vendredi 26 avril 2013

52 Agathe Audley biographe de Chopin (1880)

Quelques informations à propos d'Agathe Audley et de son livre sur Chopin



Agathe Audley est l’auteur d’un ouvrage intitulé Frédéric Chopin Sa vie et ses œuvres (1880)

L’auteur
Agathe Audley (Madame Agathe Périer, née Audley ou Madame Agathe Audley, épouse Périer) est née en 1809 ; sa date de décès n’est pas documentée (cf. notice SUDOC de l'ouvrage).
Elle a par ailleurs écrit des livres sur Schubert (Franz Schubert Sa vie et ses oeuvres, Paris, Didier, 1871) et Beethoven (Louis van Beethoven Sa vie et ses oeuvres d'après les plus récents documents, Paris, Didier, 1867), ainsi que plusieurs autres.
Elle a aussi traduit Sybil ou les deux nations de Benjamin Disraeli (Paris, Amyot, 1847) et Les Surprises d'un célibataire de Charles Rockingham/Philippe de Rohan-Chabot (Paris, Hachette, 1885).


L’ouvrage
Il est disponible à la Médiathèque musicale Mahler (11bis, rue de Vézelay, 75008 Paris) ; le SUDOC n'indique que deux autres localisations (une à Paris, une à Lyon) ; on le trouve aussi à Grenoble (Bibliothèque municipale, Fonds ancien). 

Editions
*Paris, Editions Plon, 1880, 245 p.
Une notice du Narodowy Instytut Fryderyka Chopina indique que l’ouvrage a fait l’objet de deux recensions en Pologne :
*Bluszcz, n° 16, 1880, p. 125
*Tygodnik Ilustrowany, n° 225, 1880, p. 244


Contenu

Préface
Elle y évoque « les personnes bienveillantes qui, parmi ses amis à Paris, ont consenti à me donner sur lui les renseignements dont elles pouvaient disposer. Parmi elles […], la princesse Marcelline Czartoryski, Madame Benoît (Mademoiselle Meara), Madame Pauline Viardot, M. Franchomme » et se réfère aussi à un travail antérieur : « mon travail du Correspondant ».


Chapitre 1
*Page 2
« Spirituel et vif comme la France à laquelle il appartenait par son père ; fougueux et passionné comme la Pologne qui le revendiquait par sa mère, il devait peut-être une partie du charme et de l’étrangeté de son talent au double caractère de sa double patrie. Toutefois, celle qui prévalut en lui et dont il garda l’ineffaçable empreinte, ce ne fut pas la France, mais la Pologne. Né le 1er mars 1809 à Zelazowa Wola, à quelques milles de Varsovie, il fut Polonais de sentiment et de génie, ce dont ses œuvres témoignent surabondamment.
Du reste, son père, Nicolas Chopin, né à Nancy en 1770, avait dès son enfance éprouvé pour la Pologne une sympathie due peut-être au souvenir du roi Stanislas Leczinski, qui avait régné sur ce duché de Lorraine, et que partageait toute la population. Aussi, quand en 1787, une dame polonaise, la starosta Laczinska, offrit à Nicolas de lui confier l’éducation de ses deux fils, accepta-t-il avec empressement. […]
Successivement professeur au lycée fondé à Varsovie en 1810, par Napoléon 1er, puis à l’Ecole d’artillerie et du génie, et en 1830, à l’Académie ecclésiastique, il finit par créer un pensionnat libre où les meilleures familles ne tardèrent pas à placer leurs fils. »


Commentaires
1) erreurs
*sur la date de naissance de Chopin ;
*sur la date et le lieu de naissance de Nicolas Chopin ;
*sur la date et l’origine de la fondation du lycée de Varsovie (non justifiable à la date où elle écrit).

2) confusions chronologiques
*elle semble placer (correctement) le départ de Nicolas en 1787, mais en attribue la responsabilité à à Madame Laczynska (la mère de Marie Walewska), qui intervient dans la carrière de Nicolas Chopin au plus tôt en 1795 ;
*le pensionnat Chopin semble, dans sa formulation, avoir été créé dans les années 1830, alors qu’il remonte au début des années 1810.

3) style
Le passage cité se fonde sur une rhétorique de la double origine, qui est un lieu commun littéraire (pas seulement dans le cas de Chopin) : au départ, la France est donnée (implicitement) comme plus légitime : il « appartenait à la France » (par son père) tandis que la Pologne « le revendiquait » (par sa mère) ; malgré tout, la conclusion donne l’avantage à la Pologne.



Création : 26 avril 2013
Mise à jour : 18 mars 2014
Révision : 18 mars 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire