jeudi 17 octobre 2013

117 Chopin dans la presse polonaise 3 : étude des citations

Etude des citations de la presse polonaise concernant Chopin dans les premières années de sa carrière


Classement : questions biographiques ; documents ; Chopin





Ceci est la suite de la page Chopin dans la presse polonaise (1818-1830), dans laquelle j’ai reproduit des articles ou passages d’articles concernant Chopin. Une page spécifique est consacrée aux désignations de Chopin dans ces articles.

Plan de la page
1) Analyse des citations
2) Commentaires


Analyse

Nombre de publications citées : 7

Nombre de numéros : 27
Dont
Kurier Warszawski : 18
Powszechny Dziennik : 3
Gazeta Polska : 2

Répartition par années
1818 : 2
1823 : 1
1824 : 1
1825 : 4
1826 : 1
1828 : 1
1829 : 4
1830 : 13
TOTAL 27

Auteurs des articles
24 articles sont anonymes, trois sont signés : « W. », « L.C. » et « J.C. » (Joseph Cichocki).

Répartition par sujet
Mentions de Chopin dans un cadre général : 3
*6 octobre 1818 : cadeau  de Chopin à la tsarine mère (partitions musicales)
*28 mai 1825 : cadeau  du tsar à diverses personnalités polonaises, dont Chopin (bague)
*9 août 1824 : palmarès scolaire 

Annonces de la parution d’œuvres de Chopin : 2
*2 juin 1825 : Rondeau en ut mineur (Opus 1)
*28 février 1828 : Rondeau à la mazure

Annonces de concert : 4

Comptes rendus de concert :16

Mentions de Chopin en raison de sa notoriété : 2
*17 avril 1830 : sonnet de Léon Ulrich
*3 novembre 1830 : le départ de Varsovie de Chopin ; texte de la Cantate d’Elsner


Les informations fournies
On a affaire (comme en France à la même époque) à une presse faiblement pipeulisée : les articles fournissent très peu d’indications personnelles sur les personnes qu’ils évoquent, notamment sur Chopin.

Indications personnelles sur Chopin
*son âge : la notion de jeunesse de Chopin est fréquemment évoquée (21 mentions), mais son âge n’est évoqué avec précision qu’à deux reprises :
**6 octobre 1818 : « un garçon âgé de 9 ans » 
**26 février 1826 : « M. Chopin ne [paraît même pas] avoir 15 ans »
Commentaire
La première mention le fait donc naître en 1809, à moins qu'il s'agisse d'un arrondi (Chopin a alors 8 ans et 7 mois)

*ses parents : le père de Chopin est mentionné deux fois, sur le plan professionel, sans que son prénom soit donné, ni son origine française :
**6 octobre 1818 : « fils d’un Professeur du Lycée »
**30 août 1829 : « fils d’un professeur de notre université »


Commentaires

La rhétorique de l’éloge
Formules type
« [ses chants ont] charmé les auditeurs » (1830, PPP)
« la soirée s’est déroulée à la satisfaction des 170 Auditeurs présents », « des applaudissements mérités » (11 juin 1825)
« il a été accueilli par la satisfaction générale ; après chaque morceau, des applaudissements nourris ont été répétés » (29 et 30 août 1829)

Virtuose
« nous n’avions pas jusqu’ici entendu un virtuose qui, aussi jeune, ait surmonté des difficultés étonnantes avec simplicité et justesse » (26 février 1823)
« le jeune Virtuose » ; « Le jeune Szopę surpasse tous les pianistes que nous avons entendus ici. C’est le Paganini du Piano, ses compositions sont sublimes, pleines de choses nouvelles. » (5 mars 1830)
 « les connaisseurs égalent [son] talent à celui des Virtuoses de premier plan » (8 mars 1830)
« le Virtuose a été accueilli par des applaudissements nourris »(23 mars 1830)
« les auditeurs dans les fauteuils et à l’orchestre entendaient le jeu du virtuose lui-même, mais ne pouvaient pas entendre celui de […] l’orchestre » (25 mars 1830)
« notre Virtuose, M. Fréd. Szopę » (23 septembre 1830)
« l’Auteur et Virtuose, accueilli par des applaudissements nourris » (12 octobre 1830)
« le Virtuose et Compositeur musical Frédéric Szopę (Chopin) » (3 novembre 1830)

Talent
« la Monarque, ayant loué le talent si précoce du jeune garçon » (6 octobre 1818)
« un talent, qui tant par sa perfection que parce que nous le rencontrons à un tel degré chez quelqu’un d’aussi jeune, suscite l’étonnement général et est digne de notre attention » (26 février 1823)
« Monsieur Frédéric Chopin, élève du Lycée, dont le talent pour jouer du Piano » (28 mai 1825)
« Ce jeune homme s’est fait entendre de nombreuses fois au piano à Varsovie, et a toujours obtenu les éloges les plus méritées pour son talent. » (22 août 1826)
« Un jeune Varsovien, M. Szopę (Chopin), a montré son talent le 10 de ce mois à Vienne » (29 août 1829)
« Monsieur Chopin […] s’est produit avec son talent [habituel] à Vienne le 10 de ce mois » (30 août 1829)
« le talent de M. Chopin (Szopę) a beaucoup fait pour son illustration » (23 décembre 1829)
« un connaisseur de musique a attiré mon attention sur un jeune talent, qui en ce qui concerne la composition était jusqu’à maintenant caché, sur le talent de Monsieur Chopin, connu jusqu’ici seulement comme un excellent pianiste » (4 mars 1830)
« Il y a ici un talent, un talent manifeste, réel » (4 mars 1830)
« les connaisseurs égalent [son] talent à celui des Virtuoses de premier plan » (8 mars 1830)
« le talent génial de [sa] composition » (1830, PPP)
« son talent magistral » (23 mars 1830)
« L’originalité et la grâce de la pensée, la richesse de l’imagination, le talent dans l’instrumentation, l’exécution magistrale » (24 septembre 1830)

Génie
« les œuvres de Monsieur Chopin portent sans contestation la marque d’un grand génie » (23 décembre 1829)
« l’esprit créatif du jeune compositeur allait par le chemin du génie » (4 mars 1830)
« le talent génial de [sa] composition » (1830, PPP)
 « Ceci est l’œuvre d’un génie » « le génie de Szopę lui assure une gloire exceptionnelle et durable » (24 septembre 1830)

Commentaires
Les dernières citations montrent que Chopin a été qualifié comme un « génie » en Pologne, plus d’un an avant que Robert Schumann l’écrive en 1831, avec, évidemment, un public plus large et une autorité plus grande que les chroniqueurs musicaux de Varsovie. 
D’une façon plus générale, il apparaît clairement que Chopin a été reconnu en premier lieu en Pologne, de façon quasi unanime.
Un point intéressant est la mise en relation, dès 1823 (Kuryer dla Płci Pięknéj, 26 février) du talent de Chopin (à Varsovie) avec celui de Liszt (à Vienne) : « un jeune amateur du nom de List, a étonné tout le monde par la perfection du jeu, l’assurance et la puissance du ton avec lesquelles il a joué le Concerto de Hummel », mais « notre capitale possède son égal et peut-être son supérieur en la personne […] du jeune M. Chopin ».
L’article du 4 mars 1830 (signé L. C.) se réfère à d’autres personnalités : « Il me semblait voir dans ses pensées originales la profondeur de Beethoven, et dans leur restitution l’art et l’agrément de Hummel »

Quelques critiques
« il a été accueilli avec faveur, mais la Gazette théâtrale dit que chez Monsieur Chopin prévaut manifestement [l’effort pour plaire sur l’effort pour faire de la musique ?] » (16 septembre 1829)
« il est par conséquent souhaitable que M. Chopin, voulant mieux donner à connaitre ses œuvres à ses concitoyens, daigne donner quelques concerts dans des salles plus petites » (25 mars 1830)

La rhétorique nationale
« Monsieur Chopin, notre compatriote (ziomek), a donné un second concert à Vienne » (16 septembre 1829)
« Reçu avec enthousiasme à l’étranger, notre Compatriote (rodak) ne s’était pas jusqu’ici fait entendre en public dans sa Patrie. La modestie, quoique la plus belle qualité du talent, est [moins digne de gloire vue d’ici ??]. Est-ce que le talent de M. Chopin n’appartient pas à sa patrie ? La Pologne ne peut-elle pas légitimement lui accorder son estime ? » (23 décembre 1829)
« Le destin a gratifié les Polonais de Monsieur Chopin, comme les Allemands de Mozart ; M. Chopin est presque notre propriété, par conséquent il convient qu’en premier lieu nous prenions mieux connaissance de ses œuvres » (Joseph Cichocki, 25 mars 1830)
« une nouvelle agréable aux amis de la musique et des talents nationaux » (24 septembre 1830)
 « Bientôt, sans doute avant le délai d’un mois, il doit partir à l’étranger. L’affection de ses compatriotes (ziomki) l’accompagnera partout. Ayons l’espoir qu’aucune capitale étrangère ne le retiendra pour toujours, que couvert d’une gloire nouvelle, il rentrera dans le sein de sa famille, dans la ville de sa famille, pour se consacrer à la gloire de l’opéra polonais, qui peut attacher à son nom de si grands espoirs. » (24 septembre 1830)
« Notre Compatriote (rodak), le Virtuose et Compositeur musical Frédéric Szopę (Chopin) est parti hier de Varsovie pour une visite des pays étrangers » (3 novembre 1830)
Le texte de la cantate d’adieu relève aussi largement de ce thème.

Commentaire
Le fait de ne jamais indiquer que Nicolas Chopin est né en France peut être interprété comme une « occultation », mais il est aussi possible que les auteurs de ces articles ne l'aient tout simplement pas su, ou (le nom Chopin étant remarqué 
comme d'origine française) qu'ils aient considéré cela comme sans intérêt.
En fait, compte tenu de l'étroitesse du corpus sur ce thème, il n'est pas très concluant ; on peut sélectionner quelques citations pour apporter la « preuve » d'une volonté d'appropriation : 
« Est-ce que le talent de M. Chopin n’appartient pas à sa patrie ? »
« M. Chopin est presque notre propriété »
« [rentrer] pour se consacrer à la gloire de l’opéra polonais ».
La deuxième citation étant légèrement ironique, comme l'indique le « presque » (et le contexte d'ensemble de l'article de Cichocki), ce n'est pas vraiment significatif. 
On peut dire que pour ceux qui ont écrit ces articles, en 1829-1830,
1) Frédéric Chopin est polonais (la question ne se pose même pas) ;
2) ils craignent qu'éventuellement, se trouvant dans des lieux plus prestigieux que Varsovie, il oublie la Pologne ;
3) mais c'est plutôt à Vienne ou Berlin qu'ils pensent qu'à Paris.

Il faudrait étudier ce thème dans la presse polonaise durant la période où Chopin vit en France pour voir s'il y a eu une évolution, en tenant compte du fait que les circonstances historiques sont radicalement différentes à partir de 1831, les circonstances mêmes qui ont amené Chopin à ne pas revenir en Pologne.



Création : 17 octobre 2013
Mise à jour : 27 octobre 2014
Révision : 27 octobre 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire