samedi 13 février 2016

237 Les périodiques polonais en France (1832-1833) 2 (Ludwik Gocel)

A propos d’un article de Ludwik Gocel sur les publications polonaises en France au début de la monarchie de Juillet


Classement : histoire ; France ; Pologne ; réfugiés ; monarchie de Juillet




Troisième partie : La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :



dans laquelle je présente un article de Louise Rapacka : « Liste alphabétique des périodiques clandestins publiés par l'émigration polonaise en France (1832-1833) » et un complément à la page Les réfugiés polonais en France sous la monarchie de Juillet.

Dans son article, Louise Rapacka s’est en effet beaucoup servi d’un article de Ludwik Gocel, publié en Pologne en 1957, traduit par elle en français et publié en France en 1968.

Référence
*Ludwik Gocel, « Początki prasy Wielkiej Emigracji i jej kryptograficzny charakter 1832- 1833 », Kwartalnik prasoznawczy, 1957, n° 2, p. 9-30
*Ludwik Gocel, « Les débuts de la presse de la Grande émigration polonaise en France et son caractère clandestin », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1968, p. 304-320 (traduction de Louise Rapacka)

L’auteur
Une note de la RHMC indique que Ludwik Gocel (1889-1966) est un historien et bibliophile et qu’il a réuni une collection exceptionnelle d’imprimés polonais du XIXème siècle, qui se trouvent au Musée historique de Varsovie (sans doute le Muzeum Warszawy, dont une section est le Musée de l’Imprimerie).
[Notice dans la Wikipédia polonaise]

Contenu
L’auteur explique les difficultés que pouvaient rencontrer les réfugiés polonais désireux de faire paraître en France des périodiques en langue polonaise :
*une caution et un coût de port plus élevés que pour les « brochures » (publications uniques) ;
*des frais de typographie supérieurs de 50 % par rapport à un texte français.
Sur le plan pratique, un imprimeur parisien avait publié des textes polonais avant l’insurrection : Barbezat, racheté vers cette époque par Pinard (d’où le rôle essentiel de ce dernier dans l’édition polonaise en France).
Sur ces points, il indique une référence :
*Eustachy Januszkiewicz, Kilka słów drukarni polskiej, Paris, Bourgogne et Martinet, 1835

Le premier à se lancer est Michał Podczaszyński avec le Pamiętnik emigracji dont il réussit à déguiser le caractère périodique en indiquant sur chaque numéro non pas le nom de la revue, mais celui d’un roi ou prince polonais (comme s’il s’agissait d’un ouvrage consacré à ce personnage).
Par ailleurs, il utilise un format (et une police) de petite taille afin de limiter les frais postaux. Il réussit à publier du 1er juillet 1832 au 25 juillet 1833. Un collaborateur important : Maurice Mochnacki.

Son exemple va être imité : on peut recenser 12 autres publications périodiques des années 1832-1833, dont 5 ont été publiées en tant que telles, 4 sous forme masquée (comme le Pamiętnik)  et 3 sous forme semi-masquée (seul le premier numéro porte le titre, les suivant sont marqués comme « cahier n° 2 », etc.).
Dans le cas des périodiques clandestins, le titre devait être indiqué au bout d’un certain nombre de numéros, mais ce nombre n’ayant jamais été atteint, on leur donne parfois un nom plus ou moins conventionnel à des fins de repérage bibliographique.

Liste de Ludwik Gocel
Les publications sont les mêmes que chez Louise Rapacka, mais le classement n’est pas alphabétique.

Non clandestines
*Babin na obcej ziemi [ ??? en terre étrangère]
*Bard nadwislanski nad brzegiem Duransy i Rodanu [Le Barde de la Vistule au bord du Rhône et de la Durance]
*Sybilla tulactwa polskiego [Sybille de l’émigration polonaise]
*Le Polonais. Journal des intérêts de la Pologne, proche d’Adam Czartoryski
*Souvenirs de la Pologne, historiques, statistiques et littéraires

Clandestines
*Pamiętnik emigracji : noms de rois et princes polonais [Mémorial de l’émigration]
*Pielgrzym polski (« petit [format] »), proche de Joachim Lelewel : noms de Polonais célèbres : Copernic, etc. [Le Pèlerin polonais]
*Polacy we Francji, lui aussi proche de Lelewel : noms d’officiers polonais célèbres : Kosciuszko, etc. [Les Polonais en France]
* Pismo wzajemnego oświecania się, démocrate, proche du mouvement des Carbonari : noms de soldats, sous-officiers ou officiers inconnus [Publication de (la société de) l’éducation mutuelle]
*Feniks : vignette représentant le phénix et titre de l’éditorial : Jeszcze Polska nie zginęła, etc. [Phénix]

Semi-clandestines
*T.D.P., organe de la Société démocratique polonaise (Towarzystwo demokratyczne polskie) [en 1836, la SDP publiera Pismo T.D.P. qui est un périodique différent, quoique de même orientation]
*Pielgrzym polski (« grand [format] »), où Adam Mickiewicz joue un rôle important
*Czas, proche de Joachim Lelewel [Le Temps]

Il évoque enfin le cas postérieur (1837) du Republikanin [Le Républicain]. Celui-ci était publié officiellement sous ce nom en Angleterre, mais les numéros envoyés en France ne portaient pas le titre, qui aurait entraîné la saisie par les douanes ; du reste, ces numéros « clandestins » ont tout de même été saisis dans nombre de cas.

Ces publications ont eu une existence assez courte, ce qui s’explique par les difficultés qu’elles rencontraient, mais aussi par celles de leur lectorat.




Création : 13 février 2016
Mise à jour : 8 juin 2016
Révision :
































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire