dimanche 27 octobre 2013

120 Les Mémoires de Frédéric Skarbek : le chapitre 3

Quelques informations tirées des Mémoires de Frédéric Skarbek (chapitre « Le changement politique »)

  
Classement : questions biographiques ; Frédéric Skarbek





Ceci est la suite des pages
25 Frédéric Skarbek (éléments biographiques sur cette personnalité polonaise du XIXème siècle, qui a par ailleurs bien connu Nicolas Chopin et sa famille) ;
60 Frédéric Skarbek : Pamiętniki en ce qui concerne l'ouvrage, écrit entre 1860 et 1866, et publié en 1878 ;
67 Frédéric Skarbek biographe de Nicolas Chopin, à propos de son évocation assez longue du père de Chopin, dans le chapitre 1 de ces Mémoires (« Premières années de mon enfance »).


Je fais ci-dessous un résumé des chapitres 2 à 5 concernant la période 1804-1811, avec citations des passages intéressants pour la biographie de Frédéric Skarbek ou d’autres personnalités.

Les extraits ci-dessous sont édités par moi à partir de l'exemplaire de l'ouvrage disponible à la Bibliothèque polonaise de Paris. 

Les chapitres concernés
3 Le changement politique


Chapitre 3 : Le changement politique

L'auteur évoque :
* les réactions des Polonais lors de l’arrivée de l’armée française en Prusse à la fin de 1806. et ses propres réactions (pages 19-20)

* la mission de renseignement reçue par un ami de la famille, Jean Dziewanowski* et son arrivée à Varsovie comme aide de camp (adjutant) du général Milhaud commandant les troupes françaises arrivées en premier dans la ville (20)

* le départ des troupes prussiennes de Varsovie pour Praga, occupée par des troupes russes et l’attitude des habitants de la ville, heureux mais dépourvus de tout esprit d’initiative, se contentant d’attendre les Français (20-23)
« Wczoraj kładli się spać Prusakami, dziś zaś obudzili się, jeżeli nie polakami, to przynajmniej oswobodzonemi, z pod obcej przemocy. » (21)
Traduction
« Hier ils étaient allés dormir Prussiens, et se sont réveillés aujourd’hui, sinon polonais, du moins libérés de la contrainte étrangère. »

* l’arrivée le lendemain soir des premiers détachements de la cavalerie française ; le matin suivant de l’avant-garde commandée par Murat ; le ralliement du commandant de place Joseph Poniatowski ; il ajoute :
« od tej chwili, całe obywatelstwo ziemi naszej, przejęte było ciągłym szałem uniesienia i poświęcenia bez granic, dla Wielkiego Napoleona, o którym tak w pismach i mowach urzędowych, jako w rozmowach potocznych, inaczej niewspominano, jak z dodawaniem tego przymiotnika. » (24).
Traduction
« à partir de ce moment, tous les citoyens de notre pays furent saisis par une continuelle frénésie d’enthousiasme et de dévouement pour le Grand Napoléon, que, tant dans les textes et déclarations officielles que dans les conversations courantes, on n’évoquait autrement qu’en ajoutant ce qualificatif. »

*la mobilisation des Polonais (24) ; les relations avec les troupes françaises qui doivent se ravitailler sur le pays (24-25) ; l’apparence lamentable des troupes d’infanterie qui arrivent fin novembre (25-26) ;

*le passage de Napoléon à Varsovie (26)

*la réorganisation administrative : formation de la Commission de gouvernement, présidée par Stanislas Malachowski (27)

*la visite de la Commission au Lycée avec une cérémonie où il est chargé dde l’accueil (27-28)

Note
* Jean Dziewanowski (Jan Nepomucen Dziewanowski, 1782-1808) : cf. notices NIFC et Wikipédia-pl ; il meurt le 5 décembre 1808 de ses blessures peu après la bataille de Somosierra, en Espagne (30 novembre 1808).



Création : 13 octobre 2013
Mise à jour : 28 octobre 2013
Révision : 28 octobre 2013




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire