samedi 9 novembre 2013

125 La famille Dekert

Quelques informations sur la famille Dekert


Classement : questions biographiques ; proches de la famille Chopin





Cette famille a eu un rôle notable dans l’histoire de la famille Chopin en Pologne.


Historiographie
Le principal membre de la famille, de ce point de vue, est Jean Dekert (1786-1861), un ecclésiastique, qui a prononcé l’oraison funèbre de Nicolas Chopin en 1844.

Dans son discours, sont inclus plusieurs éléments biographiques concernant l’intéressé : en particulier, il indique qu’il a été le premier élève de Nicolas Chopin.

Cela indique un lien ancien entre Nicolas Chopin et la famille Dekert, lien qui prend consistance lorsqu’on sait que, d’une part, comme l’indique Frédéric Skarbek dans ses Mémoires, Nicolas Chopin a travaillé un certain temps à la « manufacture de tabac de Varsovie », et que d’autre part, le père de Jean Dekert, lui aussi nommé Jean (1738-1790) était un des principaux associés de la Compagnie des Tabacs polonaise fondée en 1776.

On peut ajouter un autre élément : la marraine d’Emilie Chopin (née en 1812) était de cette famille.


Jean Dekert père (Jan Dekert, 1738-1790)

Né dans le village de Bledzew, il est présent à Varsovie en 1756 ; en 1761, il épouse Rose Martynkowska, la fille de son patron, un marchand ; veuf vers 1786, il épouse Antonine Dembska (Antonina Dębska).
Il occupe différentes fonctions dans les institutions de Varsovie et de la Guilde des marchands. Il est député de Varsovie aux Diètes de 1784, 1786 et 1788 (la Grande Diète) et devient maire de la ville en 1789.

C’est un homme d’affaires important sous le règne de Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795) ; en particulier, il fonde la Compagnie des Tabacs (Kompania tabaczna, 1776) avec Pierre Blank et André Rafalowicz. Leur société obtient le monopole de la production de produits tabagiques en Pologne, et un certain nombre d’établissements sont créés, notamment à Varsovie.


Jean Dekert fils (Jan Dekert, 1786-1861)

Issu du second mariage de son père.
Il étudie à Varsovie, Vienne et Rome, où il est ordonné prêtre en 1825. Il devient chanoine de la cathédrale de Varsovie (avant 1844), puis évêque auxiliaire de Varsovie en 1858 (et évêque in partibus d’Halicarnasse).
Selon Marie-Paule Rambeau, « il intervint auprès des autorités russes pour que le cœur du compositeur fût déposé solennellement en l’église Sainte-Croix. ».

Dans son oraison funèbre (église des Capucins, 6 mai 1844), il indique que Nicolas Chopin était « né dans les environs de Nancy en 1769 » ; la date est erronée, mais la localisation bien qu’imprécise est acceptable, puisque ce n’est pas « Nancy » tout court ; s'il avait entendu parler de Marainville, il n’a pas jugé utile de mentionner ce nom, puisque cela n’aurait rien dit à ses auditeurs. Il indique aussi que Nicolas Chopin était arrivé à Varsovie « en compagnie d’une respectable dame, à l’égard de laquelle il remplit des devoirs filiaux jusqu’à la mort de celle-ci » (il s’agit certainement de Françoise Weydlich, une Française, épouse d’Adam Weydlich).

En ce qui concerne le préceptorat de Nicolas Chopin (« Je fus son premier élève »), Marie-Paule Rambeau (chapitre 1, note 17) le situe à partir de 1789 ou 1790, donc peu avant la mort de Jean Dekert père en 1790.


Françoise Dekert (1767-1827)
Françoise Dekert née Grochalska (Franciszka z Grochalskich Dekertowa) est l’épouse d’Antoine Dekert (Antoni Dekert, 1764-1814), demi-frère du précédent.
Elle est une familière chez les Chopin après la mort de son époux et les aidait peut-être à tenir leur pensionnat. Elle est fréquemment citée dans la correspondance familiale.

L’acte de baptême  d’Emilie Chopin, en 1815 (elle avait seulement été « ondoyée » en 1812) indique  :
« Chrzestni: Ksawery Zboiński z Franciszką Dekert. » (cité par Nowaczyk, 1999)
Traduction
« [Parents] spirituels : Xavier Zboinski avec Françoise Dekert. ».



Création : 9 novembre 2013
Mise à jour : 4 novembre 2014
Révision :4 novembre 2014




























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire