mercredi 24 février 2016

239 Pascale Fautrier biographe de Chopin (2010)

Quelques informations à propos de Pascale Fautrier et de son ouvrage consacré à Chopin


Classement : biographies ; Frédéric Chopin





L’auteur
Pascale Fautrier, née en 1964, est agrégée des lettres et docteur ès-lettres (thèse sur Nathalie Sarraute, 1997, selon la présentation de l’ouvrage sur Chopin, non signalée par le SUDOC), elle a écrit quelques ouvrages consacrés à Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, ainsi que des biographies (Chopin, Napoléon) et une autobiographie familiale (Les Rouges, 2014).
Liens :
* « Pascale Fautrier », site de la Maison de l’écrivain


L’ouvrage
Référence
*Chopin, Paris, Editions Gallimard, coll. « Folio Biographies », 2010 [ISBN 978-2-07-039928-4]

Table des matières
11 Introduction
15 S’en aller : le périple révolutionnaire de Nicolas Chopin
34 Zelazowa Wola : la maison natale et la langue maternelle
44 Varsovie, la « polonaise »
63 L’enfant prodige de Varsovie
88 Variations sur un thème de Mozart, 1 : les années de lycée ou comment apprendre à rire de tout
102 Variations sur un thème de Mozart, 2 : les mazurkas ou comment apprendree la joie
110 L’hiver, la mort : premières atteintes du mal
129 Le printemps : des jeunes filles et des fleurs
155 L’été : la reconnaissance internationale et la révolution en france
180 L’automne : la révolution écrasée
208 Je ne suis là qu’en passant : Paris
239 Maria Wodzinska : mon amour, « mon malheur »
291 Que va-t-il advenir ?
307 La fuite vers l’Utopie : le fiasco fécond de Majorque
332 Le « phalanstère » de Nohant : sept étés de chefs-d'œuvre
377 L’hiver des malentendus : la rupture
413 Scherzo final à Londres : la mauvaise direction

429 Repères chronologiques
436 Références bibliographiques
439 Notes
459 Table


Contenu
A venir


Erreurs et approximations

Dans la table chronologique
Année 1795
« Les Russes interdisent de mentionner son nom [celui de la Pologne] »
Il s’agit en fait d’un accord de 1797 entre les trois copartageants pour ne pas utiliser le mot « Pologne » dans la nomenclature officielle.

Année 1807
« Création par Napoléon du Grand-duché de Varsovie doté d’institutions françaises »
Il s’agit plutôt d’un accord entre Napoléon et le tsar Alexandre, celui-ci étant contraint d’accepter une mesure qui ne nuit du reste qu’à la Prusse dans l’immédiat.

Année 1815
« Congrès de Vienne : la Prusse et l’Autriche retrouvent les provinces confisquées par Napoléon ; création du royaume du Congrès (avec Varsovie pour capitale) sous protectorat de la Russie (le tsar est roi de Pologne), doté d’une Constitution ; le royaume de Pologne (territoire autour de Cracovie) est dévolu au prince Adam Czartoryski. »
Cette notice accumule les erreurs :
1) l’Autriche ne recouvre rien des annexions de 1809 ; la Prusse recouvre la Posnanie, mais pas la région de Varsovie
2) le Congrès de Vienne ne crée nullement le « royaume du Congrès » (dénomination purement pédagogique), mais fait bien du tsar le « roi de Pologne », chef de ce qu’il nommera « royaume de Pologne »
3) le territoire autour de Cracovie est nommé « République de Cracovie » et nullement « royaume de Pologne »
4) Adam Czartoryski n’a pas de responsabilité particulière dans la République de Cracovie.

Année 1829
« Les autorités russes refusent à Chopin une bourse d’études à l’étranger »
Il y a bien eu une bourse refusée à Chopin, mais par les autorités du royaume de Pologne qui à cette époque ne peuvent pas être qualifiées de « russes ». La demande faite par Nicolas Chopin (en polonais) au ministre de l’Education Stanislas Grabowski est acceptée par celuit-ci, mais refusée par le ministère de l’Intérieur.

Année 1830
« Juillet. Révolution en France : instauration d’une monarchie constitutionnelle. »
On se demande dans ce cas comment qualifier la monarchie instaurée en 1815, qui comportait, comme la monarchie de Juillet, une « charte », des élections, une Chambre des députés…
« 2 novembre. Chopin quitte la Pologne pour toujours »
Non, il part pour Vienne, avec des projets en Italie et en France, mais compte bien à ce moment revenir à Varsovie.
« Le vice-roi Constantin est chassé de Varsovie »
Le grand-duc Constantin, chef de l’armée du royaume de Pologne, n’a pas été vice-roi (namestnik), fonction dévolue au général Zajonczek jusqu’en 1826, puis non pourvue.

Année 1834
« Septembre. Il [Chopin] décide de ne pas réclamer de passeport à l’ambassade russe, se rangeant de fait dans la catégorie des proscrits, et s’interdisant de pouvoir revenir en Pologne. »
La notion de « proscrit » étant juridique, il est difficile de « s’y ranger de fait ». Chopin n’a jamais été porté sur une liste de condamnés à quoi que ce soit (contrairement à beaucoup des réfugiés polonais de cette époque).




Création : 24 février 2016
Mise à jour :
Révision :
































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire