mercredi 25 mai 2016

269 Les institutions de l'émigration polonaise 6 : structures et entreprises militaires

Quelques informations sur les institutions de l’émigration polonaise au XIXème siècle : les structures et les entreprises militaires


Classement : histoire ; Pologne ; France ; réfugiés





Page en construction


Le projet de « Légion polonaise » à la fin de 1831
Après la défaite de l’insurrection, les différents corps d’armée polonais quittent le territoire du royaume de Pologne et se réfugient soit en Prusse, soit en Autriche où ils sont désarmés et hébergés (dans des conditions plus ou moins difficile). Compte tenu de l’évolution de la situation, bon nombre des combattants rentrent ensuite dans le royaume de Pologne ; pour ceux qui refusent de rentrer, une perspective apparaît à la fin de l’année : reformer en France un corps polonais dans le cadre de l’armée française,.
Ce projet, qui reprend l’antécédent des Légions polonaises des années 1797-1807, a un sens dans une période où il existe une menace au moins potentielle d’agression de la part de la Russie. Le projet est envisagé notamment par le ministre français de la Guerre et le général Joseph Bem, mais il devient rapidement obsolète, étant donné que le gouvernement de Louis-Philippe ne veut pas maintenir la tension avec la Russie et que la Russie n’a probablement plus les moyens d’une agression en Europe occidentale. Mais à la fin de 1831, la crise belge n’’étant est pas totalement réglée, l’avenir n’est pas clairement défini.
Le projet de « Légion polonaise » a donc pu contribuer à attirer en France pas mal de ceux qui ne voulaient pas rentrer dans le royaume de Pologne, phénomène qui prend toute son ampleur à partir de janvier-février 1832.
A ce moment, les réfugiés polonais, qui arrivent en France en groupes conséquents, ne sont plus libres de s’installer où ils le souhaitent, mais obligés d’aller dans les lieux qui leurs sont désignés : les « dépôts » (ce qui sera officialisé par la loi du 21 avril 1832).
Par ailleurs, après l’abandon du projet de Légion polonaise, le gouvernement français va chercher à orienter les militaires  polonais vers la Légion étrangère.


Les conseils de réfugiés dans les dépôts
Dans plusieurs des dépôts formés en 1832 en France (voir la page Les réfugiés polonais en France : lieux de résidence), structures dans lesquelles les réfugiés sont soumis au contrôle de l’armée française, sont créés des « conseils de réfugiés » assez formellement organisés.
De tels conseils apparaissent par exemple dans la correspondance entretenue par la Société du Bazar polonais de Lyon (voir la page La Société du Bazar polonais à Lyon (1831)), qui permet de constater leur existence dans les villes de Besançon, Bourges, Châteauroux, Lons-le-Saulnier, etc.


Les Polonais et la Légion étrangère française
La Légion étrangère, créée au début de 1831, a effectivement accueilli des Polonais réfugiés, mais pas autant que le gouvernement le souhaitait dans les premiers mois de 1832 ; une opposition importante est apparue contre la perspective qui était alors d’aller combattre en Algérie.
Les Polonais engagés dans la Légion forment le 7ème bataillon, qui opère en Algérie jusqu'en 1835, puis en Espagne dans le cadre de la guerre carliste, la Légion étrangère française étant « cédée » au gouvernement espagnol de 1835 à son licenciement en 1838.
Un des faits notables de cette entreprise est la création en 1836 d’un régiment de lanciers polonais.
Pour cette période, on peut citer les personnalités de : Thaddée Horain, Antoine Wodzinski, etc.
Par la suite, un certain nombre de Polonais ont fait partie de la Légion étrangère recréée en 1835.

Pour des informations détaillées, voir la page Les Polonais et la Légion étrangère.


Les « Légions » du prince Adam Czartoryski
Adam Czartoryski a aussi envisagé d’établir des unités polonaises dans plusieurs pays.
Ces projets ont été combattus par les autres leaders de l’émigration polonaise et n’ont abouti à rien.
Le reste à venir


La légion portugaise du général Bem (1833-1834)
Il existe une source fondamentale, mais elle n'est, à première vue, disponible qu'en  Pologne :
*Joseph Frejlich, Legion generała Józefa Bema w walce o sukcesję portugalską [La Légion du général Bem dans le combat pour la succession portugaise], Varsovie, 1912
Les sources disponibles (Wikipédia-pl La Légion polonaise au Portugal, Wikipédia-pl et -en sur Joseph Bem) ne sont pas très détaillées ; la presse polonaise de l'époque l'est un peu plus. 

Aperçu sommaire de la tentative de Joseph Bem au Portugal
En 1833 (le 19 mai), Joseph Bem signe avec le représentant de Pierre de Portugal (don Pedro), en lutte contre son frère Michel (don Miguel), une convention en vue de la création d'une légion formée essentiellement de Polonais réfugiés. 
Soutenu par Adam Czartoryski, il se heurte à l'hostilité de la quasi totalité de l'émigration polonaise en France et le projet aboutit à un échec. 
En 1834, Joseph Bem aurait eu des problèmes avec le gouvernement portugais et été emprisonné pendant deux mois. 
Par ailleurs, il semble avoir été victime d'une tentative d'assassinat, qui aurait été commanditée par les services russes. Cette dernière information est problématique ; en revanche, une agression sérieuse a bien eu lieu contre lui au dépôt de Bourges en août 1833. 

Analyse des sources et des informations : voir la page La légion polonaise au Portugal (1833-1834)


L’expédition de Zaliwski (1833)
Il s'agit d'une tentative militaire dirigée par Joseph Zaliwski vers le royaume de Pologne ; l'expédition échoue en quelques semaines (fin mars-mai 1833).
Cette opération est nommée Partyzantka Zaliwskiego en polonais.
Joseph Zaliwski (Józef Zaliwski, 1797-1855), officier ; né à Jurbork (actuelle Jurbarkas en Lituanie) ; membre de la conspiration de Wysocki ; officier pendant l’insurrection de 1830-1831 ; réfugié en France ; membre du conseil du Comité national polonais ; après l'expédition, prisonnier des Autrichiens ; condamné à 20 ans de prison ; condamné à mort par contumace par les Russes en 1834 ; libéré par les Autrichiens en 1848 ; revient en France.

 Pour des informations détaillées, voir la page L'expédition de Zaliwski (1833)



L’expédition polonaise en Suisse et en Savoie (1833-1834)
Référence :
*Nicolas Ambroise Kubalski, Mémoires sur l’expédition des réfugiés polonais en Suisse et en Savoiedans les années 1833-1834, Paris, Merklein, 1836 [lien page 1, suite à un avant-propos de Marc-Antoine Jullien]

Notes
*Nicolas Ambroise Kubalski (Mikołaj Ambroży Kubalski, 1794-1873) est l'auteur de plusieurs ouvrages d'histoire (lien BnF)
*Marc Antoine Jullien dit Jullien de Paris (1775-1848) ; fils du conventionnel Marc Antoine Jullien « de la Drôme » (1744-1821) ; membre du Comité central en faveur des Polonais (1831) ; membre de la Société Lithuanienne et des Terres Russiennes (1831)
Autres informations à venir


La Légion Mickiewicz (1848)
A venir




Création : 25 mai 2016
Mise à jour : 8 août 2016
Révision :
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 269 Les institutions de l'émigration polonaise 6 : structures et entreprises militaires
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2016/05/structures-et-entreprises-militaires.html































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire