samedi 27 avril 2013

53 L'encyclopédie musicale Delagrave (1922) biographe de Chopin

Quelques informations à propos de la notice consacrée à Chopin dans cet ouvrage ; compléments à l’hypothèse « Szop »



L’ouvrage

Il est disponible à la Médiathèque musicale Mahler (11, rue de Vézelay, 75008 Paris), et, en ligne, sur le site Gallica (pour le volume qui nous intéresse).

Référence :
*Alfred Lavignac et Lionel de la Laurencie, Encyclopédie de la musique et dictionnaire du Conservatoire, Paris, librairie Delagrave, 1922
En ce qui concerne Chopin : Première partie (Histoire de la musique), tome V (Russie, Pologne, Finlande, etc.), p. 2575 et suivantes.

Il ne s’agit pas d’une encyclopédie à entrées, mais d’un ouvrage thématique. Les développements sur la musique polonaise occupent plusieurs pages ; ceux consacrés à Chopin s’étendent de la page 2575 (3 lignes) à la page 2577 (presque entière).


Citations

*p. 2575, col. 2
« Le plus grand génie musical polonais du XIXè est sans contredit Frédéric Chopin. »

*p. 2576, col. 2 :
« Frédéric Chopin est né le 20 février 1810 à Zelazowa Wola, près de Sochaczew, ville située à 40 kilomètres de Varsovie. Le village de Zelazowa Wola était une possession de la famille du comte Skarbek, dans la maison duquel séjournait, en qualité d’instituteur, un jeune Français, Nicolas Chopin, originaire de la Lorraine 1.
Nicolas Chopin vint à Varsovie aux environs de 1787 et il pourvoyait à sa subsistance en donnant des leçons de français. Il accepta une place chez les Skarbek au commencement du XIXè siècle. C’est là qu’il connut une cousine de la comtesse, une certaine demoiselle Justine Krzyzanowska, d’une famille noble, qu’il épousa en 1806. Quatre ans plus tard, un enfant maladif, le futur génie musical, Frédéric, naquit de cette union.

Note 1 : selon Gervais, légiste français qui a fait des recherches dans les archives de la ville de Nancy, la famille de Chopin proviendrait d’un certain Nicolas Chop, gentilhomme polonais de Kalisz.
En commun avec son ami Jean Kowalski, lui aussi courtisan du roi Stanislas Leczynski, Chop aurait fondé vers 1740, à Nancy, un dépôt de vins, et à cette occasion, il aurait changé son nom en Chopin, et son ami se serait appelé, depuis lors, Ferrand. Le fils de l’ex-Chop, Jean-Jacques Chopin, aurait épousé à Metz, un veuve Desmarets ou Desmarais. Il aurait enseigné d’abord à Metz, puis à Nancy et enfin à Strasbourg. De ses trois fils, deux seraient morts sans avoir laissé de postérité, et le cadet aurait émigré au commencement du XIXè siècle. Qui sait si cet émigré n’était pas précisément Nicolas Chopin, né le 17 aout 1770 à Nancy ?
Si cette conjecture pouvait être confirmée par des recherches d’archives, le caractère polonais de l’âme de Chopin et son sentiment patriotique trouveraient dans ce fait un commentaire extrêmement curieux et instructif. (Extrait du livre de Polinski sur Chopin.) »

Commentaires
1) On remarquera la date curieusement inexacte pour la naissance de Frédéric (20 au lieu de 22 février 1810)

2) Le point le plus important concerne l’hypothèse Szop (« Chop »), que les auteurs de la notice ne considèrent cependant pas comme assurée. Ils renvoient à un auteur polonais dont il semble qu’ils citent l’ouvrage, qui lui-même renvoie à un juriste français.
L’anecdote des deux gentilshommes polonais de la cour de Stanislas s’établissant comme marchands de vin à Nancy est hautement improbable, mais il serait intéressant de savoir s’il s’agit d’une pure affabulation ou s’il y a quelque chose derrière (ce qui ne changerait du reste rien à la réalité des origines de Nicolas Chopin).
En ce qui concerne le changement de nom de « Kowalski » en « Ferrand », il n’est pas arbitraire, puisque, en polonais, kowal signifie « forgeron » (soit, « maréchal-ferrand »).

Les sources fournies pas l’encyclopédie Delagrave à propos de « Chop »

Polinski
La notice se termine par une bibliographie conséquente (p. 2577), incluant notamment
* « H. Polinski, Chopin, Idzikowski, Kiew, 1914 (en polonais). C’est une biographie courte, mais exacte et exposée avec beaucoup de détails1.
Note 1 : Extrait du Dictionnaire de Riemann, 2è édit. Française. »

* Dictionnaire de Riemann : il s’agit de Hugo Riemann (1849-1919), musicologue allemand ; la première édition du Musiklexikon de Riemann date de 1882 ; en ce qui concerne la notice Chopin, elle doit se référer à l’édition de 1919-(1929) [ajout, 4 mai 2005 : l'examen des éditions concernées du Dictionnaire de Riemann ne semble pas contenir la citation indiquée ci-dessus].

En ce qui concerne « H. Polinski », il s'agit en réalité de « A. Polinski » (Aleksander) ; les autres références sont correctes, comme le montre la notice Worldcat :

*Aleksander Poliński, Chopin, Kijów , Nakładem Księgarni Leona Idzikowskiego, 1914.
Cet ouvrage n'est disponible (en bibliothèque) qu'en Pologne.

Gervais
En ce qui concerne le « légiste français Gervais », les références sur Internet restent à trouver.

Bilan
Il semblerait donc qu’un livre sur Chopin publié à Kiev en 1914 évoque les recherches faites à Nancy par un juriste français (entre les années 1830 et les années 1900) à propos d’un certain « Chop » (« Szop »), ce qui permet de conclure qu’Antoni Wodzinski (qui écrit son livre en 1886) n’est probablement pas le créateur de ce personnage mystérieux, ancêtre supposé (à tort) de Nicolas Chopin.



Création : 27 avril 2013
Mise à jour : 18 mars 2014
Révision : 18 mars 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire