lundi 14 octobre 2013

116 La famille Choppin d'Arnouville

Quelques informations sur la famille Choppin d’Arnouville : une fausse origine de Nicolas Chopin


Classement : questions biographiques ; divers





Les Choppin d’Arnouville dans l’historiographie chopinienne
Cette famille apparaît épisodiquement dans l’historiographie de Chopin : notamment dans l’ouvrage de Camille Bourniquel (Chopin, 1957, p. 18), qui écrit, à propos des origines de Nicolas Chopin :
« On parla d’abord d’une famille huguenote : les Chopin d’Arnouville dont un membre se serait réfugié en Pologne après la révocation de l’Edit (1685). Filière aussitôt abandonnée. ».
Cette mention n’apparaît plus dans la réédition de 1994.
Camille Bourniquel se réfèrait sans doute (sans le signaler) à l’article paru le 1er décembre 1849 dans le Journal de Rouen, à la suite des funérailles de Chopin ; l’auteur, anonyme, mais qui est probablement Amédée de Méreaux, écrit :
« Le nom de Chopin a donc dans le monde musical de Rouen une popularité qui assure à sa mémoire une honorable et cordiale sympathie. D’ailleurs, outre son talent et son génie, dont il doit la consécration à la France, il avait encore des liens naturels qui l’unissaient à la mère-patrie des arts et des artistes. Chopin était issu de la famille française des Chopin d’Arnouville, dont un des membres, victime de la révocation de l’édit de Nantes, avait été chercher un asile sur le sol polonais. Le célèbre descendant du sujet proscrit de Louis XIV, Chopin, né à Varsovie en 1810, a reçu de son père la tradition d’un amour sincère pour la France. »
On remarquera que cette assertion est certes inexacte, mais qu’elle vise à rapprocher Chopin de la France plutôt qu’à « brouiller les pistes » (c'est-à-dire : à l'éloigner de la France), comme l’en soupçonne Bourniquel. Le fait curieux est qu’Amédée de Méreaux, outre qu'il fait une erreur sur le lieu de naissance de Chopin, n’a manifestement aucune information positive sur le père de Chopin.

Le rapprochement avec les Choppin d’Arnouville est-il une pure supposition, fondée sur l’homonymie patronymique (moyennant une petite rectification orthographique) ou bien y a-t-il dans l’histoire de cette famille un lien quelconque avec la Pologne, qui aurait pu mieux le justifier ?


La famille Choppin d’Arnouville
Elle est originaire de l’Anjou, de la région de La Flèche (qui relevait alors de cette province) et elle apparaît dans l’histoire comme membre de la haute bourgeoisie d’Angers ; elle entre dans la noblesse de robe en 1578 avec René Choppin (1537-1606), devenu précédemment seigneur d’Arnouville par son mariage en 1564 avec Marie Baron.
Ses descendants appartiennent au Parlement de Paris et à la haute administration.

Je transcris ci-dessous quelques passages du Dictionnaire de la Noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la ... de François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois (disponibles sur Google Books), pages 516 et suivantes :
« Choppin, en Anjou. René Choppin, Sieur de Chatou, né en 1537 au Bailleul, Village près la Fleche en Anjou, fut un célèbre Avocat au Parlement. Henri III, lui donna des Lettres de Noblesse en Février 1578. Il est l’auteur d’un livre du Domaine du Roi, & d’un traité de la Police ecclésiastique. Il a fait aussi un Commentaire sur la Coutume d’Anjou, & un traité de mutuis Regis Populique officiis, qui n’est point imprimé. Il se fit Ligueur sur la fin de ses jours, & mourut le 30 Janvier 1606. Il est enterré à S. Benoît, & avoit épousé en 1564 Marie Baron, fille de Pierre, & de Marguerite le Bossu, dont
- 1. Augustin, qui suit[…]. »
« Augustin Choppin, Seigneur d’Arnouville en Beauce, Avocat au Parlement, épousa Marguerite Hués, fille de N… Trésorier de France à Châlons & et Champagne, dont il eut
René Choppin, II. Du nom, Seigneur d’Arnouville, Gouzangré & Chassoy, Avocat au Parlement, marié à Gabrielle Coqueley, morte veuve en Janvier 1698. De ce mariage vinrent :
- 1. René, qui suit […] »
« René Choppin, III. du nom, Seigneur d’Arnouville & de Gouzangré, Conseiller au Châtelet en 1675, Lieutenant-Criminel du nouveau Châtelet en 1682 jusqu’en 1684, que le nouveau Châtelet fut réuni à l’ancien, mort en Avril 1732, avait épousé en Janvier 1684 Marie de Foy-de-Senantes, […], dont
- 1. René, qui suit […] »
« René Choppin, IV. du nom, Seigneur d’Arnouville, né le 10 Mai 1691, Conseiller au Grand Conseil le 14 Juillet 1713, Maître des Requêtes le 2 Janvier 1723, Président au Grand Conseil pendant quatre ans, mort le 23 Août 1767, avoit épousé le 17 Juillet 1718, Claire Morel, […], dont
- 1. René, qui suit […] »
« René Choppin, V. du nom, Seigneur d’Arnouville, né le 5 novembre 1738, Conseiller au Grand Conseil le 25 Janvier 1758, Maître des Requêtes le 29 Février 1764, a épousé le 29 Juillet 1761 Elisabeth-Marguerite de Chasot, […], dont
- 1. René Choppin, né le 16 Août 1761. »

A cette liste, on peut ajouter que ce René (VI)  est devenu baron d’Arnouville, et qu’il a eu pour frères Augustin (préfet de Strasbourg au début de la Monarchie de Juillet) et François (qui a occupé de hautes fonctions sous l’Empire).
D’autre part, le père de René I, François n’est connu que pour s’être marié à Angers en 1536, mais son grand-père, Mathurin Choppin (né vers 1480) était, à cette date, avocat dans cette ville. René I était « échevin perpétuel de la ville d’Angers » avant d’entrer au Parlement de Paris.

René I est l'auteur d'une oeuvre conséquente dans le domaine du droit, dont une édition en 5 volumes (traduction en français) du XVIIème siècle est disponible sur Google Books, du moins le volume 1 qui comporte une biographie un peu plus détaillée de l'auteur par un nommé Papirius Masson. 

Arnouville : un château dans la Beauce
Il existe plusieurs Arnouville en France :
* la commune d’Arnouville-lès-Mantes dans les Yvelines (anciennement Arnouville) ;
* la commune d’Arnouville dans le Val-d’Oise (anciennement Arnouville-lès-Gonesse), qui dans l’histoire a été liée à la famille des Machault d’Arnouville (notamment le contrôleur général des Finances de Louis XV, Jean-Baptiste de Machault d’Arnouville) ;
* le lieu-dit Arnouville, dans la commune de Gommerville (Eure-et-Loir, à la limite de l’Essonne), surtout connu par le château d’Arnouville.

L’Arnouville de la famille Choppin est le troisième, comme l’indique par exemple la remarque concernant Augustin, fils de René I : « Seigneur d’Arnouville en Beauce » ; d’autre part, dans l’inventaire des Archives départementales de l’Eure-et-Loir, on trouve la mention suivante :
« 1732, juin-août. — Bail de la terre d'Arnouville par Réné Choppin , seigneur dudit lieu (sign. de Réné Choppin) » (Arnouville se situe alors dans le bailliage de Janville).


Les Choppin d’Arnouville dans l’histoire

1) relation avec le protestantisme
A première vue, il ne s’agit pas d’une « famille protestante » ; René I aurait même fait partie de la Ligue.

2) relation avec la Pologne
Aucune source sur Internet ne mentionne qu’un Choppin d’Arnouville soit allé en Pologne, sans parler d’y émigrer. En particulier, la biographie de René 1 donnée au début de ses oeuvres complètes (cf. supra) ne mentionne pas qu'il ait fait partie de la suite d'Henri III en Pologne.

Ces deux points appellent des recherches plus détaillées ; mais à première vue, le rapprochement Chopin-Choppin d'Arnouville est non seulement infondé, mais totalement fantaisiste.



Création : 14 octobre 2013
Mise à jour : 27 octobre 2014
Révision : 27 octobre 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire