lundi 3 février 2014

158 A propos de Jean-Népomucène Janowski (1803-1888)

Quelques informations à propos de Jean-Népomucène Janowski (Jan Nepomucen Janowski), auteur d’ouvrages concernant l’histoire de la Pologne de son époque


Classement : Histoire de la Pologne ; historiographie





Jean-Népomucène Janowski (1803-1888) est l’auteur de plusieurs ouvrages, surtout en polonais, quelques uns en français, notamment Les derniers momens de la révolution de Pologne en 1831, publié en 1833.

Les sources analysées ci-dessous indiquent qu’il s’agit d’un homme d’extraction modeste, qui a fait des études supérieures d’assez haut niveau, et qui par la suite s’est tenu sur une ligne démocrate affirmée (voire extrémiste pendant l’insurrection de 1830-1831).
Par ailleurs, le lieu de son décès, Juvisy-sur-Orge, ouvre une perspective sur l’histoire de l’émigration polonaise en France : l’existence dans cette commune, à la fin du XIXème siècle, d’une institution caritative hébergeant des « vétérans polonais » de l’insurrection de 1830-1831.


Les sources
*Acte de décès de l’intéressé (Juvisy-sur-Orge, 6 février 1888)
*Notice de la Biographie des hommes du jour (1836)
*Notice du Larousse du XIXème siècle (1873)
*Notice de la Wikipédia polonaise

Acte de décès
Référence : AD 91, Etat civil, Juvisy-sur-Orge, 1883-1888, vue 214, acte n° 16
Texte
« L’an Mil huit cent quatre vingt huit, le six février à onze heures du matin, par devant nous, Louis Charlot, Maire et officier de l’Etat civil de la commune de Juvisy-sur-Orge* (Seine-et-Oise) sont comparus Alexandre Biergiel, âgé de quatre-vingt-trois ans, et Joseph Mirecki, âgé de soixante-douze ans, tous deux pensionnaires des Vétérans polonais* de cette commune, amis du défunt ; lesquels nous ont déclaré que Jean-Népomucen Janowski, homme de lettres, né le dix-sept Mai Mil huit cent trois à Konopiska près Varsovie*, fils de Jean Janowski et de Marguerite Poliska, tous deux décédés, est décédé hier* à quatre heures et demie du matin, en son domicile à l’établissement susmentionné. Et après nous être assuré du décès nous avons dressé le présent acte, que les comparants ont signé avec nous, après lecture faite. »
Notes
* Juvisy-sur-Orge : actuellement dans l’Essonne, à environ 15 km de la porte d’Ivry à Paris, au confluent de l’Orge et de la Seine
* Konopiska près Varsovie : Konopiska est situé à 10 km au sud-ouest de Czestochowa, à environ 200 km au sud-ouest de Varsovie ; la mention « près Varsovie » est donc très approximative
est décédé hier : donc le 5 février 1888
pensionnaires des Vétérans polonais : cette formule évoque un établissement tenu par les Sœurs polonaises de la Charité de St Vincent de Paul ; une page spécifique lui est consacrée

Notice de la Biographie des hommes du jour
*Référence : Germain Sarrut (1800-1883) et B. Saint-Edme (Edme-Théodore Bourg, 1785-1852), Biographie des hommes du jour, Paris, Krabbe, 1836 : « Jean-Népomucène Janowski » (Tome 2, 2ème partie, pages 168-171) :
Les auteurs de cet ouvrage ont une orientation politique radicale et présentent donc la vie de Janowski de façon très favorable. Je donne ici un résumé de la notice qui est assez longue.
« [Il] est né le 16 mai 1803 […] d’une famille qui n’était ni noble ni riche, […] ; homme du peuple, l écrit pour défendre le peuple […]. Son père était un paysan, et Janowski loin d’en rougir s’en fait gloire. »
La notice indique les étapes suivantes :
*1817 : élève au gymnase de Gleiwitz (actuelle Gliwice) en Silésie (alors en Prusse)
*lycée de Cracovie, puis cours de philosophie, interrompues parce que « le grand-duc Constantin défendit en 1823 à la jeunesse née dans la Pologne soumise au tzar de faire son instruction dans cette ville. »
*1823-1826 : études de droit à Varsovie
*travail historique sur la question Quelle a été l’influence des lois romaines sur la législation de la Pologne ; controverse avec Lelewel qui nie une telle influence
*nommé « maître des requêtes » au ministère des finances ;
*1829 : nommé bibliothécaire de « l’Institut de Pologne »
*livre sur l’histoire des Jésuites
Durant l’insurrection de 1830-1831, il se tient sur une ligne antinobiliaire dure, notamment par ses articles dans la Gazette de Pologne ; il se heurte aux autorités insurrectionnelles moins intransigeantes.
Dans l’émigration, il est « un des premiers qui se sépara de Lelewel en voyant que ce savant distingué servait encore de drapeau aux partisans de l’aristocratie nobiliaire ». Il participe à la fondation de la société démocratique polonaise et fait partie du comité central de Poitiers.


Notice du Larousse du XIXème siècle
*Référence : Dictionnaire universel du XIXème siècle, tome 9, 1873, page 803 (édition Lecour : volume 12)

« Janowski (Jean-Népomucène), publiciste polonais, né à Konopiska en 1803. Enfant du peuple, il vit de près les effets du despotisme des czars, l’arrogante oppression de la noblesse polonaise, et devint un chaud patriote, un ardent défenseur des droits du peuple. Après avoir fait son droit à Varsovie, il devint maître des requêtes au ministère des finances, fut nommé, en 1829, bibliothécaire de la Société des amis des sciences* et des lettres à Varsovie, et collabora au Correspondant de Varsovie, à la Thémis polonaise, au Mémorial de littérature. Lors de l’insurrection de 1830, Janowski devint le principal rédacteur de la Gazette de Pologne, où il prit en main la cause du peuple contre la noblesse et s’attacha à enflammer le patriotisme des Polonais. Forcé de fuir, après la compression du mouvement, il se rendit en France, y devint un des fondateurs de la Société démocratique polonaise, se lia avec les membres les plus remarquables du parti républicain et se vit en butte à toutes sortes de vexations de la part du gouvernement de Louis-Philippe. Après la révolution de Février 1848, Janowski collabora à la Réforme et à la Démocratie pacifique. Expulsé de France par le ministre Dufaure*, en 1849, il passa en Angleterre, puis se rendit en Pologne. Mais là, il fut arrêté, puis expulsé et revint à Paris en 1853. Il devint alors un des collaborateurs du Démocrate polonais, qui s’imprimait à Londres, publia divers écrits, notamment contre les jésuites et la noblesse polonaise, à qui il attribuait la plus grande partie des malheurs de son pays, fit partie du comité d’émigration polonaise lors de l’insurrection de 1863* et protesta peu après contre la dictature anonyme du gouvernement soi-disant national*. Depuis quelques années, Janowski s’est retiré dans une campagne des environs de Paris*. On lui doit, outre ses nombreux articles de journaux : la traduction de Rituel et institutions des Israélites, par Mendelssohn, et du Livre du peuple, de Lamennais ; Lettre au prince Czartoryski (1854), les Jésuites en Pologne (1861) ; Rome et la Pologne (1862) ; les Commencements de la démocratie polonaise (1862), etc. Son style est simple et grave, énergique et souvent empreint d’ironie. »
Notes
Société des Amis des sciences (Towarzystwo [Warszawskie] Przyjaciół Nauk) : société scientifique polonaise fondée en 1800 (dans ce qui est alors la Prusse méridionale) ; fermée en 1832 par Nicolas 1er ; la mention « et des lettres » ne semble pas justifiée
Société démocratique polonaise (Towarzystwo Demokratyczne Polskie) : société politique de l’émigration polonaise d’orientation radicale, fondée en 1832 à Paris, autour de Tadeusz Krępowiecki (1798-1847), connue par le « Petit manifeste » (1832) et le « Grand manifeste » (Poitiers, 1836)
Dufaure : Jules Dufaure (1798-1881), député et ministre sous la Monarchie de Juillet et la Seconde République (président du Conseil sous la Troisième République)
retiré dans une campagne des environs de Paris : en 1873, Janowski a 70 ans ; peut-être est-il déjà dans la maison des Soeurs de St Vincent de Paul à Juvisy
l’insurrection de 1863 : c’est le dernier grand soulèvement polonais, qui intervient dans la période de crise de l’Empire russe due à la défaite de Crimée ; la victoire russe aboutit à la quasi disparition (de facto) du royaume de Pologne
gouvernement soi-disant national : gouvernement national (Rząd Narodowy), institué en janvier 1863 d’abord comme gouvernement provisoire (Tymczasowy Rząd Narodowy) ; prend fin en octobre 1864 ; objet d’un conflit entre conservateurs et radicaux

Notice de la Wikipédia polonaise 
Référence : version du 2 février 2014
« Jan Nepomucen Janowski (ur. 17 maja 1803 w Konopiskach, zm. 9 lutego 1888 w Juvisy-sur-Orge, we Francji) – polski publicysta i działacz polityczny, wolnomularz
W swych poglądach za najgroźniejszego wroga narodu uważał arystokrację, a w swych pracach konsekwentnie zwalczał jej polityczno-społeczne koncepcje.
Życiorys
Urodził się jako syn chłopa. W latach (1822-1823) studiował filozofię na Uniwersytecie Jagiellońskim, później prawo na Uniwersytecie Warszawskim. W 1827 został magistrem prawa cywilnego i kanonicznego.
Pracował następnie w sądownictwie, skarbowości i Bibliotece Towarzystwa Przyjaciół Nauk. W 1831 urzędował w Komisji rządowej przychodów i skarbu. Na emigracji był sekretarzem i wiceprezesem Towarzystwa Patriotycznego, na emigracji należał do założycieli Towarzystwa Demokratycznego. Pisał artykuły do "Kuriera Polskiego", "Nowej Polski" i "Demokraty Polskiego".
Jakiś czas redagował „Gazetę Polską“. Napisał wiele artykułów, z których najważniejsze to „Margrabia Aleksander Wielopolski“ (Paryż, 1861), „O początku demokracji polskiej...“ (Paryż, 1862), „Les derniers moments de la révolution de Pologne en 1831...“ (Paryż, 1833). Wydał "Krótki katechizm polityczny".
Od 1835 współwydawca i redaktor "Przeglądu Dziejów Polski". Jest autorem notatek autobiograficznych, przedstawiających jego wspomnienia z lat 1803-1853.
Bibliografia
*Wielka Ilustrowana Encyklopedia Gutenberga (1934-1939)
*Ilustrowana Encyklopedia Trzaski, Everta i Michalskiego (1924-1927)
*Wielka Encyklopedia Powszechna PWN (1962-1969) »
Traduction
« Jean Népomucène Janowski (né le 17 mai 1803 à Konopiska, mort le 9* février 1888 à Juvisy-sur-Orge en France) est un journaliste et militant politique polonais, membre de la franc-maçonnerie.
Du point de vue des idées, il considérait l’aristocratie comme l’ennemi le plus dangereux et dans ses travaux menés en conséquence il combattait ses conceptions socio-politiques.
Biographie
Il est le fils d’un paysan. Dans les années 1822-1823, il étudia la philosophie à l’université Jagellone [à Cracovie], et par la suite le droit à l’université de Varsovie. En 1827, il obtint une maîtrise* de droit civil et canon.
Par la suite, il travailla dans l’administration judiciaire, dans celle du Trésor, et à la bibliothèque de la Société des Amis des sciences. En 1831, il était en fonction à la Commission gouvernementale [ministère] des revenus et du trésor. Dans l’émigration, il fut secrétaire et vice-président de la Société patriotique* et il appartint aux fondateurs de la Société démocratique*. Il écrivait des articles pour Le Courrier polonais*, La Nouvelle Pologne*, et Le Démocrate polonais*.
Un moment, il fut rédacteur [en chef ?] de La Gazette polonaise*. Il a écrit de nombreux ouvrages, dont les plus importants sont : Le Marquis Alexandre Wielopolsk (Paris, 1861), De l’origine de la démocratie polonaise (Paris, 1862), Les derniers moments de la révolution de Pologne (Paris, 1833). Il a édité Bref catéchisme politique.
A partir de 1835, il est collaborateur et rédacteur de [la revue] Examen de l’histoire de la Pologne. Il est l’auteur de notes autobiographiques, relatant ses souvenirs des années 1803-1853. »
Notes
*le 9 février 1888 : petite erreur de date (cf. supra)
*maîtrise : le texte polonais utilise le mot magister ; pour cela, Janowski a écrit un mémoire (en latin) : Investigentur omnes sententiae et loci iuris Romani, quotquot in Cadlubcone occurant et indicentur fontes eorum, sur l’influence du droit romain en Pologne, vue à travers un ouvrage de Vincent Kadlubek (Cadlubco), auteur du XIIème siècle (cf. page Liste de ses oeuvres)
*Société patriotique : fondée en 1821 ; établit des relations avec les opposants russes (Décembristes) ; devient le Comité patriotique, présidé par Joachim Lelewel en 1831
Autres notes à venir :
*Le Courrier polonais
*La Nouvelle Pologne
*Le Démocrate polonais
*La Gazette polonaise

Site Sejm Wielki 
Pas de renseignements sur Janowski.


Œuvres de Jean-Népomucène Janowski



Création : 3 février 2014
Mise à jour : 6 novembre 2014
Révision : 6 novembre 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire