jeudi 18 avril 2013

50 Antoni Wodzinski 2 Les Trois romans de Frédéric Chopin

Quelques informations à propos du livre d’Antoni Wodzinski Les Trois romans de Frédéric Chopin


Classement : questions biographiques ; écrits sur Frédéric Chopin




Voir les pages spécifiques consacrées à l'auteur et à sa famille, notamment à sa tante, Maria Wodzinska, pendant quelques mois fiancée de Frédéric Chopin.


Les Trois romans de Frédéric Chopin

Editions
*Paris, Calmann-Lévy, 1886, 342 pp.
*Paris, Calmann-Lévy, 1927, 342 pp.
Cet ouvrage (édition de 1886) est disponible, à la Médiathèque musicale Mahler (11 rue de Vézelay, 75008 Paris)  et dans plusieurs autres bibliothèques universitaires

L’édition de 1886
Elle ne comporte aucune indication concernant l’auteur ou l’ouvrage.

La page de titre est composée comme suit :
LES TROIS ROMANS
DE
FRÉDÉRIC CHOPIN

PAR
LE COMTE WODZINSKI

PARIS
CALMANN LÉVY, ÉDITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY
3, RUE AUBER, 3

1886

La page précédente indique les ouvrages « du même auteur » parus chez Calmann Lévy :
La Princesse Lamanzoff
Vainqueurs et vaincus.

L'auteur est ici crédité (ou s'est crédité) d'un titre de comte qui ne semble pas fondé (cf. Marie-Paule Rambeau, Chopin, page 420).

Contenu
Le livre d'Antoni Wodzinski est considéré comme un récit romancé plutôt que comme une biographie. Il énonce effectivement des faits sans les justifier, certains exacts, d'autres non, comme le montrent les quelques citations réunies ci-dessous.



Quelques citations ; l'hypothèse Szop

Le choix de citations est limité, en attendant mieux.


Page 2 : Zelazowa Wola
« Zelazowa-Wola, village mazovien, qu’une vingtaine de werstes, à peine, séparent de Varsovie. »

Commentaire
« une vingtaine de werstes », soit environ 21 km (la distance réelle est d’environ 50 km). Noter, page 12 : « la comtesse Skarbek habitait alors à Zelazowa-Wola, village situé aux portes de Varsovie. »


Pages 3-4 : les origines de Nicolas Chopin
« A droite, dans un logement composé de trois pièces, si basses qu’on en peut toucher le plafond du doigt, vivait au commencement du siècle, un homme d’une trentaine d’années, brun, à l’œil vif, au visage fraîchement rasé. On le trouvait chaque soir penché sur un livre. De temps à autre le vagissement confus d’un enfant au berceau, arrivant de la pièce voisine, lui faisait interrompre son labeur. Ce nouveau-né était Frédéric Chopin, et cet homme aux traits réfléchis, au regard ferme et intelligent, Nicolas Chopin, son père, fixé depuis une vingtaine d’années en Pologne.
Qu’il fût de source nancéenne, ou, comme l’ont prétendu quelques-uns de ses biographes, qu’il descendît d’un nommé Szop, reître, valet ou heiduque au service de Stanislas Lesczynski, que les aventures de son maître avaient entrainé à sa suite en Lorraine, Nicolas Chopin n’en était pas moins Français, Français d’habitudes, de cœur et d’esprit. Il n’avait pas dix-huit ans lorsqu’un de ses compatriotes, établi à Varsovie, où il dirigeait une importante manufacture de tabacs, l’appela à participer à ses travaux en qualité de teneur de livres. Nicolas ne laissait derrière lui rien qui pût provoquer ses regrets. Ses parents ne vivaient plus. Avec la curiosité inhérente à la jeunesse, mû par les sympathies polonaises qu’entretenait, chez tout Nancéen, le souvenir encore vivant du bon roi Stanislas ; séduit par la perspective d’une situation avantageuse, dominé enfin par ce penchant à l’extraordinaire et à l’imprévu, qui est le fond même de la nature humaine, il accueillit avec empressement les offres de son lointain ami, et il arriva en Pologne vers le commencement de l’année 1790. »

Commentaire
Le style du premier paragraphe est proche de celui d’un conte de fées ;
Il est évident que Wodzinski mélange faits réels (« Stanislas Leszczynski », « manufacture de tabac », « comptabilité ») et reconstitution personnelle, particulièrement marquée dans la phrase « Ses parents ne vivaient plus. », qui est catégoriquement fausse (sa mère meurt en 1794, son père en 1814) : en réalité, Antoni Wodzinski n’a eu aucune information sur les parents de Nicolas, c’est une pure invention (pour la vraisemblance du récit-conte).
On remarquera la mention de « Szop » (voir à ce sujet la page La date de naissance de Frédéric Chopin : Historiographie

[Suit un développement sur la situation politique de la Pologne en 1790-1791, synthétisée par la description d’un défilé à l’occasion de la nouvelle constitution]


Page 8 : Nicolas Chopin et les événements de 1791
« Au premier rang des curieux, accourus de tous les points de la capitale et du royaume, se trouvait ce jeune Français, Nicolas Chopin, grisé par cette joie de tout un peuple, répétant, lui aussi – comme il l’a souvent répété depuis – le cri national de Kroł z narodem, narod z krołem. »


Page 20 : la naissance de Frédéric Chopin
« le 1er mars 1809, à six heures du soir, Justine Chopin mettait au monde un enfant du sexe masculin, qui reçut au baptême les prénoms de Frédéric-François, en l’honneur du jeune comte Frédéric Skarbek, son parrain. »


Pages 161-162 : le départ de Vienne de Frédéric Chopin ; le passeport de 1831
« Il quitta Vienne au mois d’août de l’année 1831. L’Italie ne l’attirait pas. C’est vers Paris qu’il tournait depuis longtemps ses regards, et que maintenant il dirige ses pas.
Sur son passeport pris pour l’Angleterre, il avait fait ajouter ces mots : « Passant par Paris ». Ces trois mots contenaient le secret des vingt années qui lui restaient à vivre. Plus tard, lorsque la France et Paris étaient devenus sa patrie d’adoption, il répétait souvent avec le sourire triste qui lui était habituel :
― Et dire que je ne suis ici qu’en passant ! »

Commentaire
Cette mention à propos du  passeport de 1831 n’est pas la plus ancienne (cf. le livre de Liszt).



Création : 18 avril 2013
Mise à jour : 18 mars 2014
Révision : 18 mars 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire