir la page La famille Skarbek).


Conclusion
Dans l’ensemble, en ce qui concerne Nicolas Chopin, Edouard Ganche reprend largement l’édition polonaise du livre de Maurice Karasowski (cité dans une note aux côtés de Niecks), en le résumant, mais avec quelques énoncés traduits sans grand changement (l’épisode de Praga, notamment).
Il se différencie de Karasowski par la prise en compte des découvertes archivistiques de 1893  (actes de baptême et de naissance de Frédéric) et de 1926 (acte de baptême de Nicolas). Il reprend la question de la date de naissance de Frédéric de façon détaillée en mettant l’accent sur les documents et témoignages disponibles.
En ce qui concerne la naissance de Nicolas Chopin à Marainville, il n’évoque pas la possibilité d’un lien avec la Pologne à travers les Pac-Weydlich, mais extrapole une « fuite » de Nicolas vers un pays qu’il était « désireux de voir ». C’est un élément repris du texte de Karasowski, mais celui-ci trouvait une explication dans le prestige de Stanislas Leszczynski. Etant donné que Nicolas n’est plus nancéen, il est plus difficile de parler de cette influence (probablement imaginaire, du reste), mais Edouard Ganche n’en cherche pas d’autre.

Outre cette extrapolation peu étayée, on en note quelques autres (« un français qui se polonisa entièrement et volontairement » paraît excessif), ainsi que l’erreur factuelle sur la famille Skarbek, que les auteurs antérieurs ne semblent pas avoir faite.



Création : 23 juillet 2013
Mise à jour : 10 avril 2014
Révision : 10 avril 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire