lundi 29 avril 2013

55 François-Joseph Fétis biographe de Chopin (1860)

Quelques informations à propos de la notice consacrée à Chopin dans la Biographie universelle des musiciens (1834, 1860, 1878) et de son auteur


Classement : biographies ; Frédéric Chopin




Référence bibliographique
Tadeusz Zieliński, Frédéric Chopin, Paris, Fayard, 1995 (« Zielinski »).


François-Joseph Fétis  (1784-1871) est l’auteur de l’ouvrage intitulé Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, publié à partir de 1835.

L’auteur
Fétis est un musicien et musicologue belge, professeur au Conservatoire de Paris, puis directeur du Conservatoire de Bruxelles (1834), directeur de la Revue musicale (intégrée par la suite dans la Revue et gazette musicale de Paris de Schlesinger).
Il est aussi l’auteur de quelques livres d’histoire de la musique : L. van Beethoven (1827), Œuvres choisies de E. Bach précédées de sa biographie et d'une analyse raisonnée de son style (1860).

Fétis et Chopin
Chopin entend parler dès septembre 1828 de la Revue musicale lorsque le pianiste Wojciech (Albert) Sowinski  (1805-1880), séjournant à l'époque à Paris, lui propose de devenir le correspondant à Varsovie de la revue, offre que Chopin décline et qui est alors proposée à Karol Kurpinski (1785-1857)  (Zielinski, p. 106). 
Auparavant, Sowinski semble avoir connu Chopin par le biais de Kalasanty Jędrzejewicz (qui épousera par la suite Louise, la soeur aînée de Chopin).
Fétis se positionne comme défenseur des classiques et s’oppose à Berlioz et aux artistes romantiques ; cependant, son compte-rendu du concert du 25 février 1832 (Revue musicale, 3 mars 1832, cité par Zielinski, p. 343) est assez élogieux pour la prestation de Chopin.
Zielinski indique aussi (p. 795) que Chopin a répondu « en mars 1836 [...] à un questionnaire pour la Biographie universelle des musiciens », notamment à propos de sa date de naissance. 


La Biographie universelle

Editions
Les données bibliographiques ne sont pas très claires ; si on s’en tient à la BnF, on obtient les résultats suivants :

*1ère édition : Paris, H. Fournier, 1835-1844, 8 volumes : Préface et Résumé de l’histoire de la musique, A 1835, 161 p. ; B, 1835, 368 p. ; C-D, 1837, 372 p. ; E-G, 1837, 476 p. ; H-K, 1839, 430 p. ; L-M, 1840, 539 p. ; N-R, 1841, 513 p. ; S-Z, 1844, 625 p.
*idem : Bruxelles, Leroux et Mayence, B. Scott, 1835-1844
*idem : Bruxelles, Méline Cans et Cie, 1837-1844

*2ème édition : Paris, Firmin-Didot, 1860-1865, 8 volumes
*idem : Paris, Firmin-Didot, 1866-1868, 8 volumes

*Supplément et complément, Paris, Firmin-Didot, 1878, 2 volumes

*2ème édition + ajouts : Paris, Firmin-Didot, 1878-1883, 10 volumes

Un fac-similé de la seconde édition a été publié en 2001 :
*Paris, Tchou, coll. « Introuvables », 5 volumes

Localisation
Le volume concernant Chopin est disponible :
* première édition (volume 3, 1837) : BnF, BU-Malesherbes (Paris IV) ;
* seconde édition (volume 2, 1866, p. 283) : BnF, Médiathèque musicale Mahler . en ligne sur Gallica

Contenu

Première édition
Selon Frederick Niecks, elle donne seulement l'année de naissance de Chopin : 1810, conforme à ce qu'avançait Chopin.

(le reste en attente)

Seconde édition
La notice sur Chopin s’étend de la page 283 (75 %) à la page 285 (entière).

Extraits :
« Chopin (Frédéric-François), pianiste et compositeur célèbre, naquit le 8 février 1810 à Zelazowa-Wola, près de Varsovie. Sa famille, française d’origine, était peu fortunée. D’une constitution faible et maladive, il ne semblait pas destiné à vivre : son enfance fut souffrante, végétative, et rien dans ses premières années n’indiqua qu’il dût se distinguer par quelque talent. A l’âge de neuf ans, on lui fit commencer l’étude de la musique sous la direction de Zywny […] qui fut son unique maître de piano et lui continua ses leçons pendant sept ans. […] La délicatesse et la grâce de son exécution, résultats de sa constitution physique autant que de son organisation sentimentale, le firent remarquer par le prince Antoine Radziwill, dont l’âme généreuse conçut le dessein de faire donner au jeune artiste une éducation distinguée. Il le fit entrer dans un des meilleurs collèges de Varsovie, et paya sa pension jusqu’à ce que ses études fussent achevées. [il évoque ensuite le Conservatoire de Varsovie et ses premières expériences, notamment le séjour à Vienne] Les malheurs qui accablèrent sa patrie, après la révolution du 29 novembre 1830, l’avaient décidé à se fixer à Londres ; mais il vouliat s’arrêter quelques jours dans la capitales de la France : Il y passa le reste de sa vie. »

La notice comporte une liste d’œuvres de Chopin, mais pas de bibliographie.

Commentaires
1) Au sujet de la date de naissance, tout en maintenant l'année 1810, il mentionne un jour qui ne correspond pas à ce que Chopin avait indiqué à la SLP, ni (selon Zielinski) à sa réponse au questionnaire de Fétis : « 8 février » au lieu de « 1er mars ».
2) Les notations sur les problèmes de santé paraissent très exagérées.
3) Cette notice reprend un thème qui se trouve dans le livre de Liszt (et qui ne paraît pas fondé), celui du rôle important joué par Antoni Radziwill dans la formation de Chopin. Dans les années 1820, Antoni Radziwill était responsable au nom du roi de Prusse du Grand Duché de Posen (Poznań), et Chopin a été en contact avec lui et sa famille dans son domaine d’Antonin. Mais ce n’est pas lui qui a permis que Chopin soit élève du lycée de Varsovie (« un des meilleurs collèges de Varsovie »), et n’a nullement payé sa pension, étant donné que les Chopin habitaient dans le lycée même, où Nicolas Chopin était professeur.



Création : 29 avril 2013
Mise à jour : 19 mars 2014
Révision : 19 mars 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire