jeudi 30 octobre 2014

169 Le passeport de 1837 de Chopin Analyse 1

Analyse du contenu du passeport de Chopin : première partie (vue d’ensemble)


Classement : biographie ; documents ; Frédéric Chopin





Ceci est la suite des  pages Les passeports de Chopin et Le passeport de 1837 de Frédéric Chopin, dans laquelle se trouve une transcription du contenu de ce passeport et une présentation élémentaire (aperçu chronologique, références).

Il s’agit d’un passeport classique, semblable à d’autres de la même époque, ce qui est logique, puisque le passeport est un document normalisé depuis la loi de 1792 (même si la formalisation n’est pas identique, dans le détail, à celle d’origine).

Analyse 
Elle portera sur un certain nombre de points à élucider.
Pour cette étude, j’utiliserai à titre de comparaison un passeport reproduit par Gérard Noiriel dans son article  « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l'histoire du passeport en France de la Ie à la IIIe République » (Genèses, 1998, Numéro 30, pp. 77-100). Il s’agit d’un passeport pour l’intérieur, délivré en 1841 à un militaire espagnol réfugié en France, Manuel Garcia (voir la page Les passeports en France au XIXème siècle).

Les signataires
Le passeport porte trois signatures, outre celle, habituelle, de Chopin (FfChopin) :
1) celle du préfet de police, Gabriel Delessert ;
2) celle du secrétaire général de la préfecture, Pierre Malleval ;
3) celle d’un « chef de ?????? » non identifié.

Le rédacteur
Des trois signataires, c’est manifestement le troisième qui a rempli le passeport : sa façon de signer, avec la boucle de l’initiale, se retrouve dans les écritures portées sur le document (notamment : le P de Préfet, Paris, Police ; le C de Chopin).

La colonne de gauche
Elle donne succinctement (sans phrases) les indications sur l’autorité émettrice et le signalement de l’intéressé.
Dans cette colonne, on peut remarquer que l’âge indiqué (26 ans) ne correspond pas à celui de Chopin, qui en juillet 1837, en a 27, étant né, officiellement le 22 février 1810 (registres d'état civil et de baptême), et, selon la famille, le 1° mars 1810 (date donnée notamment par Chopin lui-même lorsqu’il adhère à la Société littéraire en 1832).

Le reste (caractéristique physiques) n’a pas d’intérêt pour le sujet.

La colonne de droite
Cette colonne donne des indications sociales sur l’intéressé et sur le voyage pour lequel est demandé le passeport.
On peut y remarquer :

1) la formule désignant Chopin
Il est nommé « Monsieur Chopin frédéric », alors que le passeport de Manuel Garcia le désigne de façon plus administrative comme « le sieur Garcia (Manuel) ».
On peut se demander d’où vient cette déférence envers Chopin : d’une part, sa notoriété de musicien est sans doute connue de la haute administration parisienne ; d'autre part, elle peut aussi le connaître comme membre du cercle d’Adam Czartoryski.

2) une formule difficilement lisible
Elle est formée de trois mots, dont les deux derniers semblent être « de France ».
Dans le passeport de Manuel Garcia, on trouve à cet endroit : « Réfugié Espagnol carliste »

3) la formule relative à son lieu de naissance
Le passeport indique qu'il est « natif de Varsovie de parents français ».
Cette phrase a fait couler pas mal d’encre, constituant pour certains une preuve catégorique de la nationalité française de Chopin.
Elle sera étudiée sur une page à suivre.




Création : 30 octobre 2014
Mise à jour : 7 août 2016
Révision : 7 août 2016





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire