lundi 5 octobre 2015

214 A propos de la famille de Rochetin

Quelques informations sur une famille franco-polonaise, les de Rochetin


Classement : histoire des relations franco-polonaises




Sources principales
*Biographie des hommes du jour de Sarrut et Saint-Edme, pp. 201-203 (lien) (B)
*Notice de la Wikipédia polonaise relative à Eugénie Bocquel de Rochetin (lien) (W) [traduction en bas de page]
*catalogues en ligne du SUDOC et de la BnF.

Les formules entre crochet correspondent à des remarques personnelles.


La famille de Rochetin

On dispose d’informations sur les personnes suivantes :

A) Nicolas de Rochetin ( ? – avant 1829)
Nicolas, comte de Rochetin, marquis de la Garenne, colonel d'Empire, est un moment prisonnier en Russie [suite à la campagne de Russie, 1812], puis, libéré, acquiert un domaine nommé Kamionka, situé près de Cracovie, sans doute sur le territoire de la République de Cracovie (B).
Sa première épouse est Julie du Bois de la Roche-sur-Yon, nièce de Mirabeau (B), dont il a eu trois enfants : Eugénie, Victor-Henri et Adolphe. En 1817, il se remarie à Cracovie avec Rosalie de Marcoin et décède avant 1829 (W).
Notes
*Julie du Bois de la Roche-sur-Yon, nièce de Mirabeau : ???

B) Eugénie Bocquel de Rochetin (1799-1850),
Fille de Nicolas, née en France (au « château de La Roche sur Sonne* »), vit en Pologne à partir des années 1810, notamment dans la République de Cracovie, puis à Varsovie, où elle décède (W)
Elle est l'auteur de deux livres répertoriés :
*Rozmowy francuskie, Varsovie, 1850 (13 éditions en polonais jusqu'en 1887)
*Conversations françaises, Varsovie, 1900 (édition en français)
Notes
*château de La Roche sur Sonne : lieu non identifié ; peut-être La Roche sur Yon

C) Victor-Henri de Rochetin (1803-1877),
Né à Paris, vit en Pologne à partir de 1811 et y reste jusqu'en 1831. Il fait des études à Cracovie et publie des poèmes satiriques contre le grand-duc Constantin, de sorte qu'il vit en général dans la République de Cracovie ou dans le Grand-duché de Posen (B).
Il participe à l'insurrection du royaume de Pologne, devenant aide de camp du général Ramorino avec qui il quitte le royaume de Pologne pour l'Autriche pendant l'été 1831 (B). Réfugié en France, il part un moment au Portugal, puis revient en France, où il passe huit mois en prison en 1834, suite à une affaire impliquant des réfugiés polonais (B).
Par la suite, il publie quelques brochures relatives à la situation de la Pologne (cf. catalogue de la BnF) et des traductions. Il meurt à Paris le 16 août 1877 (nécrologie dans le Bulletin littéraire et scientifique de l’Association des anciens élèves de l'Ecole polonaise).
Il est présent sur la liste des condamnés fournie dans un livre du général Bem (lien)
Il est l'éditeur d'un recueil 
*Fables et poésies polonaises, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1874

D) Adolphe
Il vit aussi en Pologne et y devient professeur de français (W).


Traduction de la notice Eugenia Bocquel
[version du 15 juin 2015]

Eugenia Bocquel, en italien* Eugenia, née comtesse de Rochetin, comtesse de Bocquel, née en 1799 au château de la Roche sur Sonne, morte le 5 novembre 1850 à Varsovie, est un écrivain français et une traductrice.

Elle descendait d’une famille noble française. Ses parents étaient le colonel de la garde Nicolas, comte de Rochetin, marquis de la Garenne, et Julienne (Julie), fille du marquis Dubois, prince de la Roche sur Sonne. La famille de Rochetin était étroitement liés avec la maison royale de France ; le comte Nicolas était un proche ami du roi Louis XVIII. En 1817, Nicolas épousa à Cracovie Rosalie de Marcoin* (les témoins étaient entre autres Joseph Jean Népomucène comte Wielopolski*, le marquis de Gonzague Myszkowski* et François comte Lubienski*). Il mourut avant 1829.

Elle [Eugénie] fut éduquée à domicile. Dans son enfance, sa famille fut contrainte à quitter la France* et s’installa en Pologne. Là, son père acheta la propriété de Kamionka. Eugénie habita principalement le territoire de la Ville Libre de Cracovie*, où s’était établie toute sa proche famille, ses parents et ses deux frères : Adolphe et Victor Henri (le second fut lieutenant durant l’insurrection de Novembre et aide de camp [polowy : ???] du général Ramorino*.

La famille eut à se débattre avec des problèmes de nature financière (une des causes était l’absence de revenus stables de sa petite et pauvre propriété foncière). Adolphe de Rochetin s’employa dans l’enseignement de la langue française. Eugénie décida également de suivre sa propre voie, prenant la direction d’une pension pour demoiselles à Pinczow* dans le royaume de Pologne malgré les propriétés de famille de sa belle-sœur* Emilie, né Romanowska.

Vraisemblablement après l’insurrection de Novembre, elle déménagea à Varsovie, où elle s’installa dans le palais Lubienski (rue Krolewska*). Là, elle commença à mener une vie sociale animée ; dans son salon se rencontrait l’élite de la capitale du royaume de Pologne (les Lubienski, les Grabowski, les Wielopolski).

En raison d’une paralysie, elle fut contrainte de changer le mode de vie qu’elle avait eu jusque là. Elle débuta dans l’activité littéraire. Le plus connu de ses livres est Rozmówki francuskie, des années 1840, qui fut édité à plusieurs reprises au XIXème siècle et convenait aux méthodes fondamentales d’enseignement de la langue française pour les Polonais. Elle réalisa aussi de nombreuses traductions littéraires. Son livre Principales fêtes de famille en Pologne fut encore édité en 1874 à Paris, après sa mort, aux frais de son frère Victor. Ce livre consiste essentiellement en un choix de souvenirs sur le thème des fêtes polonaises de Noël, de Pâques et autres, vécues par elle dans des maisons polonaises.

Eugénie de Bocquel mourut dans son appartement rue Krolewska. Ses funérailles eurent lieu dans la basilique de la Sainte-Croix* à Varsovie, et sa dépouille repose au cimetière de Powazki*.

Bibliographie
*Grande Encyclopédie universelle illustrée, tome VIII, Varsovie, 1893
*Encyclopédie universelle Orgelbrand, tome II, Varsovie, 1898
*Acte de décès de la paroisse Sainte Croix de Varsovie, 1850, n° 1469

Notes
*en italien : information incongrue ; il serait logique de donner la forme française de son prénom !
*le comte Nicolas était un proche ami du roi Louis XVIII : ?
*Rosalie de Marcoin : ?
*Joseph Jean Népomucène comte Wielopolski : ???
*le marquis de Gonzague Myszkowski (margrabia Gonzaga Myszkowski) : ???
*François comte Lubienski : François Xavier Lubienski (Franciszek Ksavery Łubieński, 1784-1826), fils aîné du juriste Félix Lubienski (1758-1848) [voir notice Krzemienewo]
*sa famille fut contrainte à quitter la France : cette information dépourvue d'arrière-plan historique ne correspond pas à ce qu'indique la Biographie des hommes du jour
*Ville libre de Cracovie : Etat créé par le congrès de Vienne, autonome, mais sous tutelle conjoint de la Russie, de la Prusse et de l'Autriche ; annexé par l'Autriche en 1846
*général Ramorino : Jérôme Ramorino (Girolamo Ramorino, 1792-1849), d’origine italienne, mais formé en France sous l’Empire ; se met au service  e l’insurrection polonaise en 1831 ; reçoit le commandement d’un corps de l’armée polonaise ; démobilisé en Galicie, dans l’Empire d’Autriche, après la prise de Varsovie en septembre 1831
*Pinczow : (Pińczów), ville située à 60 km au nord-est de Cracovie
*sa belle-sœur : ?
*rue Krolewska : grande rue de Varsovie située au sud de la Vieille Ville, à Wilanowska
*église Sainte-Croix : située rue du Faubourg de Cracovie, près de l’Université
*cimetière de Powazki : cimetière situé à 1 km au nord-ouest de la Vieille Ville 



Création : 5 octobre 2015
Mise à jour :
Révision : 30 juin 2017
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 214 A propos de la famille de Rochetin
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2015/10/famille-de-rochetin.html










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire