jeudi 18 juillet 2013

81 Edouard Ganche biographe de Chopin (1913)

Quelques informations à propos d’Edouard Ganche, auteur de plusieurs ouvrages notables sur Frédéric Chopin.


Classement : questions biographiques ; écrits sur Chopin





Edouard Ganche (1880-1945) est une personnalité importante dans l'historiographie de Chopin, étant notamment le fondateur de la Société Chopin et l'auteur de Frédéric Chopin Sa vie et ses œuvres (1913 ; plusieurs éditions jusqu'en 1937).


L’auteur
Il est lié aux éditions La Clef d’Argent (Aiglepierre, Jura), dirigées par Philippe Gindre (cf page informative du site), qui ont récemment publié son Livre de la mort.
La chronologie biographique qu’il fournit est tout à fait intéressante.

Si on la résume, on peut dire qu’Edouard Ganche (1880-1945) a vécu successivement :
*à Baulon (Ille-et-Vilaine, arrondissement de Redon, canton de Guilchen, pas très éloigné de Rennes), jusqu’à la mort de son père, médecin, en 1893 ;
* à Rennes, jusqu’à la mort de sa mère en 1903 (il y fait ses études secondaires et y commence probablement des études de médecine ; il a aussi des activités dans la presse locale, notamment comme chroniqueur littéraire et musical, mais aussi lors du procès de Rennes en 1899 ; il écrit aussi une comédie jouée en janvier 1903, et publie avec des amis six numéros d’une revue, L’Union littéraire) ;
* à Paris (il y abandonne les études de médecine (motif : surdité) et suit pendant 2 ans les cours de l’EHESS (?) ; il commence à travailler sur Chopin en 1906, tout en écrivant Le Livre de la mort et Les Lettres d’amour à une jeune fille ; il est aussi actif dans le mouvement néo-malthusien ; en 1923, il épouse Marthe Bouvaist (1888-1971), originaire de Lyon, alors professeur au Conservatoire de cette ville).
*à Lyon, à partir d’une date située entre son mariage et 1927. Il meurt le 31 mai 1945, d’une affection non connue.

Ses travaux sur Chopin
*1910 : début des contacts avec Anne Houston (petite-nièce de Jane Stirling)
*1911 : fondation de la Société Chopin
*1916 : rencontres avec la dernière élève de Chopin (Marie Roubaud de Cournand, 1822-1916)
*1919 : création de la revue La Pologne, organe de la Société Chopin
*1927 : reçoit d’Anne Houston des objets et documents essentiels (piano Pleyel, sept volumes de partitions avec annotations)
*1928 : premier voyage à Majorque (participe à la création du musée Chopin de Majorque en 1932)
*1928-1932 : publication de l’œuvre de Chopin par Oxford University Press.

Le destin de la collection d’Edouard Ganche
1934 : début des recherches pour un repreneur
1937 : échec de la vente à Heinrich Hinterberger, libraire à Vienne
1942 : achat de la collection par Hans Frank, gouverneur général (nazi) de Pologne ; exposition à la Bibliothèque Jagellone de Cracovie
1943 : musée Chopin de Cracovie
1944 : évacuation du musée en Silésie
1945 : retour à Cracovie (à la Bibliothèque Jagellone et au musée de l’Université Jagellone)
1971 : legs par Marthe Bouvaist des documents en sa possession à la BnF (notamment les partitions données par Anne Houston).


Elle existe seulement en polonais, malgré la co-signature de Marie-Paule Rambeau (avec Irène Poniatowska). Elle est particulièrement développée en ce qui concerne le destin de la collection Ganche.

Texte polonais
Souligné : texte non traduit

13 X 1880 Baulon k. Rennes, †V 1945
Edouard Ganche, francuski chopinolog, pisarz, kolekcjoner, z wykształcenia lekarz i historyk medycyny.
Napisał  dwa dzieła: Le Livre de la mort [Księga śmierci] (1909) oraz Mon début dans la médecine [Moje początki w medycynie] (1936). Był krytykiem muzycznym w gazecie Le Petit Resnais [sic]. Początek jego pasji życiem i twórczością Chopina datuje się na rok 1906. Od tamtej pory poświęcił się i podporządkował wszystkie swe działania popularyzacji i docenieniu polskiego kompozytora, nawiązując kontakt z osobistościami, które go znały lub ich potomkami.
W 1911 założył z Camille Le Senne i Maurice Ravelem Towarzystwo Chopinowskie. Pierwsze dzieło o Chopinie (La vie de F. Chopin dans son œuvre [Życie F. Chopina w jego dziele]) opublikował w 1909. W 1913 wydano w Mercure de France Frédéric Chopin. Sa vie et son œuvre [Fryderyk Chopin. Jego życie i dzieło] - pozycję, które pozostaje biografią obszerną, nacechowaną poważnym podejściu do dokumentacji.
Kolejne tomy to: La Pologne et Frédéric Chopin [Polska Fryderyka Chopina] (1917), Dans le souvenir de Frédéric Chopin [Wspomnienia Chopina] (1925), Voyages avec Frédéric Chopin [Podróże z Chopinem] (1934) oraz Souffrances de Frédéric Chopin [Cierpienia Chopina] (1935).
W Lyonie razem z żoną Marthe Bouvaist, uczennicą Raoula Pugno i A. Cortota (była potem  profesorem w Konserwatorium) zaczął kolekcjonować obrazy (portret Chopina F.-X.Winterhaltera), rękopisy (Barkarola, Scherzo E-dur), przedmioty związane  z Chopinem, mając w perspektywie założenie muzeum. Zdobył między innymi od spadkobierczyni Jane Stirling egzemplarze jej nut z adnotacjami wykonawczymi Chopina, które użył do wydania dzieł wszystkich w 3 tomach, wydanych w 1932: The Oxford Original Edition of Frédéric Chopin, także fortepian Jane Wilhelminy Stirling firmy Pleyel (zakupiony w listopadzie 1847) numer serii 13823, na którym grał Chopin w Szkocji, z jego podpisem i datą 15 Novembre 1848.
Ścisłe kontakty Ganche'a z Polską doprowadziły do otrzymania przez niego zgody rządu polskiego na przeniesienie w 1929 ciała Chopina na Wawel, podczas ceremonii, którą sam drobiazgowo zaplanował. Nie doszło jednak do tego. Już w 1934 roku Ganche postanowił sprzedać swoją kolekcję i m.in. w 1835 nawiązał kontakt z towarzystwem p.n. Instytut Fryderyka Chopina w Warszawie, ale z braku funduszy  władze Instytutu nie mogły skorzystać z oferty.
W 1937 ukazał się w Wiedniu katalog kolekcji opracowany przez Ganche'a  Musée F...Chopin de Mr Edouard Ganche à Lyon mis en vente au prix de deux millions de francs français par l'antiquaire, wydany przez Heinricha Hinterbergera. W 1942  roku całą kolekcję zakupił za cenę 50.000 marek Hans Frank rezydujący na Wawelu, gubernator Generalnej Guberni. Urządził w 1943 wystawę chopinianów, by udowodnić jak Niemcy dbają o europejską kulturę. Po wojnie kolekcja została podzielona między Muzeum UJ i BJ.
Fortepian Stirling znajdował się jakiś czas w Muzeum Narodowym w Warszawie (w 1848 grał na nim w Belwederze Raul Koczalski), poczym wrócił do Krakowa i stał w pałacu Pusłowskich. Od lat 80. XX w. do końca 2009 Muzeum UJ eksponowało w Collegium Maius w Sali Zielonej jako fortepian Jane Stirling inny instrument Pleyela o numerze serii 13716, który zakupiła w lutym 1848 hr. Katarzyna Potockąa (wybrany przez Chopina), z tym, że część elementów, jak stół gry, pokrywa klawiatury, pulpit na nuty, lira z pedałami - zostały wprowadzone do tego instrumentu z fortepianu Stirling, łącznie z podpisem Chopina. Numer serii, przynależny do instrumentu eksponowanego w Muzeum UJ podawany jest we wszystkich materiałach polskich i zagranicznych do 2010 błędnie informujący, że jest to instrument Jane Stirling. W roku Chopinowskim 2010 nastąpi rekonstrukcja fortepianu Stirling o numerze 13823,  należące do niego części powrócą doń i właściwy fortepian z kolekcji Ganche'a będzie eksponowany. Żona Ganche'a Marthe (†1971) ze swej strony pozostawiła Bibliotece Narodowej we Francji znaczący zbiór dokumentów związanych z Chopinem.
Marie-Paul Rambeau
Irena Poniatowska

Bibliografia
H. Collet,  F.Chopin. Sa vie et ses oeuvres par E.G., "Comoédia" XI 1921
H.Wróblewska-Straus, katalog wystawy Chopin daleko rozsławił swe imię, Warszawa 1999
J.-M. Nectoux, J,-J. Eigeldinger, Edouard Ganche et sa collection Chopin (zawiera 2 osobne teksty autorów i katalog najważniejszych obiektów kolekcji, w tym fortepianu, Paryż, Bibliothèque Nationale 1983, wycinek z « La Revue de la Bibliothèque Nationale », Nr 7, mars 1983
A Mężyński, Kolekcja chopinianów Edouarda Ganche'a w Krakowie, w: "Roczniki Biblioteczne" XLVII (2003)
I. Poniatowska, B. Weber, Instrument Jane Wilhelminy Stirling w Muzeum UJ. Fałszywa atrybucja, Ruch Muzyczny 2010 nr 3
© Narodowy Instytut Fryderyka Chopina 2003-2013

Traduction
Entre crochets : éclaircissements
[?] : traduction hypothétique
[??] : passage non traduit
*Appel de note

Né le 13 octobre 1880, à Baulon près de Rennes, mort en mai 1945.
Edouard Ganche est un spécialiste français de Chopin, un écrivain, un collectionneur, médecin de formation et historien de la médecine.
Il a écrit [à ce sujet] deux ouvrages Le Livre de la mort (1909) et Mon début dans la médecine (1936). Il était critique musical pour le journal Le Petit Rennais*. Le commencement de sa passion pour la vie et l’œuvre de Chopin date de l’année 1906. A partir de cette date, il se consacra et subordonna tous ses actes à la popularisation et à la valorisation du compositeur polonais, établissant des contact avec des personnalités [qui l’avaient connu, ou avec leur successeurs?].
En 1911, il fonda la Société Chopin avec Camille Le Senne* et Maurice Ravel. Il publia son premier ouvrage sur Chopin (La vie de F. Chopin dans son œuvre) en 1909. En 1913, parut au Mercure de France Frédéric Chopin. Sa vie et son œuvre, [écrit qui reste une biographie complète?], caractérisée par une approche sérieuse de la documentation.
Ont suivi : La Pologne et Frédéric Chopin (1917), Dans le souvenir de Frédéric Chopin (1925), Voyages avec Frédéric Chopin (1934) et Souffrances de Frédéric Chopin (1935).
A Lyon, de concert avec son épouse Marthe Bouvaist*, élève de Raoul Pugno* et d’Alfred Cortot (elle fut ensuite professeur au Conservatoire), il commença à collectionner des images (le portrait de Chopin par F.-X. Winterhalter*), des manuscrits (Barcarolle, Scherzo en mi majeur), des objets reliés à Chopin, avec pour objectif la fondation d’un musée. Il obtint entre autres de [l’héritière?] de Jane Stirling* des exemplaires de ses partitions avec des annotations de Chopin, qu’il utilisa dans l’édition des œuvres complètes en 3 tomes, éditées en 1932 : L’Edition originale d’Oxford de Frédéric Chopin ; le piano de Jane Wilhelmine Stirling de marque Pleyel (acheté en novembre 1847), numéro de série 13823, sur lequel jouait Chopin en Ecosse, avec sa signature et la date du 15 novembre 1848.
Les contacts étroits de Ganche avec la Pologne amenèrent à ce qu’il obtienne en 1929 l’accord du gouvernement polonais pour le transfert du corps de Chopin au Wawel*, pour une cérémonie, qu’il avait lui-même minutieusement planifiée. Cela ne put cependant se réaliser. Encore en 1934, Ganche décida de vendre sa collection, et il prit entre autres contact en 1935 [et non pas 1835 !] avec la société [???] Institut Frédéric Chopin de Varsovie, mais en raison du manque de fonds, les dirigeants de l’Institut ne purent pas profiter de cette offre.
En 1937, parut à Vienne le catalogue de la collection, élaboré par Ganche : Musée F...Chopin de Mr Edouard Ganche à Lyon mis en vente au prix de deux millions de francs français par l'antiquaire, édité par Heinrich Hinterberg. En 1942, la collection entière fut achetée au prix de 50 000 marks par Hans Frank*, gouverneur du Gouvernement général, résidant au Wawel. En 1943, il organisa une exposition de chopiniana, afin de prouver combien les Allemands avaient le souci de la culture européenne. Après la guerre la collection fut partagée entre le musée de l’Université Jagellone et de la Bibliothèque Jagellone].
Le piano Stirling fut un moment présenté au Musée national à Varsovie (Raoul Koczalski* en joua au Belvédère* en 1948), puis il revint à Cracovie, installé au palais Puslowski. Des années 1980 à la fin de 2009, le Musée de l'Université Jagellone exposait (dans le Collegium Maius, Salle Verte) comme piano de Jane Stirling, un autre instrument Pleyel (numéro de série 13716), qu’avait acheté en février 1848 la comtesse Catherine Potocka (et qui avait été choisi par Chopin), avec [pour justification] qu’une partie des éléments (le tabouret de piano, le couvercle du claver, le pupitre à partition, [la lire à pédales?]) introduits dans cet instrument provenaient du piano Stirling, [???] la signature de Chopin. Le numéro de série [de l’instrument exposé au Musée de l'Université Jagellone montre que?] jusqu’en 2010, l’information fournie dans tous les travaux polonais et étrangers, selon laquelle il s’agissait de l’instrument de Jane Stirling, était inexacte . Durant l’année Chopin 2010, a lieu la reconstitution du piano Stirling numéro 13823, les parties qui lui appartiennent lui sont retournés et le piano véritable de la collection de Ganche est exposé. Marthe, l’épouse de Ganche (décédée en 1971), a laissé de son côté un choix important de documents liés à Chopin à la BnF.
Marie Paule Rambeau
Irène Poniatowska

Bibliographie
*H. Collet, « F.Chopin. Sa vie et ses oeuvres par E.G. », Comoédia,  novembre 1921
*H.Wróblewska-Straus, Catalogue de l’exposition « Au loin Chopin rendit célèbre son nom », Varsovie 1999
*J.-M. Nectoux et J,-J. Eigeldinger, Edouard Ganche et sa collection Chopin (inclut deux textes personnels des auteurs et le catalogue des plus importants objets de la collection, [???]), Paris, Bibliothèque Nationale, 1983, tiré à part de La Revue de la Bibliothèque Nationale, n° 7, mars 1983
*A. Mężyński, « La collection de chopiniana d’Edouard Ganche à Cracovie », Roczniki Biblioteczne, XLVII, 2003
*I. Poniatowska et B. Weber, « L’instrument de Jane Wilhelmine Stirling au Musée de l’Université Jagellone. Une fausse attribution », Ruch Muzyczny, 2010, n° 3

Notes
*Le Petit Rennais : journal cité sur le site de Rennes-Métropole
*Camille Le Senne (1851-1931), écrivain. Cf Google
*Marthe Bouvaist (1888-1971). Cf site Edouard Ganche
*Raoul Pugno (1852-1914), musicien français. Cf. notice Wikipédia
*F –X Winterhalter (1805-1873), peintre allemand. Cf. notice Wikipédia
*Jane Stirling (1804-1859), amie de Chopin à la fin de sa vie
*le Wawel : citadelle de Cracovie, avec le château et la cathédrale
*Hans Frank (1900-1946) : gouverneur général de la Pologne occupée de septembre 1939 à janvier 1945, résidant à Cracovie
*Raoul Koczalski (1884-1948), musicien polonais. Cf. notice Wikipédia
*le Belvédère : palais de Varsovie, résidence du chef de l'Etat

Elle ne fournit pas d’informations essentielles par rapport aux deux précédentes. 


Ouvrages publiés par Edouard Ganche

Divers
*Le Livre de la mort, à l’hôpital, à l’amphithéâtre, à la morgue, au cimetière, Paris, Société des auteurs-éditeurs, 1909
*Mon début dans la médecine Un médecin de campagne en 1889, Paris, Denoël et Steele, 1936
*Lettre d’amour à une jeune fille, Paris, Société des auteurs modernes, 1910

Sur Chopin
*La Vie de Chopin dans son œuvre Sa liaison avec George Sand, Paris, Société des auteurs-éditeurs, 1909
*Frédéric Chopin Sa vie et ses œuvres 1810-1849, Paris, Mercure de France, 1913 (réimpression : Minkoff reprint, 1972 ; nombreuses rééditions : 21 jusqu’en 1937)
*La Pologne et Frédéric Chopin Les œuvres héroïques et nationales, Paris, G. Morelli, 1917
*Dans le souvenir de Frédéric Chopin Illustrations et documents inédits, Paris, Mercure de France, 1925
*Voyages avec Frédéric Chopin, Paris, Mercure de France, 1934
*Souffrances de Frédéric Chopin Essai de médecine et de psychologie, Paris, Mercure de France, 1935

Edition
*The Oxford original edition of Frédéric Chopin edited from the original edition and the manuscripts by Edouard Ganche, Londres, Oxford University Press, 1928-1932

Ouvrages cités dans l'édition de 1937 de Frédéric Chopin Sa vie et ses oeuvres, non attestés par ailleurs :

*La Maladie de Madame Récamier. Observations pathologiques et psychologiques.
*Etude et iconographie de la circoncision
*Les Valses de Chopin, collection de Leçons écrites de Raoul Pugno.
*Trois manuscrits de Chopin
*Le Génie de l'amour (roman, en préparation)


A suivre



Création : 18 juillet 2014
Mise à jour : 9 avril 2014
Révision : 9 avril 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire