samedi 14 décembre 2013

138 Les passeports de Chopin 2 Le passeport de 1830

Quelques informations concernant le passeport utilisé par Chopin lors de son voyage de Varsovie à Vienne (1830) et les circonstances de son départ


Classement : biographie ; Frédéric Chopin





Ceci est la suite de la page Les passeports de Chopin, dans laquelle se trouvent des éléments généraux sur ce sujet (liste des voyages de Chopin « à l’étranger » ; énoncé de questions basiques).

Aperçu chronologique
L’automne 1830 est marqué en particulier dans le royaume de Pologne, par les effets de la révolution de juillet en France et du soulèvement de la Belgique en septembre ; la tension politique s’accroît. Chopin, qui est allé à Vienne l’année précédente, envisage depuis plusieurs mois de repartir à l’étranger ; finalement, il repart pour Vienne au début de novembre 1830, peu avant l’éclatement de l’insurrection polonaise du 29 novembre.

Je commencerai par indiquer ce qui est dit de cette période dans la la biographie de Chopin par Marie-Paule Rambeau (L'Harmattan, 2005), aux pages 182 et 196.


Textes

Page 182 (août-septembre 1830)
« Les événements de France occupaient tous les esprits à Varsovie, comme en témoignent les rapports de Mackrott au Grand-Duc Constantin* [...]. Le consul de France à Varsovie, Durand, refusa de se rallier au nouveau régime et demanda la nationalité russe. On étouffa l'affaire en le rappelant à Paris et le drapeau tricolore flotta sur le consulat de France, faisant "battre d'espoir, écrit Louis Blanc [...], le cœur des Polonais, nos anciens frères d'armes". Chopin fut-il du nombre ? Une seule de ses lettres parle du "consul tricolore" récemment nommé, des troubles qui éclataient un peu partout [...]. Mais cette lettre, il la fit porter à Tytus* par un ami : il n'avait donc pas à redouter la censure qui épluchait plus que jamais le courrier que les particuliers confiaient à la poste. [...] Les autorités polonaises délivraient désormais avec parcimonie les passeports pour l’étranger, la France et l’Italie en particulier. Nicolas engagea donc son fils à attendre une période plus propice à ses projets. »

Page 196 (octobre 1830)
« Tout le monde s'attendait à des événements graves. Il est probable que les Chopin engagèrent leur fils à ne plus différer son départ, puisqu'il venait d'obtenir un passeport pour l'Autriche, assorti d'une lettre de recommandation du Grand-Duc Constantin à l'Ambassadeur de Russie à Vienne. »

Notes
* le Grand-Duc Constantin : frère de Nicolas 1er, il n’est officiellement que chef de l’armée polonaise, mais de facto est le « vice-roi », même si cette fonction est occupée par quelqu’un d’autre.
*Tytus : Titus Woyciechowski (Tytus Woyciechowski, 1808-1879), ami de Chopin chez qui il a passé quelques jours en juillet 1830



A suivre

A venir
*Le non renouvellement du passeport (1834)



Création : 14 décembre 2013
Mise à jour : 5 novembre 2014
Révision : 5 novembre 2014





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire