mercredi 19 juin 2013

75 Maurice Karasowski 2 Frédéric Chopin (1878) : le chapitre 1

Quelques informations à propos de l’édition allemande de 1878 du livre de Maurice Karasowski consacré à la vie de Chopin (suite)


Classement : questions biographiques ; Nicolas Chopin




Ceci est une annexe de la page Maurice Karasowski biographe de Chopin 2, consacrée à Friedrich Chopin Sein Leben und seine Briefe  (Dresde, 1878).

Je présente ici le chapitre 1, qui concerne principalement Nicolas Chopin. Je propose un résumé avec citations des passages pertinents pour le sujet, puis une analyse des points les plus intéressants.

Résumé et extraits
Je reproduis le texte allemand tel quel : noms propres en italique, orthographe. Dans les traductions, je mets en relief (gras) les points notables.

1) 
Karasowski commence par un développement historique sur la situation de Varsovie en 1787 (p. 3 « Im Jahre 1787 befand sich Warschau in aussergewöhnlicher Aufregung », « en 1787, Varsovie connaissait une extraordinaire agitation ») : il évoque le tumulte provoqué par l’esprit de réforme et en vient (page 5) à Nicolas Chopin :
« Unter dem auf den Hauptstrassen sich tummelnden Volke finden wir einen jungen Franzosen, der soeben aus seinem Vaterlande in Polen angelangt war. Alles was er sah, weckte seine Aufmerksamkeit und schien ihm ungewöhnlich interessant und originell, von der Anzügen der Bürger an bis zu den glänzenden Trachten des reichen Adels, welcher damals grösstentheils noch sein malerisches Nationalcostüm trug.
Dieser Ausländer war Nicolaus Chopin, am 17. April 1770 zu Nancy geboren, und Vater des später so berühmten Pianisten und Tondichters. »
Traduction
« Dans le peuple qui se pressait dans les rues principales, nous trouvons un jeune Français, arrivé depuis peu de sa patrie en Pologne. Tout ce qu’il voyait éveillait son attention et lui paraissait inhabituellement intéressant et original, des vêtements des bourgeois jusqu'aux costumes brillants de la riche noblesse, qui portait alors encore en majorité le costume national.
Cet étranger était Nicolas Chopin, né le 17 avril 1770 à Nancy, et père du pianiste et compositeur plus tard si célèbre. »

2)
Il évoque ensuite le règne de Stanislas Leszczyński en Lorraine, puis :
« Als Nicolaus Chopin geboren wurde, war die Erinnerung an diesen Regenten und Philosophen noch in voller Frische bei den dortigen Einwohnern. Chopin und mehrere gebildete Lothringer, [… > page 6…] träumten stets davon, Polen zu besuchen, um die Nation kennen zu lernen, welche ohne Rücksicht auf ihren eigenen Nutzen immer bereit war, sich für das Wohl und Glück Anderer zu opfern.
Chopin’s Wünsche sollten bald erfüllt werden.
Die Starostin Łączyńska hatte ihn in Nancy kennen gelernt, und machte ihm, eingenommen von seiner feinen Bildung und seinem liebeswürdigen Auftreten, den Vorschlag, die Stelle eines Hauslehrers bei ihren beiden Kindern in Polen anzutreten, worauf er bereit willig einging. Er nahm von seiner Familie und seinen freunden abschied und kam 1787 zur zeit der politischen Bewegung in Warschau an.
Während Chopin’s Aufenthalt im Hause des Starostin Łączyńska hatte er Gelegenheit mit vielen bedeutenden Persönlichkeiten der Regierung und einigen Männern, welche eine hervorragend Rolle im Reichstage spielten, bekannt zu werden. Ihm leuchtete ein, dass er vor Allem der Landessprache mächtig sein müsse, und bald machte er darin auch bedeutende Fortschritte. Die im Reichstage vorkommenden Verhandlungen erregten sein Interesse um so mehr, als in ihnen alle die Schäden [sic] beleuchtet wurden, an denen die Nation litt, welche unter dem Scepter der Jagiellonen eine der mächtigsten und ausgezeichnetsten gewesen war. Nicolaus Chopin war auch Zeuge einiger bedeutenden politischen Festlichkeiten in Warschau. Vor Allem machte die Proclamation der neuen Constitution am 3. Mai 1791 einen grossen und nachhaltigen Eindruck auf ihn. Die Früchte des Reichstages empfing die ganze Nation, wenige stolze und in ihren Gesinnungen unverbesserliche Aristokraten ausgenommen, mit Entzücken und beispielloser Begeisterung. Die Freude [page 7] des Volkes in Warschau war grenzenlos, und Alles hoffte, das goldene Zeithalter Polens – so nannten man mit Recht die Regierungszeit von Siegmund August II. – werde wiederkehren.
Da Nicolaus Chopin nur mit Polen verkehrte und sich in den Kreisen, in welchen lebte, wohl befand, gewöhnte er sich daran, Polen als seine zweite Heimath zu betrachten, und herzlich war die Theilnahme, welche er an dem denkwürdigen Act nahm, der dem Lande der Sarmaten eine schöne Zukunft verhiess. Auch in seinen letzten Lebensjahren ist die Erinnerung an diese Augenblicke nicht aus seinem Gedächtnis geschwunden. Oft erzählte er im Familienkreise von der Begeisterung und dem Enthusiasmus des Volkes, welches damals seine Zukunft gesichert glaubte, indem es die königliche Macht, sowie die Regierung befestigte, alle Stände dem Gesetz gegenüber gleich berechtigte, und ein stehendes Heer von 100,000 Mann aufstellen durfte. »
Traduction
« Lorsque Nicolas Chopin naquit, le souvenir de ce souverain philosophe était encore très vif chez les habitants de l’endroit. Chopin et plusieurs Lorrains éduqués […>p. 6…] rêvaient constamment de visiter la Pologne, afin de faire la connaissance de la nation, qui sans considération de ses propres intérêts était toujours prête à se sacrifier pour le bien-être et la fortune des autres.
Les espoirs de Chopin devaient bientôt être satisfaits.
La starostina Łączyńska avait fait sa connaissance à Nancy, et lui fit, en raison de sa bonne éducation et de son aimable apparence, la proposition d’occuper en Pologne la place de précepteur de ses deux enfants, dans laquelle il s’engagea tout à fait volontiers. Il fit ses adieux à sa famille et à ses amis et arriva en 1787 à Varsovie à cette époque politiquement mouvementée.
Durant le séjour de Chopin dans la maison de la starostina Łączyńska, il eut l’occasion de se faire connaître à de nombreuses personnalités importantes du gouvernement et à quelques hommes qui jouaient un rôle de premier plan à la Diète. Il était clair pour lui qu’il devait avant tout maîtriser la langue du pays, et il fit bientôt des progrès significatifs dans ce domaine. Les discussions en cours à la Diète suscitèrent d’autant plus  son intérêt, qu’à travers elles étaient mises en évidence toutes les nuisances dont souffrait la nation, qui sous le sceptre des Jagellon avait été une des plus puissantes et des plus remarquables. Nicolas Chopin fut aussi témoin d’une des plus importantes fêtes politiques de Varsovie. Plus que tout, la proclamation  le 3 mai 1791 de la nouvelle constitution fit sur lui une grande et durable impression. Toute la nation accueillit avec un ravissement et un enthousiasme sans précédents les résultats de la Diète [de Quatre ans], exceptés quelques aristocrates orgueilleux et incorrigibles dans leurs errements. La joie [p. 7] du peuple de Varsovie était sans limite, et il espérait tout entier que l’Âge d’or de la Pologne – ainsi appelait-on avec raison l’époque du règne de Sigismond Auguste II – reviendrait.
Comme Nicolas Chopin n’entretenait de relation qu’avec des Polonais et se trouvait à l’aise dans les cercles où il vivait, il s’habituait à considérer la Pologne comme sa seconde patrie, et il prit part de tout cœur à l’acte commémoratif qui promettait un bel avenir au pays des Sarmates. Dans les dernières années de sa vie, le souvenir de ces instants n’était pas sorti de sa mémoire. Il racontait souvent dans le cercle familial l’enthousiasme immense du peuple, qui croyait alors son avenir assuré, puisque le pouvoir royal ainsi que le gouvernement étaient affermis, que tous les états [de la société] devenaient égaux devant la loi, et qu’une armée permanente de 100 000 hommes devait être établie. »

3)
Il passe aux déboires de la Pologne en 1792-1793 et ajoute (page 8)
« Nicolaus Chopin verlor seine Stellung bei der Starostin Łączyńska und beschloss, das Land zu verlassen, wurde aber durch Krankheit gezwungen, in Warschau zu bleiben. Später war er Zeuge der Revolution Kościuszko’s 1794, sowie der Belagerung der Hauptstadt durch die Preussen. Von Natur tapfer und für die Unabhängigkeit Polens begeistert, trat er in die Reihen der Nationalgarde, grossen Antheil an der Vertheidigung des Landes nehmend. Nach der Vernichtung des polnischen Heeres bei Maciejowice, als der schwer verwundete Kościuszko in Gefangenschaft gerathen war und sich die überlegenen Streitkräfte unter Suworow der Prager Vorstadt näherten, stand Nicolaus Chopin schon im Range eines Hauptmanns der Nationalgarde. Mit seiner Compagnie zur Dienstleistung dorthin gesandt, hätte er sicher den Tod gefunden, wenn er nicht einige Stunden vor der [page 9] Einnahme durch eine andere Compagnie von seinem Posten abgelöst worden wäre. […]
Wiederum hatte Nicolaus Chopin als Zeuge der letzten Unglücksfälle den Plan gefasst, nach Frankreich zurückzukehren, als er abermals von einer schweren Krankheit heimgesucht wurde, welche ihm die lange, anstrengende Reise verbot. Er blieb in Warschau und fristete sein Leben dadurch, dass er Unterricht in der französischen Sprache ertheilte. Wenn man ihn später fragte, warum er nicht in sein Vaterland zurückkehre, erwiderte er, dass er dies zweimal zu thun versucht [hatte] aber jedes Mal durch schwere Krankheit daran verhindert worden, als wenn es die Vorsehung wolle, dass er Polen nicht mehr verlasse.
Im Anfange unseres Jahrhunderts sehen wir Nicolaus Chopin im Hause der Gräfin Skarbek in Kuyawy als Hauslehrer des Sohnes derselben. Dort lernte er Fräulein Justine Krzyżanowska kennen und heirathete das liebenswürdige Mädchen im Jahre 1806. Der Himmel segnete diesen Bund mit drei Töchtern und einem Sohne, dessen Pathe Graf Friedrich Skarbek wurde. Er gab dem Neugeborenen seinen Taufnamen Friedrich. »
Traduction
« Nicolas Chopin perdit sa place chez la starostina Łączyńska et décida de quitter le pays, mais fut contraint par la maladie de rester à Varsovie. Plus tard il fut témoin de la révolution de Kościuszko  de 1794, ainsi que de l’occupation de la capitale par les Prussiens. Courageux de nature et enthousiasmé par l’indépendance de la Pologne, il entra dans les rangs de la Garde nationale, prenant une part importante à la défense du pays. Après la destruction de l’armée polonaise près de Maciejowice, alors que Kościuszko, gravement blessé, était mis en prison et que les forces armées supérieures en nombre sous le commandement de Souvorov approchaient du faubourg de Praga, Nicolas Chopin avait déjà le grade de capitaine de la Garde nationale. Envoyé là-bas avec sa compagnie, il aurait sûrement trouvé la mort, si quelques heures avant [p. 9] l’assaut, il n’avait pas été relevé de son poste par une autre compagnie. [Il évoque le massacre de Praga et le troisième partage].
Nicolas Chopin, témoin de ce dernier malheur, avait de nouveau fait le projet de rentrer en France, lorsqu’il fut la proie d’une grave maladie, qui lui interdit ce long et astreignant voyage. Il resta à Varsovie et gagna sa vie en donnant un enseignement en langue française. Quand on lui demandait plus tard pourquoi il n’était par retourné dans sa patrie, il répondait qu’il avait deux fois essayé de le faire, mais que chaque fois il en avait été empêché par une maladie grave, comme si la Providence voulait qu’il ne quitte pas la Pologne.
Au début de notre siècle, nous voyons Nicolas Chopin dans la maison de la comtesse Skarbek en Cujavie, comme précepteur du fils de celle-ci. Là, il fit la connaissance de Mademoiselle Justyna Krzyżanowska et épousa cette aimable jeune fille en 1806. Le ciel bénit cette union avec trois filles et un fils, dont le parrain fut le comte Frédéric Skarbek. Il donna au nouveau-né son nom de baptême, Frédéric. »

4)
Il évoque ensuite (page 10) le traité de Tilsit et la création du duché de Varsovie, et :
« Dem Beispiele Anderer folgend kehrte auch Nicolaus Chopin mit seiner Familie nach Warschau zurück, wo er mit grösserem Nutzen für sich und für das Wohl des Landes thätig sein konnte. Er wurde schon am 1. October 1810 als Professor der französischen Sprache bei dem neugegründeten Lyceum angestellt und blieb an demselben 21 Jahre thätig, nämlich bis zur Auflösung der Anstalt durch die russische Regierung. Inzwischen erhielt er am 1. Januar 1812 den Auftrag, in derselben Function an der Artillerie -und Ingenieurschule zu wirken, und nachdem das Königreich Polen auf Grund des Wiener Congresses hergestellt war, übernahm er auch die erste Professur der französischen Sprache an der Militärvorbereitungsschule. [Après les événements de 1830-31, >page 11] Nicolaus Chopin ernannte man zum Mitglied des Examinations-Comités für Candidaten, welche sich um Stellungen in öffentlichen Schulen bewarben; schliesslich zu Professor an der Akademie der römisch-katholischen Geistlichkeit. In Folge der vielen Anstrengungen, denen er sich, beseelt von Liebe für sein Adoptiv-Vaterland, unterzogen hatte, empfand er nach und nach die Abnahme seiner Kräfte, liess sich pensioniren [sic] und zog sich vollständig von der öffentlichen Wirksamkeit zurück. [il trace un portrait général de Nicolas Chopin] Umgeben von der aufopfernden Sorgsamkeit der Familie, starb Nicolaus Chopin am 3. Mai 1844 im Alter von 74 Jahren. ».
Traduction
« Suivant l’exemple d’autres personnes, Nicolas Chopin revint aussi avec sa famille à Varsovie, où il pouvait s’employer plus utilement pour lui et pour le bien du pays. Il fut dès le 1° octobre 1810 nommé professeur de langue française dans le lycée nouvellement créé et y travailla 21 ans, précisément jusqu’à la dissolution de l’institution par le gouvernement russe. Entre temps, il reçut, le 1° janvier 1812, la mission d’exercer la même fonction à l’école d’artillerie et du génie, et après que le royaume de Pologne eut été créé suite au congrès de Vienne, il occupa aussi la première chaire de langue française à l’Ecole préparatoire militaire. [Après les événements de 1830-31, >p. 11] on nomma Nicolas Chopin membre du Comité d’examen des candidats à un poste dans les écoles publiques ; finalement il fut nommé professeur au séminaire catholique romain. A cause des nombreuses efforts que, rempli d’amour pour son pays adoptif, il s’était imposés, il ressentait de plus en plus la diminution de ses forces, [et] se laissa mettre à la retraite [und zog sich vollständig von der öffentlichen Wirksamkeit zurück]. [...] entouré de l’attention dévouée de sa famille, Nicolas Chopin mourut le 3 mai 1844, à l’âge de 74 ans. »

5)
Il donne enfin des indications sur les autres membres de la famille (pages 11 à 14) Justyna (« Justine »), Ludwika (« Louise »), Izabella (« Isabella ») et Emilia (« Emilie »), puis sur des collègues et amis (pages 14-15) : Samuel Linde, Wacław Maciejowski, Frédéric Skarbek, le professeur Brodziński, Julius Kolberg, Anton Brodowski, Anton Barciński, Jawurek ; il termine par Woyciech Źywny (Adalbert Zywny) et Joseph Elsner.


Analyse
Le texte de Karasowski juxtapose des informations de valeur diverse, compte tenu de ce que nous savons actuellement par d’autres sources. Je laisse de côté ce qui relève chez Karasowski du patriotisme polonais, ainsi que ses remarques sur les sentiments de Nicolas Chopin vis-à-vis de la Pologne, pour m’en tenir à des faits positifs.

1) Dates et événements essentiels
a) la date de naissance indiquée (17 avril 1770) est assez proche de la date attestée (15 avril 1771) ; le lieu de naissance est inexact (Nancy au lieu de Marainville), mais cela vient de l’intéressé lui-même.
b)  la date d’arrivée à Varsovie (1787)
c) l’engagement par la starostina Łączyńska intervient ici de façon anachronique (1787 au lieu de 1795) ; Karasowski ignore le rôle de la famille Weydlich ; Karasowski suppose un voyage de la starostina à Nancy (ce voyage est-il totalement inventé ou existe-t-il un fondement réel ?) ; par ailleurs, il n'évoque pas le lien entre la starostina et sa fille Marie (Walewska), qui a été l'élève de Nicolas Chopin. 
d) l’engagement par la comtesse Skarbek est correctement situé dans le temps (début du XIXème siècle), mais pas dans l’espace (« en Cujavie ») : en fait Nicolas Chopin n’a pas vécu dans les domaines de Cujavie, mais à Zelazowa Wola, en Mazovie.
e) la carrière de professeur de Nicolas Chopin : elle est évoquée de façon assez détaillée (ces détails seraient à vérifier).
Plusieurs de ces éléments correspondent à ce qui est donné dans le dossier professionnel de Nicolas Chopin, notamment la date de naissance inexacte, mais en revanche ce dossier donne le lieu exact.

2) Faits d’ordre anecdotique
a) Il perçoit, semble-t-il, Nicolas Chopin comme un des « Lorrains éduqués » (gebildete Lothringer) qu’il imagine se trouver à Nancy (il n'est pas évident que les Lorrains aient été férus de la Pologne) dans les années 1770-1780, c’est-à-dire comme issu d’une classe plutôt élevée, pas nécessairement noble (« bonne éducation et aimable apparence », feinen Bildung und […] liebeswürdigen Auftreten) ; il ne creuse cependant pas ce point. Il ignore de ce fait la question d’une ascendance polonaise : pour lui, Nicolas Chopin est lorrain, donc, sans doute, français. 
b) Il évoque des contacts de Nicolas Chopin avec des membres de l’élite politique polonaise lors de son service dans la période 1787-1793. On est dans le domaine de l’imaginaire, même en ce qui concerne la période 1795-1802.
c) Il en fait le témoin des cérémonies et festivités données à l’occasion de la proclamation de la constitution de 1791 ; curieusement, cela fait un peu doublon avec le début du chapitre qui évoque l’année 1787. Mais Karasowski donne ici une indication de source : « Dans les dernières années de sa vie, le souvenir de ces instants n’était pas sorti de sa mémoire. Il racontait souvent dans le cercle familial l’enthousiasme immense du peuple », qui fait de Nicolas Chopin la source expresse de l’information (par le biais d’Isabelle, comme il l’évoque dans son avant-propos de 1877), du moins en ce qui concerne 1791.
d) il évoque deux projets de départ, empêchés à deux reprises par la maladie : le premier est lié à la fin de l'engagement chez la starostina, à une date non précisée antérieure à 1794 ; le second date de 1794, après la défaite de l'insurrection de Kosciuszko ; là encore, ce « doublon » est cautionné par le témoignage de Nicolas Chopin lui-même : « Quand on lui demandait plus tard pourquoi il n’était par retourné dans sa patrie, il répondait qu’il avait deux fois essayé de le faire , mais que chaque fois il en avait été empêché par une maladie grave, comme si la Providence voulait qu’il ne quitte pas la Pologne » (la remarque sur la Providence semble procéder de Nicolas Chopin lui-même, plutôt que d’un commentaire d’Isabelle ou de Karasowski). On peut donc admettre qu'il ne s'agit pas d'une affabulation, qu'il y a bien eu projets de départ et empêchements de santé.
e) il indique que Nicolas Chopin a participé à l'insurrection de Kosciuszko comme volontaire de la Garde nationale, atteignant le grade de capitaine ; il introduit l'anecdote de la relève à Praga la veille du massacre par les Russes. Ces épisodes ne sont pas cautionnés de façon explicite et restent donc à vérifier.

Conclusion
Ces éléments indiquent que Karasowski a utilisé des témoignages, mais qu’il a aussi laissé une part à l’affabulation (par souci de reconstruction logique), lorsque ses (sa) témoins connaissaient mal la période : par exemple, en ce qui concerne la starostina Łączyńska, il est compréhensible qu’Isabelle (par exemple) n’ait pas eu de renseignements précis, si tant est qu’elle ait connu cet emploi de son père ; alors que Frédéric Skarbek était mieux renseigné sur le sujet. Le statut social de Nicolas en Lorraine relève sans doute aussi de la reconstruction. Il serait donc intéressant de savoir d’où viennent la date de 1787 et celle de la naissance de Nicolas Chopin.


A lire en parallèle
*la page consacrée au chapitre 1 dans l'édition polonaise de 1882 ; des différences existent entre les deux versions.



Création : 19 juin 2013
Mise à jour : 4 avril 2014
Révision : 4 avril 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire