mercredi 15 janvier 2014

152 Marie-Paule Rambeau 3 Chopin : quelques erreurs ponctuelles

Aperçus sur l’aspect historique du livre de Marie-Paule Rambeau, Chopin L’enchanteur autoritaire (2005)


Classement : histoire





Ceci est la suite des pages

Dans la dernière, j’ai mentionné les qualités de ce livre pour sa partie biographique, qui s’accompagne de faiblesses de la partie historique.

Je parlerai d’abord d’un certain nombre d’erreurs de détail.

1) Le roi de Prusse, « Kaiser » dès 1825
Dans une note relative à Antoine Radziwill, lieutenant du roi de Prusse pour le Grand-duché de Posen dans les années 1820, elle écrit (page 120, note 52) :
« Il avait obtenu du Kaiser que les jeunes Polonais de la société secrète « Polonia », arrêtés et jugés à Berlin, ne fussent pas accusés de crime contre l’Etat et pussent reprendre leurs études, après avoir purgé leur peine. ».
A cette époque, le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume III (1770-1840) n’est rien de plus que « roi » et ce n’est qu’en 1871 que son fils Guillaume 1er (1797-1888) est devenu empereur (Kaiser) d’Allemagne ; vers 1820, le seul Kaiser est l’empereur d’Autriche.
Il s’agit évidemment d’une erreur « scolaire », due à l’inattention, mais qui indique un certain manque de familiarité avec la matière. Marie-Paule Rambeau est ici victime de connaissances relatives à la Première Guerre mondiale, époque où tous les Français connaissaient « le Kèzère » alias « Guillaume » (II), celui auquel il fallait aller « couper les moustaches ».

2) Raymond Durand, consul de France à Varsovie, rappelé en 1830
Une erreur un peu moins anodine concerne le consul de France à Varsovie en 1830, Raymond Durand ; je l’ai déjà évoquée sur la page Raymond Durand, consul de France à Varsovie (1826-1837). Elle écrit (p. 182) :
« Le consul de France à Varsovie, Durand, refusa de se rallier au nouveau régime et demanda la nationalité russe. On étouffa l'affaire en le rappelant à Paris et le drapeau tricolore flotta sur le consulat de France, faisant "battre d'espoir, écrit Louis Blanc [...], le cœur des Polonais, nos anciens frères d'armes". »
Il est possible que Marie-Paule Rambeau s’appuie ici sur une lettre de Chopin à Titus Woyciechowski, ou bien sur une autre source (elle n’en cite aucune) mais en tout état de cause, Raymond Durand n’a pas été révoqué et est resté en place jusqu’en 1837. Quant à une « demande de la nationalité russe », je n’en trouve aucune autre trace.
Le traitement du cas de Raymond Durand par Marie-Paule Rambeau n’est donc pas du tout adéquat et relève plutôt du mauvais journalisme que de l'histoire (manque de références, absence de vérification).

3) Rambuteau, préfet dès 1831
Il me semble aussi repérer une erreur à propos du comte Rambuteau (page 256), déjà évoquée sur la page Sur un permis de séjour de Chopin en 1831 et sur le comte Rambuteau. Dans une évocation des événements de la fin 1831 (projet d’un concert de Noël, qui n’a finalement pas eu lieu), elle parle du « préfet Rambuteau », alors que celui-ci n’est devenu préfet (de la Seine) qu’en 1833 et qu’il n’est alors que député de Saône-et-Loire.
En l’occurrence, le décalage n’est pas complètement dépourvu d’importance, puisqu’il s’agit d’une intervention de Rambuteau en faveur de Chopin : il est donc intéressant de savoir à quel titre il l’a faite, d’autant qu’elle n’a pas eu l’effet escompté.
Là encore, on a affaire à une erreur d’inattention : le mot « préfet » étant en quelque sorte devenu un complément automatique du nom « Rambuteau » !


Bien entendu, ces erreurs, qui ne nuisent pas à ce qu’elle peut dire par ailleurs sur Chopin, ne sont pas fondamentales. Elles révèlent cependant l'inconvénient de ne pas utiliser les services d'historiens pour au moins corriger une biographie de Chopin.

Un problème un peu plus important se pose quand elle évoque le thème des relations entre la Russie et la Pologne, qui tient évidemment une certaine place dans la vie de Chopin.



A suivre
Le thème des relations entre la Russie et la Pologne



Création : 15 janvier 2014
Mise à jour : 6 novembre 2014
Révision : 3 octobre 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire