jeudi 19 novembre 2015

224 La lettre de recommandation de Ferdinand Paër en faveur de Chopin (1er décembre 1831)

Quelques informations sur la lettre de Ferdinand Paër à M. Sotte pour un permis de séjour à Paris


Classement : biographie de Frédéric Chopin ; période française





Ceci est un complément de la page Sur un permis de séjour de Chopin en 1831 et sur le comte Rambuteau dans laquelle je cite un passage de Marie-Paule Rambeau (Chopin L’enchanteur autoritaire) signalant la lettre en faveur de Chopin adressée par le musicien Ferdinand Paër à un fonctionnaire du bureau des passeports, M. Sotte.

Cette lettre se trouve dans l’ouvrage suivant :

Référence
*Correspondance de Frédéric Chopin L’ascension 1831-1840, édition de Bronislas Edouard Sydow, Paris, Richard-Masse éditeurs, 1954.
Le texte se trouve pages 18 et 19 du tome II et porte le numéro 92 (« Ferdinand Paër à C.P. [?] Sotte, à Paris »)
Une note indique que « l’original de cette lettre fait partie des collections de l’Institut Frédéric-Chopin, à Varsovie ».


Texte
Je reproduis telle quelle l’édition de B. Sydow.

« M. Sotte, Addt. du B-au des passeports*

Monsieur,

Mr. Chopin pianiste venant de Vienne désire que je vous le recommande. Comme ce jeune homme m’a été fortement recommandé par plusieures [sic] personnes de Vienne (en Autriche), nottament [sic] Mr. Malfatti (8), médecin de l’Empereur, j’adhère volontiers [sic] à ses désirs, et je vous prie de le protéger. Il est polonais, parti au moment de la révolution de Varsovie, il demeurait à Vienne aimé et estimé par la presse [et la] Société. Il est rempli de moyens et a

[8. Jean Malfatti, docteur en médecine d’origine italienne fixé à Vienne. Il était attaché à la Cour impériale et fut le dernier médecin de Beethoven]

Page 19
reçu une excellent éducation, ainsi il mérite votre protection : Il y a des années que je n’ai plus le plaisir de vous rencontrer : c’est bien naturel, vous êtes occupé d’un côté et moi de l’autre ; néanmoins je vous estime et vous aime : Je désire des occasions pour vous le prouver. En attendant recevez ici l’expression de mes sentiments d’attachement et d’Estime avec la quelle [sic] j’ai l’honneur d’être :
                                   Monsieur
                                                           Votre très dévoué Serviteur
                                                                                  et ami

Paris, ce premier Décembre 1831                                   Paër
                                                                       Direct. des Concerts du Roi


[En haut de la page : note de Sotte]
            Reg – re 92 – 2964

M. Chopin est né à Varsovie de père français. Il demande à être autorisé à rester à Paris pour y exercer son art. Il m’est recommandé par M. Paër, directeur de la musique du Roi. J’ai l’her de prier monsieur le Préfet* de vouloir bien me faire connaître ses intentions

                                                                                  C. P. Sotte*


[en marge, note du Préfet :]
Accorder le permis avec faculté de retrait.
[Signature illisible.] »

Notes
*Ferdinand Paër (Ferdinando Paër, 1771-1839), compositeur italien vivant à Paris à partir de 1810 environ.
*Sotte : pas d’autres informations sur cette personnalité
*Addt. du B-au des passeports : sans doute « Adjoint du Bureau des passeports ». Si on se réfère aux Almanachs royaux et nationaux de 1831 et 1832, le service chargé des passeports se trouvait à la Préfecture de police, précisément au sein du 2ème Bureau de la 1ère Division, bureau dont le chef en 1831 était M. Portes. Sotte était donc soit l’adjoint de Portes, soit le responsable chargé du service des passeports (qui n’est pas formalisé dans l’Almanach).
*M. le Préfet : le 1er décembre 1831, le Préfet de Police de Paris était Henri Gisquet (1792-1866), du 15 octobre 1831 jusqu’en 1836.
*C. P. Sotte : les initiales C. P. pourraient signifier « Conseiller principal » (???)

Remarques sur la version de Marie-Paule Rambeau
Page 250, elle écrit :
« Ferdinand Paër […] qui venait de prendre la direction de la musique de chambre du Roi […] lui facilita d’abord l’obtention d’un permis de séjour de la Préfecture de la Seine, en précisant qu’il avait quitté la Pologne avant l’Insurrection. Les Polonais étaient en effet étroitement surveillés par la police. Leur afflux, depuis la prise de Varsovie, posait de tels problèmes aux autorités françaises qu’en avril 1832, le premier ministre, Casimir Périer, interdit l’installation à Paris et dans les départements limitrophes des émigrés civils et militaires, assignés à résidence dans des régions qui leur étaient désignées. Il n’était donc pas inutile que Chopin fût enregistré comme "né de père français et autorisé à rester à Paris pour y exercer son art (106)". »
La note 106 renvoie à l’ouvrage de B. Sydow.

Si on compare avec l’original, on remarque que la paraphrase n’est pas tout à fait exacte :
1) Paër ne dit pas que Chopin a « quitté la Pologne avant l’Insurrection », mais qu’il est « parti au moment de la révolution de Varsovie ». En fait, la phrase de Paër est ambiguë ; on ne sait pas s’il veut faire croire que Chopin était opposé à l’insurrection ou au contraire, qu’il est lui aussi un réfugié de cette insurrection.
2) Chopin n’a pas été « enregistré comme "né de père français" ». La mention du « père français » est un élément de recommandation, rien ne prouve qu’elle ait été inscrite ailleurs.
Ce n’est pas très important, mais ce genre de distorsion ne fait rien avancer du tout.
Le problème le plus important est l’erreur temporelle que commet Marie-Paule Rambeau : elle projette rétroactivement sur la période de l’arrivée de Chopin à Paris des faits postérieurs, quoique proches ; à l’époque de cette lettre, les premiers réfugiés, encore des personnalités, ne sont apparus qu’à la fin octobre (notamment Joachim Lelewel) , il n’y a pas encore d’afflux massif (les soldats et officiers de l'armée polonaise sont alors retenus dans des camps en Prusse et en Autriche).
De même, la phrase « Les Polonais étaient […] étroitement surveillés par la police » est peu pertinente pour cette période.
On notera aussi l'erreur sur la localisation administrative du service chargé des passeports.



Création : 19 novembre 2015
Mise à jour : 29 novembre 2015
Révision :































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire