vendredi 14 février 2014

158 P Jan Nepomucen Janowski (1803-1888)

Biograficzne źródła o Janie Nepomucenie Janowskim, szczególnie akt stanu cywilnego o jego śmierci  




Aller à l’accueil (Do głównej strony)


Aller à la bibliographie (Do bibliografii)



Ta strona jest polską wersją francuskiej strony A propos de Jean-Népomucène Janowski (1803-1888).

Lista dzieł Jana Nepomucena Janowskiego znajduje się na stronie Jan Nepomucen Janowski : lista dzieł.


Źródła
*Akt stanu cywilnego (Juvisy-sur-Orge, 6 février 1888) (treść po francusku i tłumaczenie)
*Wikipedia polska (wypis ; przepis o omyłce)
*Biographie des hommes du jour (1836) (powiązanie)
*Larousse XIX° wieka (1873) (treść po francusku)


Akt stanu cywilnego
Powiązania :
Archives Départementales de l’Essonne, Juvisy-sur-Orge, 1883-1888, obraz n° 214, akt n° 16
Treść po francusku
« L’an Mil huit cent quatre vingt huit, le six février à onze heures du matin, par devant nous, Louis Charlot, Maire et officier de l’Etat civil de la commune de Juvisy-sur-Orge (Seine-et-Oise) sont comparus Alexandre Biergiel, âgé de quatre-vingt-trois ans, et Joseph Mirecki, âgé de soixante-douze ans, tous deux pensionnaires des Vétérans polonais de cette commune, amis du défunt ; lesquels nous ont déclaré que Jean-Népomucen [sic] Janowski, homme de lettres, né le dix-sept Mai Mil huit cent trois à Konopiska près Varsovie, fils de Jean Janowski et de Marguerite Poliska, tous deux décédés, est décédé hier à quatre heures et demie du matin, en son domicile à l’établissement susmentionné. Et après nous être assuré du décès nous avons dressé le présent acte, que les comparants ont signé avec nous, après lecture faite. »
Tłumaczenie na polski
« R. 1888, w dniu 6 lutego o  godzinie 11 ranka, przed nami, Louis Charlot, burmistrzem i urzędnikiem stanu cywilnego gminy Juvisy-sur-Orge* (Seine-et-Oise*) stawili się Aleksander Biergiel, 83 lat, i Józef Mirecki, 72 lat, obaj gości w pensjonacie [w domu] Veteranów polskich tej gminy*, przyjaciele z nieboszczykiem, którzy nam rzekli że Jan Nepomucen Janowski, pisarz, urodzony w dniu 17 Maja 1803 w Konopiskach pod Warszawie, syn Jana Janowskiego i Margarytki Poliski, obaj nieboszczyki, zmarł wczoraj* o godzinie 4 ranka, w swoim mieszkaniu w tej instytucji. I po zapewnienia się o jego śmierci, sporządziłem ten akt, który po czytania oni ze nami podpisali. »
Przepisy
*Juvisy-sur-Orge : gmina w departamencie Essonne (20 km południowo-wschodnio od centrum Paryża); do r. 1964, w departamencie Seine-et-Oise
*zmarł wczoraj: więc w dniu 5 lutego 1888
*gości w pensjonacie [w domu] Veteranów polskich tej gminy: to obchodzi o instytucji Siostr Miłosierdzia św. Wincentego á Paulo, założonej w Juvisy w r. 1866 (zob. La maison des Vétérans polonais de Juvisy (1866-1907), po francusku)


Wikipedia polska 
« Jan Nepomucen Janowski (ur. 17 maja 1803 w Konopiskach, zm. 9 lutego 1888 w Juvisy-sur-Orge, we Francji) – polski publicysta i działacz polityczny. »
Przepis
*9 lutego 1888: niedokładna data (zob., supra, akt stanu cywilnego)


Biographie des hommes du jour
*Germain Sarrut (1800-1883) et B. Saint-Edme (Edme-Théodore Bourg, 1785-1852), Biographie des hommes du jour, Paris, Krabbe, 1836 :
Powiązanie :
 « Jean-Népomucène Janowski » (Tome 2, 2ème partie, pages 168-171)


Larousse XIX° wieka
*Dictionnaire universel du XIXème siècle, tom 9, 1873, strona 803
Treść po francusku
 « Janowski (Jean-Népomucène), publiciste polonais, né à Konopiska en 1803. Enfant du peuple, il vit de près les effets du despotisme des czars, l’arrogante oppression de la noblesse polonaise, et devint un chaud patriote, un ardent défenseur des droits du peuple. Après avoir fait son droit à Varsovie, il devint maître des requêtes au ministère des finances, fut nommé, en 1829, bibliothécaire de la Société des amis des sciences et des lettres à Varsovie, et collabora au Correspondant de Varsovie, à la Thémis polonaise, au Mémorial de littérature. Lors de l’insurrection de 1830, Janowski devint le principal rédacteur de la Gazette de Pologne, où il prit en main la cause du peuple contre la noblesse et s’attacha à enflammer le patriotisme des Polonais. Forcé de fuir, après la compression du mouvement, il se rendit en France, y devint un des fondateurs de la Société démocratique polonaise, se lia avec les membres les plus remarquables du parti républicain et se vit en butte à toutes sortes de vexations de la part du gouvernement de Louis-Philippe. Après la révolution de Février 1848, Janowski collabora à la Réforme et à la Démocratie pacifique. Expulsé de France par le ministre Dufaure*, en 1849, il passa en Angleterre, puis se rendit en Pologne. Mais là, il fut arrêté, puis expulsé et revint à Paris en 1853. Il devint alors un des collaborateurs du Démocrate polonais, qui s’imprimait à Londres, publia divers écrits, notamment contre les jésuites et la noblesse polonaise, à qui il attribuait la plus grande partie des malheurs de son pays, fit partie du comité d’émigration polonaise lors de l’insurrection de 1863 et protesta peu après contre la dictature anonyme du gouvernement soi-disant national. Depuis quelques années, Janowski s’est retiré dans une campagne des environs de Paris. On lui doit, outre ses nombreux articles de journaux : la traduction de Rituel et institutions des Israélites, par Mendelssohn, et du Livre du peuple, de Lamennais ; Lettre au prince Czartoryski (1854), les Jésuites en Pologne (1861) ; Rome et la Pologne (1862) ; les Commencements de la démocratie polonaise (1862), etc. Son style est simple et grave, énergique et souvent empreint d’ironie. »
Przepis
*Dufaure : Jules Dufaure (1798-1881)



Création : 14 lutego (février) 2014 
Ostatnia zmiana  : 18 lutego 2014
Révision : 





































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire