mercredi 28 août 2013

102 Sylvie Oussenko biographe de Chopin (2009)

Quelques informations à propos de Sylvie Oussenko et de son ouvrage consacré à Chopin


Classement : questions biographiques ; écrits sur Chopin





Sylvie Oussenko est l’auteur d’un livre intitulé Chopin (Eyrolles, 2009)

L’auteur
Sa notice Wikipédia indique que Sylvie Oussenko, née en 1945, a fait des études de philosophie et de musicologie ; elle a aussi eu une formation et une carrière de cantatrice.
Outre des ouvrages littéraires, elle a écrit plusieurs ouvrages relatifs à la musique, notamment, chez Eyrolles, ceux consacrés à Robert Schumann (2010), Giuseppe Verdi (2013), Richard Wagner (2013) et Frédéric Chopin.


L’ouvrage

Références
*Chopin Vie et œuvre, Paris, Eyrolles, collection « Eyrolles pratique », 2009, ISBN 978-2-7081-3744-8

Worldcat signale une édition antérieure :
*Paris, Editions d’organisation, 2008
Cette édition est manifestement liée aux éditions Eyrolles, mais le lien n’est pas clair.

Table des matières

« Sommaire
Préface
Introduction

Première partie : La naissance d'un prodige (1810-1830)
1 Enfance (1810-1825)
2 Apprentissage et premières compositions (1825-1829)
3 L'année de l'épanouissement (1829-1830)

Deuxième partie : Les voies de la gloire (1831-1844)
4 Interlude au centre de l'Europe (1830-1831)
5 Paris (1831-1833)
6 Maria (1834-1837)
7 George Sand (1838-1839)
8 L'impulsion de Nohant (1839-1841)
9 L'approfondissement (1842-1844)

Troisième partie : La rançon de la gloire (1844-1849)
10 L'accomplissement (1844-1847)
11 Une triste fin (1848-1849)

Annexes
Cahier de correspondance entre Chopin et George Sand
Catalogue des œuvres de Chopin publiées de son vivant
Dix-neuf mélodies toutes publiées après la mort de Chopin
Glossaire
Discographie sélective
Bibliographie sélective
Pièces du CD offert
Index »

Contenu

Ce livre a une dimension didactique évidente (glossaire, encarts, CD d’accompagnement) : il s’agit d’une première approche relativement brève (184 pages) de la vie de Chopin, à la fois historique, biographique et surtout musicologique.

Dans le cadre limité qui est le sien, cette approche est assez réussie en ce qui concerne les parties musicologique et biographique. En revanche, les considérations historiques posent parfois problème.

Je citerai d’abord un extrait situé en début d’ouvrage, donnant un aperçu du contenu, l’aspect musicologique mis à part.

Extrait 1 (pages 23-24)
En gras : les énoncés relatifs à la biographie de Nicolas Chopin

« En 1787, un jeune Lorrain s’établit en Pologne, Nicolas Chopin. Il quitte la France avant qu’elle ait commencé sa grande Révolution (14 juillet 1789) pour un pays qui vient d’être dépecé, en 1772, par ses puissants voisins : la Prusse de Frédéric II, la Russie de Catherine II et l’Autriche de Marie-Thérèse. Malgré la Constitution du roi Stanislas II Poniatowski, en 1793, la Pologne est de nouveau dépossédée d’elle-même*, passant, cette fois, essentiellement sous la tutelle russe. En 1795, la Pologne est partagée une troisième fois, après une insurrection*, à laquelle participe Nicolas Chopin, provoquée par le poids de la domination russe.
A chaque partage, la Pologne perd un peu plus de territoire propre* pour subir le joug des pays occupants.
De 1807 à 1814, la Pologne revient à la vie grâce à Napoléon 1er, qui crée le grand-duché de Varsovie. Mais la chute de l’Empereur des Français entraîne les travaux interminables du Congrès de Vienne en 1815, année où la Pologne se voit partagée pour la quatrième fois : la Prusse et l’Autriche retrouvent les provinces confisquées par Napoléon*. Quant à la Russie, elle obtient toute autorité sur le pays*, excepté un territoire autour de Cracovie, le « royaume de Pologne », dévolu au prince Adam Czartoryski.

La famille Chopin
Nicolas Chopin et Justyna Krzyzanowska se marient en 1806, alors que le jeune Lorrain donne des cours de français au fils d’une famille aristocratique, à Zelazowa Wola, village situé à une quarantaine de kilomètres de Varsovie. De leur union naît en 1807 une fille, Ludwika, puis le 1er mars 1810, un garçon, Fryderyk. Peu de temps après, les Chopin quittent Zelazowa Wola pour Varsovie, où Nicolas (devenu Mikołaj, ayant polonisé son prénom) vient d’obtenir un poste de professeur de français au lycée. Le ménage Chopin fonde un « foyer » pour accueillir les fils des riches familles venus faire leurs études à Varsovie. Il leur en coûte 2 000 florins* par an. Cela assure bientôt un confortable train de vie à la famille Chopin, qui s’agrandit avec la naissance d’Izabela en 1811 et d’Emilia en 1812. Après avoir occupé un appartement au palais de Saxe où se trouve le lycée, les Chopin suivent le déménagement de l’institution pour s’installer au palais Casimir (1817), situé sur l’une des élégantes avenues de Varsovie, le Faubourg-de-Cracovie. »

Notes
* malgré la Constitution du roi Stanislas II Poniatowski, en 1793, la Pologne est de nouveau dépossédée d’elle-même : le partage de 1793 a lieu à cause de la constitution de 1791, perçue comme une menace par la Russie, et non pas malgré elle.
*insurrection : généralement désignée comme « insurrection de Kosciuszko » (1794) ; Nicolas Chopin se serait alors engagé dans la Garde nationale de Varsovie.
* à chaque partage, la Pologne perd un peu plus de territoire propre : lors du troisième, la Pologne disparaît purement et simplement.
* la Prusse et l’Autriche retrouvent les provinces confisquées par Napoléon : la Prusse récupère la Posnanie, laissant à la Russie la Mazovie avec Varsovie ; l’Autriche ne récupère pas ce qui lui a été confisqué en 1809, qui revient à la Russie.
* quant à la Russie, elle obtient toute autorité sur le pays : le duché de Varsovie (moins la Posnanie et Cracovie) devient le « royaume de Pologne », dévolu au tsar, mais doté d'une charte et d'un régime relativement libéral
* un territoire autour de Cracovie, le « royaume de Pologne » : ce territoire est appelé « République de Cracovie » ; Sylvie Oussenko commet ici une erreur majeure sur ce qu’est le royaume de Pologne à partir de 1815.
*dévolu au prince Adam Czartoryski : il ne semble pas y avoir de lien particulier entre Adam Czartoryski, qui mène une carrière politique dans le royaume de Pologne jusqu’en 1830, et la République de Cracovie.
*florins : les unités monétaires de référence sont depuis le XIVème-XVème siècle le zloty (złoty) et le grosz ; le duché de Varsovie utilise une unité supplémentaire, le thaler ; il ne semble pas que le « florin » ait été utilisé en Pologne ; néanmoins le terme est parfois utilisé à la place de zloty. Cf. notice Wikipédia sur le zloty.


Commentaires

L’aspect biographique
On remarque que Sylvie Oussenko se borne ici à des remarques courtes, suffisamment cohérentes, sans entrer dans les détails que l’on trouve dans de plus longues biographies. Elle évite ainsi des difficultés qui ne sont pas toujours parfaitement surmontées.

L’aspect historique
D’une façon générale, le paragraphe historique est assez court, mais souvent critiquable (cf. les remarques dans la partie « Notes » ci-dessus).
On trouve des erreurs plus ou moins graves, dont au moins une est surprenante : la confusion entre la République de Cracovie et le royaume de Pologne, d’autant plus surprenante que page 37, Sylvie Oussenko écrit : « en mai 1829, le tsar Nicolas 1er est couronné roi de Pologne à Varsovie ». Manifestement, elle ne s’est pas suffisamment relue.


Conclusion
Bien entendu, la partie historique peut être considérée comme secondaire par rapport aux questions de biographie et de musicologie. Cela n’autorise pourtant pas des erreurs, parfois notables, qui ne peuvent que porter tort à un ouvrage par ailleurs convenable dans sa catégorie.

J'ai relevé dans l'ouvrage quelques autres énoncés sujets à critique, qui confirment une certaine négligence en ce qui concerne la partie historique. 


A suivre
*Sylvie Oussenko 2 : erreurs et approximations




Création : 28 août 2013
Mise à jour : 15 octobre 2014
Révision : 20 mars 2017




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire